Au Luxembourg

28 mars 2018 17:20; Act: 29.03.2018 10:15 Print

Les mineurs pourront encore être emprisonnés

LUXEMBOURG - La loi sur la protection de la jeunesse va être totalement remise à plat, avec de nouvelles dispositions sur les placements de mineurs en détention.

storybild

L'unité de sécurité pour mineurs a ouvert en novembre à Dreiborn. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

À la fin du mois de février, la médiatrice Claudia Monti avait publié une lettre ouverte dénonçant le placement des mineurs en détention à Schrassig. Une situation qui devait «être bannie dans les meilleurs délais» compte tenu de l'ouverture en novembre de l'unité de sécurité pour mineurs à Dreiborn.

Mais contrairement au souhait de la médiatrice, la nouvelle loi sur la protection de la jeunesse, présentée par le ministre de la Justice, Félix Braz, ce mercredi, maintient la possibilité d'emprisonner des jeunes de moins de 18 ans à Schrassig. De manière exceptionnelle, et sous trois conditions strictes. Le caractère de «nécessité absolue» doit être retenu, le mineur doit constituer «un danger pour l'ordre public» et l'infraction commise doit être punie d'une peine de prison d'au moins deux ans, liste le ministère de la Justice.

Quatre mineurs à Schrassig, quatre à Dreiborn

Dans les cartons depuis près de vingt ans, la nouvelle loi sur la protection de la jeunesse va être totalement modernisée avec également une série d'autres adaptations. Les parents de mineurs placés conserveront désormais leur autorité parentale, sauf exception. Autre évolution importante, la défense du mineur et de sa famille sera davantage prise en compte lorsqu'une décision de placement sera envisagée.

Concernant le volet prévention, l'école aura pour mission de détecter les troubles du comportement pouvant conduire à des dérives futures. D'après les dernières données disponibles, quatre mineurs sont toujours en prison à Schrassig, et quatre autres ont été placés à Dreiborn. Un plan d'aide individuel est prévu pour ces derniers au niveau pédagogique.

(Thomas Holzer/L'essentiel)