Au Luxembourg

27 février 2014 13:10; Act: 27.02.2014 18:10 Print

Les cybercriminels sévissent de plus en plus

LUXEMBOURG - Piratage de pages Facebook, interception de données... le nombre d'infractions sur le Net ne cesse d'augmenter. Un projet de loi est d'ailleurs en préparation.

storybild

Le CIRCL constate une augmentation des infections par malware, les logiciels malveillants, comme les virus. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Nous avons traité 35 958 cas en 2013, contre 10 025 en 2012. Plus de 952 étaient considérés comme des incidents importants, conduisant à 1 006 investigations techniques réparties dans tous les secteurs d’activités majeurs du Grand-Duché», explique Alexandre Delaunoy, responsable au CIRCL, le centre en charge des incidents informatiques au Luxembourg. Trois types d'attaques ont d'ailleurs nettement augmenté. «On peut voir une augmentation notable dans les infections par malware (virus sur votre boîte mail par exemple)», précise-t-il. Le piratage de serveurs est également en hausse, ainsi que ce qu'on appelle les attaques drive-by exploit, c'est-à-dire l'infection de pages web, comme Facebook par exemple.

Dans un article datant de 2012, L'essentiel avait déjà fait le point sur l'augmentation d'incidents techniques dans le pays. Depuis, le nombre de cas n'a cessé de monter en flèche. En décembre dernier, un programme très virulent a touché des millions d'ordinateurs dans le monde et le Grand-Duché était concerné. Plusieurs serveurs ont d'ailleurs été saisis par la police. Face à ce constat, un projet de loi devrait être adopté le mois de mai.

La place financière concernée

«Le but est de moderniser le droit luxembourgeois et de donner un vrai cadre juridique à la cybercriminalité. Actuellement, si quelqu'un vous vole votre mot de passe ou s'introduit dans votre système informatique, cela relève de l'infraction classique. La procédure est plus longue et l'infraction plus difficile à prouver», explique Gilles Roth (CSV), membre de la commission juridique à la Chambre. Le projet de loi est d'autant plus important qu'il concerne en partie la place financière.

«Il faut que le stockage de données informatiques liées à la place financière, également menacé, soit davantage protégé par la loi», précise Gilles Roth. L'objectif est en effet de punir plus facilement les cybercriminels, que cela concerne votre page Facebook, les données bancaires ou encore les blanchiments d'argent qui utilisent le Net pour passer entre les mailles du filet.

(NS/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Coeur révélateur le 27.02.2014 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    L'an 2013 a démontré que les nouvelles technologies de l'information pouvaient contribuer à faire tomber un gouvernement luxembourgeois. Des documents et enregistrements qu'on aurait bien voulu cacher au public ont fuit de toute part sur les sites de la presse. Les médias sous tutelle du pouvoir et de la finance ont été obligés de suivre.C'est l'hystérie complète dans le domaine de la sécurité du net, surtout pour détecter l'origine des fuites. Qui sont les sources des journalistes? Question éternelle...

Les derniers commentaires

  • Coeur révélateur le 27.02.2014 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    L'an 2013 a démontré que les nouvelles technologies de l'information pouvaient contribuer à faire tomber un gouvernement luxembourgeois. Des documents et enregistrements qu'on aurait bien voulu cacher au public ont fuit de toute part sur les sites de la presse. Les médias sous tutelle du pouvoir et de la finance ont été obligés de suivre.C'est l'hystérie complète dans le domaine de la sécurité du net, surtout pour détecter l'origine des fuites. Qui sont les sources des journalistes? Question éternelle...