Justice au Luxembourg

12 mai 2016 17:17; Act: 12.05.2016 17:36 Print

Tous les coups pourront désormais être répertoriés

LUXEMBOURG – Les agressions restent souvent impunies car les victimes ne portent pas plainte ou trop tard. Un projet de loi va aider à poursuivre davantage de criminels.

storybild

Une victime pourra prendre son temps avant de porter plainte, les preuves seront toujours présentes.

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Coups d’un mari violent, agressions par un inconnu, passages à tabac sur le lieu de travail… Les victimes ont souvent un sentiment d’impuissance et de honte et n’osent pas se rendre au commissariat pour porter plainte. Une nouvelle structure va aujourd’hui veiller à ce que les preuves ne disparaissent pas. L’«Opferambulanz» ou unité de documentation médico-légale des violences, relèvera toutes les traces. «Si la victime veut aller à la police mais plus tard, ces documents pourront être exploités», a indiqué le ministre de la Justice, Félix Braz. Il présentait un projet de loi aux cotés de la ministre de la Santé, Lydia Mutsch et du Dr Andreas Schuff, chef du département de médecine légale au Laboratoire nationale de santé (LNS).

«Nous ne prendrons pas en charge la victime, nous ne la conseillerons pas sinon nous perdrions notre neutralité», explique Andreas Schuff. «Nous répertorierons tout et poserons éventuellement des questions sur le déroulé des événements».

Adoption du texte avant l'été

Ces mesures sont spécialement conçues pour les victimes qui ont besoin de temps pour digérer ce qui leur est arrivé, comme c’est le cas pour les agressions sexuelles par exemple. «L’Opferambulanz jouera un grand rôle pour tout ce qui concerne la violence domestique mais pourra également servir pour d’autres formes de violence», a confié Lydia Mutsch.

Les ministres espèrent une adoption du texte avant l’été. Le budget alloué sera de 200 000 euros. Le service – et c’est important de le noter – sera gratuit pour toutes les victimes.

(Henning Jochum/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Peace & Love le 12.05.2016 18:39 Report dénoncer ce commentaire

    Attention aux malins (ou malines), se blesser soi-même pour faire payer quelqu'un d'autre peut vous causer de graves problèmes devant un tribunal. Les médecins légistes n'ont pas que le rôle d'étudier les causes de la mort, mais aussi de comprendre les blessures sur une personne vivante. Très bonne initiative, frapper une personne est un acte grave et inacceptable.

  • SharkSa0005 le 12.05.2016 18:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Coups d'une femme violent également?

  • Pierre le 12.05.2016 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    j'adore le cliché: "coups d'un mari violent etc ..." N'empêche que cette ambulance rendra les simulations et accusations gratuites beaucoup plus difficiles.

Les derniers commentaires

  • Claude le 14.05.2016 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Le nombre de fausses accusations pour en tirer un profit lors d'une séparation est énorme. La plupart de ces plaintes n'ont pas de suites juridiques pour celui qui a été accusé à tort, mais malheureusement pas non-plus qui a accusé à tort. Ce qui fait augmenter le nombre de fausses accusations constamment. Actuellement, 2 femmes sont au tribunal au Luxembourg pour violences contre leurs enfants et en même temps trois éducatrices. Et si 2 pères et 3 éducateurs seraient au tribunal? La société, y compris les services sociaux, la presse, la police et les tribunaux nient la violence féminine.

  • Hipp 7 le 13.05.2016 14:27 Report dénoncer ce commentaire

    Est ce qu'un tel acte sera ignoré dans la novelle procédure de divorce?

  • olala le 13.05.2016 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On dirait que vous vivez tous dans un film américan. "Femmes qui se blessent soi-même pour accuser leur conjoint" on est pas dans gone girl. Certes, cela arrive mais ce qui arrive encore plus souvent c'est un conjoint/conjointe qui tabasse ou donne des coups à leur partenaire.

    • Michel le 13.05.2016 11:15 Report dénoncer ce commentaire

      Malheureusement ce n'est pas que de la fiction. Certes on ne condamne pas assez les auteurs mais ceux ou celles qui abusent du système ne pas non plus condamnés. Demandez voir l'avis de la Police.

  • Michel le 13.05.2016 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    Très bonne initiative mais que fait-on des 80% de fausses plaintes à la police?!? ça aussi c'est un tabou et un fléau dont personne veut en parler.

  • Poco Loco le 13.05.2016 07:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours le même cliché: les mecs cognant et les pauvres femmes souffrent. Ca existe aussi l'opposé , arrêtez les clichés svp

    • Félix le 13.05.2016 08:05 Report dénoncer ce commentaire

      Violence psychologique et fausses plaintes, personne n'en parle