Au Luxembourg

07 mars 2018 17:11; Act: 08.03.2018 12:44 Print

Puis-​​je aller sur l'autoroute en Vespa?

LUXEMBOURG - Mardi, un lecteur de «L'essentiel» a été surpris de doubler, sur l'A4, une Vespa qui roulait à faible allure. Que dit le code de la route en la matière?

storybild

Un lecteur a été surpris d'avoir eu à doubler, mardi à la mi-journée, une Vespa sur l'A4 entre Esch-sur-Alzette et la capitale. (photo: AFP/Illustration)

op Däitsch
Sur ce sujet

S'engager sur l'autoroute n'est évidemment pas permis à tous les moyens de transport, mais que dit le code de la route luxembourgeois en la matière? Nous avons été interpellés par un lecteur surpris d'avoir eu à doubler, mardi à la mi-journée, une Vespa sur l'A4 entre Esch-sur-Alzette et la capitale. Un deux-roues roulait alors «à 60 ou 70 km/h» après la Croix de Cessange, avant l'entrée pour Luxembourg-Ville.

«La circulation sur les autoroutes est réservée aux véhicules automoteurs (...) ainsi qu’aux remorques accouplées à condition que ces véhicules et ensembles de véhicules puissent réaliser en palier une vitesse de 40 km/h au moins», dit précisément l'article 156 du code de la route. Par élimination, «les cyclomoteurs (NDLR: véhicule à deux ou trois roues pourvu d’une cylindrée ne dépassant pas 50 cm³), les quadricycles légers et les tracteurs» n'y sont pas autorisés et, selon Legilux, le conducteur s'expose à une amende de 145 euros et un retrait de deux points sur le permis de conduire.

Une question de bon sens

«L'accès à l'autoroute est interdit aux cyclomoteurs», confirme la sécurité routière. Reste à savoir quelle est la cylindrée de la Vespa dans notre exemple. «S'il s'agit d'une Vespa 50 cm³, le conducteur est en infraction (...) S’il s’agit d’une plus grosse cylindrée, par exemple 125 cm³ catégorie motocycle léger, il n’y a pas d’interdiction», répond la sécurité routière. Le propriétaire indique à L'essentiel que son engin est un 200 cm3, aucun problème donc.

De son côté, la police grand-ducale parle de bon sens: «Il faut être conscient et savoir si on constitue une gêne pour la circulation et un danger pour soi et les autres». La police rappelle en outre que «les motards ont un risque mortel sept fois supérieur à celui des conducteurs d’autres véhicules». En France, la règle est sensiblement la même mais, qui dit «légal» ne dit pas forcément «sans danger», préviennent les assureurs sur le web.

(NC/L'essentiel)