Au Luxembourg

17 mai 2016 09:00; Act: 17.05.2016 11:04 Print

Les diplômes de puériculture reconnus?

LUXEMBOURG – Les personnes formées à la puériculture à l’étranger ne peuvent voir leur diplôme reconnu au Grand-Duché. Une situation qui pourrait prochainement évoluer.

storybild

Les puéricultrices formées à l'étranger peinent à voir leur qualification reconnue. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Exercer la profession de puériculteur au Luxembourg pourrait bientôt devenir plus facile pour les personnes diplômées à l’étranger, qui se heurtent au problème de la reconnaissance des diplômes. Le gouvernement étudie la possibilité de changer la législation, comme l’a expliqué le ministère de l’Éducation nationale et de l’enfance, contacté par L’essentiel.

Aujourd’hui, les candidats doivent s’adapter à la situation du Grand-Duché, qui ne reconnaît que des formations d’auxiliaire de vie et éducateur. Ils sont donc contraints de suivre des cours destinés à l’accueil des handicapés et des personnes âgées, avant de voir leur diplôme en puériculture validé!

Alors qu’une pétition mise en ligne fin avril sur le site Internet de la Chambre des députés réclame la reconnaissance des diplômes, le gouvernement planche déjà sur le sujet. «Nous étudions actuellement une directive européenne de 2013, que nous allons rapidement transposer», explique Narciso Fumanti, en charge de la reconnaissance des diplômes au ministère.

Complications administratives

Le texte européen n’impose pas aux États membres de reconnaître tous les diplômes, mais leur en offre la possibilité. «Nous sommes en train d’étudier la question, en concertation avec le Conseil d’État», reprend Narciso Fumanti. L’avis de l’instance devrait tomber d’ici un mois.

Le gouvernement ne se satisfait pas des changements introduits en 2013, permettant d’exercer la profession de puériculteur avec une simple équivalence de fin d’études secondaires. En plus du manque de reconnaissance, «cela entraîne des complications administratives», alors que les besoins en personnes qualifiées «sont réels», selon Narciso Fumanti.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • petitevoix le 18.05.2016 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut vraiment balayer au fond le système car il y s les filles diplômées qui servent pour obtenir l agrément et dernier cest le patron qui se frotte les mains car n a pas ni l'expérience dans le domaine ni le diplôme mais il a une choses qui personne peut refuser l argent !!

  • la révolution le 17.05.2016 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enfin!!!il était temps de faire quelque chose...

  • petitevoix le 18.05.2016 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les inférieures , les éducateurs spécialisés , le CAP petite enfance sont de diplômes que ne sont pas reconnues en Lux mais la réalité c'est que il y a des femmes frontalières qui gagnent mieux ici que en FR et elles sont capables de changer que de couches pour gagner plus car ils n applique pas un vrai programme pédagogique d éducation pour les enfants désolé mais cest vient d avoir un diplôme mais si vous n avais pas la logique et la matière grise que va avec les pauvres enfants sont impactees il y a des centaines de filles avec leur CAP en poche qui sont logiques et bienveillant avec les enfants donc il faut pense à reconnaître c'est diplôme aussi

Les derniers commentaires

  • petitevoix le 18.05.2016 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut vraiment balayer au fond le système car il y s les filles diplômées qui servent pour obtenir l agrément et dernier cest le patron qui se frotte les mains car n a pas ni l'expérience dans le domaine ni le diplôme mais il a une choses qui personne peut refuser l argent !!

    • Noel Angeline le 16.09.2016 18:24 Report dénoncer ce commentaire

      je ne comprends pas ce commentaire , pouvez -vous vous exprimer clairement ?merci

  • petitevoix le 18.05.2016 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les inférieures , les éducateurs spécialisés , le CAP petite enfance sont de diplômes que ne sont pas reconnues en Lux mais la réalité c'est que il y a des femmes frontalières qui gagnent mieux ici que en FR et elles sont capables de changer que de couches pour gagner plus car ils n applique pas un vrai programme pédagogique d éducation pour les enfants désolé mais cest vient d avoir un diplôme mais si vous n avais pas la logique et la matière grise que va avec les pauvres enfants sont impactees il y a des centaines de filles avec leur CAP en poche qui sont logiques et bienveillant avec les enfants donc il faut pense à reconnaître c'est diplôme aussi

  • la révolution le 17.05.2016 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    enfin!!!il était temps de faire quelque chose...

    • Angélique le 17.05.2016 19:21 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis puéricultrice belge 21 ans que je travaille dans la mm crèche à Luxembourg ville et je suis septique !! On verra dans un mois !

  • Justice pour tous le 17.05.2016 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Et pourquoi pas permettre aux assistantes parentales d'évoluer et de leur permettre de faire leur diplôme puériculture? Je ne vois pas trop la différence entre une éducatrice de crèche et une assistante parentale, elles font toutes les deux le même service et à savoir que les assistantes parentales en font même plus...

    • !!Donnons leur plus d'opportunité!! le 17.05.2016 13:36 Report dénoncer ce commentaire

      Souvent les assistantes parentales se contentent d'un petit groupe d'enfants afin de pouvoir les encadrer en situation presque familiale. Cependant au jour d'aujourd'hui il n'est pas facile de rester compétitif par rapport a une crèche, car les tarifs de 3.50€ restent faible et les parents ont souvent plus facilement déposer les enfants a moindre coûts à la crèche 6.50€. Il faudrait revoir ces tarifs à p.ex 5.00€ et cela augmenterais la qualité d’accueil chez les assistantes parentales. Car voir fleurir les crèches à but lucratif n'est pas forcement l’adéquat pour nos enfants.

    • Noel Angeline le 16.09.2016 18:22 Report dénoncer ce commentaire

      c 'est exact , il est beaucoup plus intéressant financièrement , surtout pour les gros salaires de faire garder son enfant en crèche . Le ministère participe jusquà 6,50 de l'heure en crèche tandis qu'il participe jusquà seulement 3,50 euros chez une assistante parentale !