Enseignement au Luxembourg

13 mars 2018 16:03; Act: 13.03.2018 16:07 Print

Un budget de plus de 19 500 euros par élève

LUXEMBOURG - En septembre, l'OCDE indiquait que le pays se distingue par les moyens consacrés à l'éducation. Ce que confirme en chiffres le Statec, ce mardi.

storybild

Selon l'Institut luxembourgeois de la statistique, un élève du fondamental a coûté 19 593 euros sur l'année scolaire 2015/2016. (photo: Editpress/Alain Rischard)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) indiquait, à la rentrée de septembre dernier, qu'un élève coûte 18 000 euros au Luxembourg. «Deux fois plus que la moyenne dans les pays développés», relevait même l'instance. Ce mardi, le Statec confirme la tendance et glisse même des chiffres plus élevés. Selon l'Institut luxembourgeois de la statistique, un élève du fondamental a coûté 19 593 euros sur l'année scolaire 2015/2016. C'était 19 855 euros pour un élève du secondaire et 19 728 euros pour un élève du secondaire technique.

L'effort financier du pays en matière d'éducation est donc significatif. Il n'a d'ailleurs cessé d'augmenter ces dernières années. Le budget de l'enseignement public a passé la barre des deux milliards d'euros en 2016 et a gonflé encore à 2,2 milliards l'an passé, toujours selon les données du Statec.

Des effectifs en hausse

Le pays comptait, sur l'année scolaire 2016/2017, 101 524 élèves, dont 48 319 dans le fondamental, 39 171 en post-primaire et plus de 13 000 dans les programmes internationaux. Le nombre d'enseignants atteignait lui 5 715 dans le fondamental (soit 1 300 de plus qu'il y a dix ans) et 4 504 dans le post-primaire (800 de plus qu'en 2006/2007).

Selon le Statec, les moyens consacrés à l'éducation au Luxembourg pourraient notamment avoir un effet positif sur le décrochage scolaire, dont le taux est passé à 12,4% des élèves en 2015/2016 contre 14,9% dix ans plus tôt.

(nc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • anne le 13.03.2018 17:08 Report dénoncer ce commentaire

    ca ne veut pas dire qualité d'enseignement car il suffit de retirer les salaires des profs et il ne reste plus rien

  • Xerxes le 13.03.2018 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    90% est le salaire de profs

  • sebdesign le 13.03.2018 18:44 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on voit le salaire des enseignants (pour ce qu'ils enseignent...) et le nombre de jours travaillés qui est totalement différent d'un employé normal qui a 25 jours de congés. Sans oublier qu'ils enseignent toujours la même matière ou presque chaque années donc aucunes mise à jour.... Ok pas mal d'études mais c'est pour cela qu'ils méritent autant d'avantages.

Les derniers commentaires

  • francais du lux le 14.03.2018 18:28 Report dénoncer ce commentaire

    La faute des profs... comme c'est facile, hein? Faut croire que les enfants qui ne réussissent pas, ont eu des parents absents ou des parents qui n'ont pas réussi eux-mêmes. Les miens ont réussi et pourtant, j'suis pas une lumière.

  • Luxo le 14.03.2018 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    Faut il dépenser encore plus pour obtenir un niveau d'éducation acceptable? Ou faut il changer ce qui ne va pas? Comme il n'est pas possible de remplacer les élèves, remplaçons les mauvais profs par de meilleurs enseigants. S'il le faut recrutons les à l'étranger. Si la langue luxembourgeoise est un problème, Nous pourrions proposer une scolarité soit en français ou en allemand selon le choix de parents . Et la langue luxembourgeoise serait facultative et enseignée en dehors des heures de cours obligatoires.

  • Nono le 14.03.2018 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Pour quel résultat !!! sont trop gatés les minos ici au regard des infratrusctures en place pour eux..ces gamins pensent encore qu'en sortant de l'école ils auront un travail de fonctionnaire comme Papy.Mamy.tonton.etc..etc..mais c'est mort là, le problème c'est qu'ont leur dit pas de se bouger le popotin donc c'est pas leur faute.

  • Constat le 14.03.2018 11:47 Report dénoncer ce commentaire

    Dans beaucoup d'emplois on est rémunéré selon nos résultats mais les profs sont bien payés alors que le niveau d'éducation ici est vraiment faible. Je connais 2 personnes travaillant dans l'enseignement au Luxembourg elles ont toutes les 2 choisis de faire les cours à domicile à leurs enfants car à l'école le niveau était trop faible pour prétendre à une bonne école (hors Luxembourg) plus tard.

  • Unicorn le 14.03.2018 09:38 Report dénoncer ce commentaire

    Quand une profession est trop bien payée, elle attire ceux qui veulent être bien payés, quand une profession est mal payée, ne viennent plus que ceux qui en sont passionnés. Et c'est bien le problème, les profs intellectualisent pour cacher leurs incompétences pédagogiques et humaines, leur erreur d'orientation professionnelle, les élèves sont réduits à un nombre d'objets, les profs passionnés qui s'impliquent dans le sujet élève, qui n'attend que ça, est presque exterminé à coup de réformes répétées du ministère.

    • Luxvit le 14.03.2018 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      Là vous indiquez un point important qui est présent dans beacoup de secteurs au Luxembourg, éducation scolaire, université, hôpitaux, bien sûr finances aussi etc. Un salaire trop élevé attire des gens qui ne s'intéressent qu'à ça et ruinent le métier et l'atmosphère et la collégialité et cohésion générale pour ceux qui en premier lieu sont passionnés par le métier.