Le tour des partis (9/9): le CSV

17 octobre 2013 10:00; Act: 17.10.2013 10:54 Print

«Nous n’abandonnerons pas l’indexation»

Parti numéro 1 au Luxembourg, le CSV veut le rester à l’issue des élections. Son leader, Jean-Claude Juncker, se livre.

storybild

Le CSV de Jean-Claude Juncker veut revoir les instruments d’aide à l’emploi pour les plus jeunes. (Photo Jean-Michel Hennebert)

Sur ce sujet
Une faute?

L’essentiel: Lors du «Juncker on tour» de mardi au forum Geesseknäppchen, vous avez reconnu que le CSV a fait des erreurs, lesquelles?

Jean-Claude Juncker (Premier ministre et tête de liste du CSV): Nous avons fait plusieurs erreurs sans être fautifs. Nous avons, par exemple, omis d’expliquer en détail que la crise avait atterri au Luxembourg. Nous n’avons pas suffisamment réagi aux injonctions de certains comme l’OGBL qui prétendait qu’il n’y avait pas de crise. Pourtant, il y avait beaucoup de signes précurseurs comme la dégradation des finances publiques et la montée du chômage. On a laissé dire au lieu de dire nous-mêmes.

Quel bilan tirez-vous de cette législature?

Je constate que le Luxembourg a traversé cette crise avec moins de dommages collatéraux que les pays voisins. Cela veut dire que nous avons bien réagi en début de crise avec une politique anticyclique en maintenant les investissements publics à un haut niveau. Certes, cette politique a contribué à creuser le déficit. Mais si nous ne l’avions pas fait, le pays serait resté en récession plus longtemps.

Quelles sont, aujourd’hui, vos relations avec le LSAP?

Ces trente dernières années, nous avons 25 ans de coalition entre le CSV et le LSAP. Tout au long de ces années, les relations furent parfois bonnes, parfois excellentes, parfois moins bonnes. Je me suis lié d’amitié avec certains d’entre eux et j’estime que nous avons fait du bon travail avec beaucoup d’entre eux. Et si, dimanche, le CSV devait rester le premier parti du pays, nous formerions une coalition avec l’un des trois autres partis, sans exclure le LSAP.

Quel scénario imaginez-vous au soir du 20 octobre?

Je n’en ai aucune idée. J’espère que le CSV restera le premier parti. J’ai l’impression que notre programme trouve une approbation assez large. Mais je ne veux pas confondre l’atmosphère qui règne dans les réunions avec la perception des Luxembourgeois.

Vous avez revu votre position plusieurs fois sur l’indexation des salaires. Aujourd’hui, quelles sont vos propositions?

Lors d’un congrès, j’avais proposé le plafonnement de l’index. Et j’avais attiré l’attention sur le fait que cet argent ainsi épargné serait consacré à des mesures en faveur de l’emploi des jeunes. Une tranche vient de tomber ce mois-ci, une autre tombera en octobre de l’an prochain comme cela a été décidé par la Parlement. Ensuite, la prochaine devrait tomber à l’été 2016. Nous avons devant nous trois années pour discuter en toute sérénité de la suite à accorder au mécanisme. Mais pour nous, il est clair que nous n’abandonnerons pas l’index, tout simplement parce que 50% des salariés du Luxembourg ne bénéficient pas de convention collective.

Que préconise le CSV pour lutter contre le prix et le manque de logements?

Nous pensons d’abord, comme d’autres, qu’il faut accroître l’offre. Nous voudrions que 2 700 hectares à des fins d’habitation soient rapidement mobilisés. Tout comme les 120 hectares identifiés dans 18 communes par le plan sectoriel logement. Par ailleurs, les promoteurs publics et privés doivent investir dans le logement locatif et dans le logement social. Je ne suis par ailleurs pas opposé à ce qu’il y ait des quotas de logements sociaux prévus dans les plans d’aménagements généraux des communes. Recueilli par Patrick Théry et Jean-Michel Hennebert

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • moimeme le 17.10.2013 15:17 Report dénoncer ce commentaire

    Mais par contre, on passe d'Octobre 2014 à mi 2016 sans sourciller...

  • latte macchiato le 17.10.2013 17:46 Report dénoncer ce commentaire

    Se pour quand la libération des drogues douce...? Personne en parle..?

  • jules le 17.10.2013 10:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi avoir bloqué l'indexation des petites pensions? Ces pensionnés sont aussi des consommateurs qui doivent payer le même prix que les actifs pour des marchandises de premières nécessités. Là aussi il y a eu des promesses de faites. Rien que du vent..........

Les derniers commentaires

  • Bienfait le 25.10.2013 22:01 Report dénoncer ce commentaire

    Ça en dit long sur la personne et le parti... On connait les discussions (index) en toute sérénité, du pipo !!! C'est bien mérité ce qu'il lui arrive... A joué avec le feu on fini toujours par ce brûler !!

  • Dughi le 18.10.2013 08:28 Report dénoncer ce commentaire

    Qui veut du sable? Du bon sable pour vos yeux. Toi? Tu en veux? Alors tiens.....et n'oublie pas, " Vote pour moi!!!! "

  • Coeur révélateur le 17.10.2013 18:29 Report dénoncer ce commentaire

    Mais dans les quelques départements dirigés par le LSAP, ses hauts fonctionnaires ont été placés pour surveiller leurs ministres. Ils le renseignent, reçoivent ses instructions et bricolent en arrière fond à l'Adem, à l'Éducation, à la Santé, aux Affaires étrangères et évidemment à l'Économie. Un LSAP qui, sauf cas isolés, a accepté cette mise sous tutelle sous l'œil du Grand Frère pendant 25 ans de coalition ... Et Grand Frère veut continuer de ridiculiser notre démocratie.

  • Coeur révélateur le 17.10.2013 18:19 Report dénoncer ce commentaire

    Si le Parlement allait le démettre, c'est qu'il a retenu la vérité à ses enquête.Il prétend ne pas savoir, il ne sait jamais ce qu'il omet de dire. Il va récidiver après les élections. Il reprend en main la propagande de la peur grâce à ses maîtres de la finance. L'insécurité pour voter à droite ce n'est plus les attentats communistes, islamistes, mais financiers : les dettes ... des USA... résultats de guerres qu'il a soutenu. Que ceux qui préfère l'hypocrisie à la vérité le soutiennent, se voiler la face est peut-être la meilleur façon de traverser notre époque.

  • latte macchiato le 17.10.2013 17:46 Report dénoncer ce commentaire

    Se pour quand la libération des drogues douce...? Personne en parle..?