Travail au Luxembourg

16 octobre 2017 06:57; Act: 27.07.2018 15:54 Print

Télétravail des frontaliers: «Oui», mais...

LUXEMBOURG - Le ministre du Travail n'est pas opposé au télétravail des frontaliers, mais il s'interroge sur la rentabilité du système.

storybild

«Le problème de la mobilité ne sera pas résolu par le télétravail», estime Nicolas Schmit, le ministre du Travail et de l'Emploi. (photo: Editpress)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Je ne suis pas hostile au principe du télétravail. D'ailleurs, nous allons lancer un projet-pilote dans les services publics et l'administration au Luxembourg pour en mesurer les effets», assure Nicolas Schmit, le ministre du Travail et de l'Emploi, avant d'ajouter que sur le territoire national, «cette initiative ne pose pas de problèmes de fiscalité».

La fiscalité! C'est tout le problème du télétravail des frontaliers. À l'heure actuelle, selon les règles européennes, un salarié frontalier n'a pas le droit de travailler plus de 20% en dehors de son lieu de travail (l'équivalent d'un jour sur cinq), sinon il paye des impôts là où il réside. «Je ne vois pas les pays européens changer la donne», estime le ministre. En l'état actuel des choses, des élus comme le maire de Thionville, Pierre Cuny, plaident pour la création d'espaces de coworking côté français, non loin de la frontière. Nicolas Schmit n'y est pas opposé, mais s'interroge. «Y a-t-il une réelle rentabilité pour le salarié, pour l'entreprise?».

Le ministre du Travail ne tient pas en tout cas à ce que le développement du télétravail se traduise par une insécurité juridique pour les entreprises luxembourgeoises. Une commission intergouvernementale Luxembourg-France planche actuellement sur les impacts financiers qu'auraient de telles installations. Néanmoins, Nicolas Schmit reste inflexible sur la participation financière du Luxembourg: «Ce sont des initiatives privées qui doivent être financées par le privé. Ce n'est pas le rôle de l'État», martèle-t-il.

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mike le 16.10.2017 07:57 Report dénoncer ce commentaire

    il a rien compris lui ! le télétravail permettra surtout de désengorger les trains et les routes, et donc réduire la pollution. Sans compter le bien être pour l'employé. Ca n'aura qu'un impact infime sur la rentabilité, même si on sait qu'un ministre ne fonctionne qu'avec ce mot : rentabilité ! et lancer le test dans les services publics qui se composent de 99,9% de résidents luxembourgeois, c'est absurde ! Ce matin, j'ai encore fait le trajet debout dans le train alors ça me saoule ce genre de déclaration.

  • UnFrontalier le 16.10.2017 08:11 Report dénoncer ce commentaire

    Pour commencer, un jour par semaine c'est déjà bien, je signe quand ils veulent!

  • pour commencer le 16.10.2017 07:39 Report dénoncer ce commentaire

    1 jour sur 5, c'est déjà bon à prendre

Les derniers commentaires

  • Pascal/Thionville le 17.10.2017 05:56 Report dénoncer ce commentaire

    il a bien compris.... plus de repas à Luxembourg, moins d'achats divers...

  • Frontalier le 16.10.2017 23:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La restriction du jour par semaine est liée à la sécurité sociale et non au fiscal : si on dépasse le seuil de 25% de son activité dans son pays de résidence, c'est la sécu du pays de résidence qui s'applique. Quant au fiscal, les résidents belges sont imposables en Belgique à partir du moment où ils dépassent 24 jours (et non 23) hors Luxembourg. Les allemands c'est jusqu'à 19 jours.

  • Justme le 16.10.2017 23:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jule vous imaginez tous les frontaliers vivre au luxembourg... les prix de l immobilier s envoleraient...

  • @ objectif le 16.10.2017 22:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Flexibilité! Ça permettrait de diminuer le nombre de personnes obligées de venir au Lux aux heures de pointe (un télétravail de quelques heures le matin permet d'arriver plus vite au travail après les heures de pointe). Autre exemple, plutôt que d'obliger un employé à prendre congé pour garder son enfant fiévreux à la maison (car non accepté à la crèche ou à l'école), il pourrait travailler à distance et garder ses congés pour de vraies vacances. Un employé enrhumé pourrait travailler au chaud chez lui et récupérer plus rapidement en évitant de contaminer ses collègues ou tout voisin dans les transports en commun. Plus besoin de prendre congé à perte pour attendre l'électricien, le plombier, l'employé du câble (fenêtre de 3 à 4 heures...), la livraison d'un colis, etc...

  • Amy Pond le 16.10.2017 21:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @jmarc+ : Vous, vous ne connaissez pas les open spaces où travailler entouré de 30 à 40 personnes ne permet pas vraiment de se concentrer!...