Au Luxembourg

18 décembre 2017 12:41; Act: 18.12.2017 18:04 Print

Un accident de travail sur quatre causé par l'alcool

LUXEMBOURG - Lors de la présentation de l'ouvrage «L'alcool, les drogues et le travail», l'avocat Pierrot Schiltz dresse un constat sombre de la situation dans le pays.

storybild

Dans certaines entreprises au Luxembourg, jusqu'à 15% des effectifs seraient concernés par la consommation d'alcool au travail. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le constat, c'est que les drogues et l'alcool au travail, cela existe, cela pose des problèmes notamment en termes de sécurité et de santé, à la fois à la personne concernée, mais aussi à autrui», expose sans ambages Romain Schmit, secrétaire général de la Fédération des artisans. La 2e édition de l'ouvrage «L'alcool, les drogues et le travail» a été présentée ce lundi par la fédération, qui veut fournir un outil aux salariés et chefs d'entreprises pour faire face.

Depuis 2008 et la parution de la première édition, «il y a de plus en plus d'accidents du travail, de plus en plus d'absentéisme et de plus en plus de licenciements qui trouvent leur fondement dans des consommations excessives d'alcool et de drogues», constate Me Pierrot Schiltz, avocat, auteur de l'ouvrage. Ce dernier recense notamment les jurisprudences prononcées dans les tribunaux sur le sujet des drogues et livre conseils et détails sur les tests de dépistage et les fouilles en entreprise.

Un sur 10 boit quotidiennement

Selon les données compilées par l'auteur, on estime que l'alcool serait en cause dans 25% des accidents de travail. Un licenciement sur six serait la conséquence d'une telle consommation. Les absences au travail seraient quatre fois plus fréquentes chez les travailleurs consommateurs d'alcool et de drogues. Dans certaines entreprises, jusqu'à 15% des effectifs seraient concernés par la consommation d'alcool au travail.

En milieu professionnel, 8,4% des salariés interrogés pour une étude de toxicomanie consommeraient des substances illicites. Autre constat, un salarié sur 10 au Luxembourg consommerait quotidiennement de l'alcool. Les raisons sont multiples, entre volonté d'améliorer sa performance, lutter contre le stress, ou encore pour suivre les habitudes de consommation dans l'entreprise et ne pas se sentir exclu.

Une loi pour interdire?

Pour autant, il reste encore des tolérances de la part des pouvoirs publics, selon Me Schiltz. Lui préconise une loi interdisant purement et simplement la consommation d'alcool et de drogues sur le lieu de travail, et de s'y présenter après en avoir consommé. «Le problème serait réglé une fois pour toutes et les acteurs du contrat de travail auraient la facilité de savoir à quoi s'en tenir», estime le juriste. Le ministre du Travail, Nicolas Schmit, présent lors de la conférence de presse, n'a pas indiqué vouloir légiférer dans ce sens.

Des conventions collectives sectorielles bannissent déjà la consommation de substances psychoactives et prévoient un licenciement avec effet immédiat pour faute grave. «On regrette que beaucoup de juges font fi, en pratique, des sanctions qui y sont mentionnées», observe Romain Schmit. Et Me Schiltz de conclure: «En dépit que ces conventions collectives sont déclarées d'ordre publique et applicables, les juges estiment que s'il y a consommation d'alcool, cela ne justifie pas un licenciement pour autant qu'elle reste un fait isolé non accompagné de fait perturbateur. Il faut qu'un accident ou un fait grave se produise au sein de l'entreprise pour que le juge reconnaisse qu'il y ait faute grave et un licenciement».

Romain Schmit, secrétaire général de la Fédération des artisans et Me Pierrot Schiltz, avocat, au micro de L'essentiel

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Constat le 18.12.2017 15:25 Report dénoncer ce commentaire

    75% des accidents causés sans alcool. En buvant de l'alcool, il y a moins de risques :-)

  • Pierre Camus le 18.12.2017 14:41 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait virer les patrons alcooliques!

  • kilouttou le 18.12.2017 17:16 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on est sous pression, on peut se tourner vers la bouteille.

Les derniers commentaires

  • Pfff/Fonc_Lux le 20.12.2017 14:40 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils fassent les tests à l'entrée des bâtiments des fonctionnaires, ça réduira déjà bien les stats !

  • Jeff le 19.12.2017 09:51 Report dénoncer ce commentaire

    Licenciement pour faute grave? Comment la faire constater? quand vous avez un ouvrier sur chantier qui est fortement alcoolisé la direction n'a nullement le droit de procéder à un éthylotest, vous appelez la police elle ne se déplace pas pour ça et l'ITM encore moins. Vous ne pouvez pas le renvoyer chez lui pendant les heures de travaille sous peine d'être tenu responsable d'un accident qu'il pourrait avoir ou provoquer, alors elle est où la législation pour arreter cela ???? C'est pas ce livre qui va apporter des réponses....

  • xxx le 19.12.2017 00:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout a fait d accord avec vous étant moi même serveuse , je me demande parfois comment ils font pour avaler autant et retourner travailler ... tout le monde sait mais ferme les yeux c est Bien dommage y en a qui mériteraient une bonne punition

  • Jean II le 18.12.2017 21:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Full-Ice. + 1000

  • kilouttou le 18.12.2017 17:16 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on est sous pression, on peut se tourner vers la bouteille.