Au Luxembourg

16 avril 2018 12:12; Act: 16.04.2018 14:48 Print

Les inégalités se creusent à l'intérieur du pays

LUXEMBOURG – La Chambre des salariés a présenté son Panorama social, lundi.

storybild

Pour Jean-Claude Reding, président de la Chambre des salariés, de plus en plus de salariés ont de plus en plus de contrats précaires. (photo: Editpress/Sdidier)

op Däitsch
Sur ce sujet

Revenus, pouvoir d'achat, accès à la santé, les inégalités entre les ménages augmentent dans de nombreux domaines, révèle le Panorama social 2018 de la Chambre des salariés. Si le revenu moyen des ménages reste globalement élevé par rapport aux autres pays de l'Union européenne (39 416 euros), la dynamique de progression n'a pas été la même pour tous.

Les bas salaires n'ont progressé «que» de 36% en quinze ans, contre 62% pour les hauts revenus. «Cela est notamment dû aux contrats précaires avec de plus en plus de salariés qui n'ont pas les armes pour défendre leurs intérêts. Les conventions collectives sont également moins développées dans les petites structures, ce qui limite les possibilités», explique Jean-Claude Reding, président de la Chambre des salariés.

28% du revenu part dans le loyer

Conséquence directe de cet état des lieux, la hausse du pouvoir d'achat est bien réelle pour les salariés qui gagnent le plus (+5,9% depuis 2010), mais marginale pour les bas salaires (+0,8% sur la même période). Plus inquiétant encore, le taux de risque de pauvreté a augmenté de 7,8% entre 2015 et 2016. 16,5% des ménages étaient concernés. Les familles monoparentales sont de loin les plus vulnérables (46%). «C'est anormal au vu de la richesse dans le pays», estime Jean-Claude Reding, qui plaide notamment pour «une augmentation du salaire minimum».

Ces difficultés que connaissent certains ménages s'expliquent également par le coût particulièrement élevé du logement. En moyenne, le loyer représente 28% de leur revenu disponible. 29% des ménages disent avoir du mal à joindre les deux bouts, ce qui oblige beaucoup d'entre eux à des sacrifices. Le fait que 4,8% des résidents s'estiment mal soignés (+13% depuis 2011) en est l'illustration. Le coût trop élevé des soins constitue d'ailleurs la principale raison invoquée par les personnes au chômage pour y renoncer.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Full-Ice le 16.04.2018 12:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Augmenter le salaire minimum ne sert pas à grand chose, il faut vraiment encadrer les prix de l’immobilier !! Car si on augmente le salaire de base, sans encadrer les loyers, le propriétaire va se dire, ils gagnent plus, donc je peux augmenter le loyer, et on reviendra à la case départ. Pour le reste rien de nouveau, on est en train d’éradiquer la classe moyenne, comme dans tout les pays.

  • Unicorn le 16.04.2018 15:33 Report dénoncer ce commentaire

    L'évolution des salaires d'une carrière est absurde. Jeune, on a du mal à fonder une famille, à la loger, à profiter de la vie. A 55ans, on a de quoi gaspiller, les enfants partis, la santé aussi, on a tout vu, l'envie n'y est plus. Le compte rempli, on préfère se replier chez soi, après +8h de boulot et 2h de trafic, alors que les jeunes au chômage, au job précaire manquent de moyens pour sortir de leur immobilisme. Si on donnait plus de moyens aux jeunes, et plus de temps de loisir aux vieux, la croissance économique exploserait en permettant à chaque génération de s'activer.

  • no vote le 16.04.2018 12:38 Report dénoncer ce commentaire

    comme dans tous les pays UE , le fossé entre les riches et les pauvres se creusent de plus en plus , alors à quoi ça sert l'UE pour les pauvres .....

Les derniers commentaires

  • Luxo le 17.04.2018 13:02 Report dénoncer ce commentaire

    c'est pas normal qu'il y a de plus en plus de pauvres, surtout au Luxembourg! Nous sommes l'un des pays le plus riche du monde, nous avons la possibilité de mieux redistribuer les richesses. L'état peu et a la possibilité de donner 1000 € de plus au plus pauvres afin que tous les travailleurs ai un revenu de +/- 3000 € chaque mois.

  • résident le 17.04.2018 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    arrêtez de vous plaindre, allez voir ailleurs dans d'autres pays et vous verrez. et je ne parle pas de pays sous-developpés, je parle des pays tels que l'Italie, la France etc... donc arrêtez ce cinema. pour ce qui concenrne l'immobilier, on n'est pas encore au niveau de Paris ou Monaco et de toute manière personne ne vous oblige à acheter ou louer ici...

    • Président le 17.04.2018 10:41 Report dénoncer ce commentaire

      ...et encore moins ont envie de vivre à paris ou Monaco

    • dieux le 17.04.2018 12:24 Report dénoncer ce commentaire

      Oh un riche????!!!!

  • résident le 17.04.2018 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est totalement faux. le coût de la vie en suiss n'est même pas de loin comparable à celui du Luxembourg...notamment dans certaines villes telles que Zurich ou génève....

  • Alain Rak le 17.04.2018 09:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les pensionnés...notre pouvoir d'achat est fortement à la baisse depuis 3 ans. La vraie vie a augmenté de 5 à 7 %. pas les statistiques sur les produits non utilisés. La nourriture, loyer, vie de tous les jours. Et rien du gouvernement pour les petites pensions.

  • Marre le 17.04.2018 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ah oui, les monoparentaux! Depuis maintenant plus de 10 ans on se rend compte de leur vulnérabilité et rien ne bouge!!! Leurs impôts à payer sont les mêmes que pour les célibataires et davantage que pour la classe 2. Chercher l'erreur! Facile quand même ...