Secteurs santé et socio-éducatif

03 mai 2016 13:28; Act: 03.05.2016 14:35 Print

Mobilisés pour demander une hausse de salaire

LUXEMBOURG – L’OGBL et le LCGB appellent à manifester le 4 juin pour les 21 000 salariés des secteurs santé et socioéducatif.

storybild

Nora Back de l’OGBL et Céline Conter du LCGB ont présenté les revendications des secteurs. (photo: L'essentiel)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Ils gardent les enfants dans les crèches, encadrent les ados dans les maisons de jeunes, soignent les gens dans les hôpitaux, aident les personnes âgées à domicile, etc. Ils sont 21 000 salariés privés assimilés à la fonction publique et attendent les revalorisations de salaire qu’on leur a promis il y a un peu plus d’un an. Le 4 juin à 11h à Luxembourg, les syndicats OGBL et LCGB organisent une grande manifestation pour les salariés de la Fédération des hôpitaux luxembourgeois (FHL) et du secteur d’aide et de soins et du secteur social (SAS).

Les accords sur la réforme de la fonction publique de mars 2015 auraient dû être transposés dans leurs conventions collectives respectives. Ceux-ci comprennent une revalorisation salariale avec une prime unique de 0,9% et une augmentation du point indiciaire de 2,2% ainsi qu’une réorganisation et revalorisation des carrières.

Les méthodes de calcul posent problème

«Ce qui bloque, c’est l’enveloppe globale qui doit permettre ces modifications, explique Nora Back, secrétaire centrale du Syndicat santé, services sociaux et éducatifs de l’OGBL. Elle doit être calculée salarié par salarié en prenant compte des carrières et de l’ancienneté et nous ne sommes pas d’accord avec le patronat au niveau des méthodes de calcul», détaille-t-elle.

Le 10 mai, de 12h à 14h30, les syndicats distribueront des tracts aux passants devant la Chambre des députés et communiqueront leur position à son président. Le 4 juin, la manifestation devrait se faire place Clairefontaine. Les syndicats attendent toutes les autorisations.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Question le 03.05.2016 14:10 Report dénoncer ce commentaire

    Un truc me fait tiquer : On parle de pourcentage, de revalorisation, ... bref on nous endort avec des termes vagues, mais aucun montant n'est évoqué. La fameuse enveloppe globale, des exemples de salaires, des moyennes d'augmentation, le chiffrage des exigences on en parle pas, alors que c'est là la revendication. Les syndicats auraient peur de parler d'argent?

  • nico le 03.05.2016 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une femme de ménage travaille 40h par semaine par foi trou tôt le matin d'outre foi trait tard le soir pour 1900€ brut mais sa n'inquiète personne parce quel ne son pas dès personne son de bonne femme avec une famille ( à nourrir e rien d'autre

  • igod le 03.05.2016 18:12 Report dénoncer ce commentaire

    dans le secteur sociale la convention qui régit les salaires est la CCT SAS , elle est online et tout le monde peut y voir les différents barèmes . le problème est qu' a cause d'une diminution des financements . les employés sont engagés à des niveaux plus bas que leur diplômes . Plus aucune association ou institution n'engage d'éducateur graduée par exemple. donc les gradué doivent accepter d’être payé comme diplômé . les diplômés comme aidant éducatif etc

Les derniers commentaires

  • lrdc le 04.06.2016 12:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le salaire minimum pour une aide éducatrice qui fait le même travaille qu une éducatrice voire plus c est pas juste.

  • steph le 27.05.2016 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Jean bien résumé ! Je comprends qu' on veuille gagner plus, c est légitime, mais c est commun à tous les secteurs d activité et tous les emplois, qualifiés ou non ou super qualifiés. on veut, pour résumer, avoir toujours plus que son voisin. ..Parfois, C est normal que le voisin ait plus...il faut l accepter, sinon, j aurais tendance à qualifier cela a de la jalousie. Toute peine mérite salaire, mais aussi en partir à hauteur de ce qu' elle rapporte et des qualifications de celui qui se donne cette peine. sinon, à quoi bon perdre des années de salaires à faire des études...

  • jean le 04.05.2016 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ San: ne comparez surtout pas une infirmiere et une educatrice non plus! Et quand on voit certaines educatrices, leur responsabilité est surtout à la fin du mois, quand elles vont voir si leur salaire est dans le compte...... Ou vous faites des vraies etudes d infirmiere, ou sinon contentez vous de ce que vous avez!!! Il y a pire

  • San le 04.05.2016 11:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Femme de menage ni personnes dans un commerce non pas la responsabilite comme par ex. Une infirmiere, educateurs etc… vous n'aviez rien compris de quoi on parle!!!! C'est gens vont vous soigner tot ou tard ,vont eduquer vos enfants ils on beaucoup de responsabilite tout les jours

  • jean le 04.05.2016 08:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour parler de gens sous payés, faites un tour dans le commerce, surtout les grandes-distributions ( cactus, auchan etc) et on en reparle! Et meme qualifiés, n atteignent pas 2500€ brut apres 15 ans de service!!