Bilan annuel du LNS

10 août 2018 14:42; Act: 10.08.2018 15:28 Print

Les échantillons analysés de plus en plus vite

DUDELANGE - La restructuration du LNS permettra aux patients d'attendre de moins en moins pour obtenir les résultats d'une analyse. La médecine légale a aussi été modernisée.

storybild

Le nouveau directeur du LNS Friedrich Mühlschlegel a présenté vendredi un bilan 2017 positif pour son institution. (photo: Editpress/Claude Lenert)

Sur ce sujet

La ministre LSAP de la Santé Lydia Mutsch et le nouveau directeur du LNS Friedrich Mühlschlegel ont présenté ce vendredi un bilan annuel du Laboratoire national de santé (LNS), qualifié de très positif. Parmi les nombreux changements intervenus en 2017, Friedrich Mühlschlegel est entré en fonction en février 2017.

Mais dans d'autres départements aussi, des changements ont eu lieu l'an dernier. Les départements de pathologie, génétique et de la santé ont tous trois de nouveaux chefs. En outre, 42 nouveaux employés ont été embauchés, pour une création nette de 27,5 postes équivalents temps plein. Avec, toujours des exigences élevées sur les profils des candidats. «Nos attentes sont très élevées», confirme Friedrich Mühlschlegel.

Médecine légale à la pointe

L'efficacité accrue est évidente dans les résultats du département des pathologies. En 2016, près de la moitié des échantillons de tissus étaient examinés à l'étranger. Le LNS peut désormais analyser plus de 90% des échantillons en interne. Pour le patient, cela signifie un «taux de rotation» considérablement réduit. Le temps, par exemple, pendant lequel les patients atteints de cancer attendent les résultats de leur biopsie est ainsi réduit. Ce qui peut sauver des vies, car un début de traitement plus précoce peut être garanti. Au total, 97 000 biopsies ont été analysées au LNS. À cela s'ajoutent 88 107 analyses effectuées par le service biomédical, qui comprennent les tests sanguins ainsi que des examens de liquide amniotique.

Une autre étape importante pour le laboratoire de santé en 2017 a été le transfert d'une grande partie de la médecine légale luxembourgeoise vers les nouveaux bâtiments du LNS. Avant, la médecine légale était basée dans la capitale. À présent, les voies de communication sont plus courtes et la coopération entre les départements plus efficace. Ce qui est aussi positif pour la Justice. En outre, le département de médecine légale a mis au point une nouvelle technologie qui aidera à expliquer les causes de décès et donc à détecter d'éventuels crimes de manière plus efficace. En 2017, le LNS a effectué 102 autopsies.

La ministre de la Santé se réjouit de ces résultats. «Je suis surpris de la rapidité avec laquelle cela s'est passé. Les objectifs que nous avons fixés pour 2018 et 2019 ont déjà été partiellement atteints», a déclaré Lydia Mutsch. Le budget 2017 s'est élevé à 30,5 millions.

La ministre de la Santé Lydia Mutsch et la présidente du LNS Simone Niclou au micro de L'essentiel Radio:

(ms/L'essentiel)