Au Luxembourg

19 janvier 2017 07:00; Act: 19.01.2017 08:37 Print

Les ouvriers s'organisent face au froid polaire

LUXEMBOURG - Suspendre un chantier et épargner les ouvriers en cas de températures extrêmes n'est pas encadré par le code du travail. La décision appartient aux entreprises.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Depuis le début de semaine, les températures atteignent régulièrement -10 °C à l'aube et restent en tout cas négatives toute la journée en dépit du soleil. Pourtant mardi matin, sur le chantier du Royal Hamilius à Luxembourg, les ouvriers s'affairaient. Idem mercredi à Differdange. «Ça va, je suis bien équipé», sourit José, qui coupe des rondins de bois, à l'ombre. Bonnet et gants bien ajustés, Marcus lâche lui aussi un «aucun problème», du haut de sa nacelle où il tire des gaines électriques. S'ils sont là en tout cas, c'est que leur employeur l'a décidé.

Au Luxembourg en effet, il n'existe pas de seuil légal à partir duquel on juge qu'il fait trop froid, ou trop chaud, pour travailler en extérieur. La décision appartient au chef d'entreprise et à ses conducteurs de travaux, qui inviteront alors leurs employés à rester chez eux «pour intempéries». «L'entreprise doit faire un choix pour la santé des ouvriers et la qualité des travaux. Le bétonnage est par exemple impossible par grand froid», explique Christian Thiry, responsable chez Karp Kneip, qui compte 500 employés en génie civil.

Un système bien adapté

L'arrêt d'un chantier n'est pas sans conséquences. Outre les retards générés, il représente «une charge assez lourde pour l'entreprise» qui doit financer les deux premiers jours d'inactivité. Le Fonds pour l'emploi prend ensuite le relais à hauteur de 80% du taux horaire: 9,3 millions d'euros ont été dépensés en 2015 pour le chômage lié aux intempéries et le chômage accidentel, c'était 2,8 millions d'euros en 2014, 24 millions en 2013. «On sait très bien que certains employeurs rechignent, mais généralement il n'y a pas de problème. La réglementation est bien adaptée», note Jean-Luc De Matteis, secrétaire central du syndicat bâtiment de l'OGBL.

«C'est une bonne chose de laisser la décision aux entreprises, on ne peut pas généraliser en fixant une température limite, c'est du cas par cas en fonction du lieu du chantier, de la nature des travaux», appuie Christian Thiry, qui a déjà eu à suspendre trois semaines l'un de ses chantiers. «Il n'est pas prévu de changer la loi, c'est un problème momentané et très spécifique», glisse-t-on au ministère du Travail, qui rappelle qu'au delà des fêtes de fin d'année, le congé collectif hivernal a aussi vocation à faire face au froid.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fulgure le 19.01.2017 09:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mettez ces ouvriers en congé même notre chien on ne le laisse pas dehors ! La vie est courte se préserver ponctuellement n'arrêtera pas la terre de tourner ! Ceux qui ne sont pas d'accord avec ça qu'ils y aillent eux car s'est facile de travailler avec les bras et la santé des autres !

  • oups le 19.01.2017 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore un exemple qui montre qu'il n'y a aucune considération pour la classe ouvrière. Il y a ceux qui travaillent dehors et ceux dans des ateliers non chauffés avec les carreaux cassé ou il fait très très froid. Mais ça les politiques et bureaucrates s'en fichent. Si eux devaient travailler dans leur beaux bureaux avec -4 degrés, ne se plaindraient ils ? Ne refuseraient ils pas de travailler dans ces conditions ? Je constate que le bien être des ouvriers n'intéressent pas grand monde.

  • citizen red le 19.01.2017 09:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    honte q'une loi ne limite pas le travail en exterieur par grand froid...on n'est plus en 1800..

Les derniers commentaires

  • lussy le 19.01.2017 21:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    no commente

  • basta ya le 19.01.2017 19:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @RSavis : voilà qui est bien dit. Il est si facile de pérorer quand on a les fesses au chaud. Personnellement je sais que moi, une journée sur un chantier en ce moment, et je meurs ! Alors je compatis, je plains et d'une certaine façon j'admire !

  • fifi le 19.01.2017 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    RS avis . bien parlé , bravo

  • RS avis le 19.01.2017 17:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je travaille sur un chantier et cette semaine j'ai travaillé par -9 et j'invite tous ceux qui sont pour que les gens travaillent par de basses températures (en dessous de -5) à laisser vos bureaux chauffés à 25 degrés et à venir faire un essai d' un seul jour voir comme cela fait du bien à votre peau .

    • Rigoberta le 19.01.2017 22:28 Report dénoncer ce commentaire

      @RS: pas pire que skier. Faut pas exagérer.

    • fermella le 20.01.2017 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ rigobêta.Quand tu ski tu bouge donc t as chaud certains travailleurs restent sur un poste de travail statique et donc ont très froid. Aussi quand tu ski tu as le choix d arrêter quand tu commences à avoir froid ou quand tu en as marre tout simplement. Encore un qui ressent le froid entre son parking et son bureau chauffé. Respecte un peu!!!

  • Grand Maître le 19.01.2017 17:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Froid moi jamais. (Damar )...Non sérieusement faut obliger sur des chantiers à installer un refuge genre cabine de chantier au delà de trois jours de grand froid annoncé par l'état et rendre obligatoire pour des plus petits chantiers mobiles une pause de 15 mn par 1h30 de travail. Exemple et proposition.