Au Luxembourg

12 décembre 2017 17:11; Act: 13.12.2017 09:37 Print

Les plaintes pour abus sexuel n'ont pas augmenté

LUXEMBOURG – Malgré l'affaire Weinstein, la police grand-ducale n’a pas enregistré de hausse du nombre de plaintes ces derniers mois, a indiqué le gouvernement mardi.

storybild

Après l'affaire Weinstein, une vague de dénonciation a eu lieu à travers le monde. (photo: AFP/Bertrand Guay)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Depuis les révélations autour de l’affaire Weinstein, la parole s’est libérée autour des abus sexuels dont sont victimes les femmes. Mais cette vague de dénonciation, propulsée notamment par les hashtags #meetoo et #balancetonporc, n’a pas atteint le Luxembourg, à en croire le gouvernement. Le nombre d’infractions pour «atteintes aux mœurs (viols, attentats à la pudeur), mobbing, harcèlement et stalking a légèrement baissé» entre les dix premiers mois de 2016 et la même période en 2017, ont indiqué mardi les ministres de la Justice, de la Sécurité intérieure et du Travail, en réponse à une question de la députée Nancy Arendt (CSV).

De janvier à octobre 2016, les services avaient enregistré 420 infractions. Cette année, malgré l’affaire Weinstein et ses conséquences, ce nombre est passé à 385. Cette année comme l’an dernier, aucune plainte n’a été déposée pour des faits d’abus sexuels sur le lieu de travail. L’inspection du Travail et des Mines (ITM), qui n’est pas nécessairement au courant de tous ces agissements, a tout de même vu passer 11 demandes de renseignements sur des faits d’abus sexuels en dix mois.

Le gouvernement n’entend pas légiférer sur la question. Ces mauvais comportements «sont tous incriminés par des textes du code pénal», rappellent les membres du gouvernement, qui ne veulent donc pas créer de nouvelle législation.

(jg/L'essentiel)