Autofestival

26 janvier 2018 09:00; Act: 26.01.2018 10:47 Print

Un match entre les SUV et les hybrides

LUXEMBOURG - Après une année 2017 qui a établi un record des ventes (52 775), les concessions espèrent un 54e Autofestival abouti.

storybild

Les professionnels de l'automobile sont sur le pied de guerre. (photo: Editpress)

Sur ce sujet

Tous les professionnels de l’automobile sont sur le pied de guerre. Dès samedi, c’est l’Autofestival. Une période cruciale de dix jours (jusqu’au lundi 5 février) pendant laquelle 18 000 bons de commande seront signés. Cela représente pour les concessionnaires et garagistes du Grand-Duché plus d’un tiers des immatriculations de véhicules neufs.

Après une année 2017 de tous les records où 52 775 voitures neuves ont été immatriculées, les professionnels de l’automobile sont résolument optimistes. «Les chiffres de la fin d’année et de ce début d’année sont bons. On devrait avoir beaucoup de monde dans les concessions», avance Jean-Louis Rigaux, membre de la direction du garage Pirsch, à Luxembourg-Ville.

90 concessions

Un sentiment partagé par les autres professionnels du secteur, comme l’avaient souligné Philippe Mersch (Fégarlux) et Benji Kontz (ADAL) lors de la présentation de ce 54e Autofestival. Cet événement toujours plébiscité par les clients grâce à d’importants rabais ou des véhicules suréquipés est aussi «l’un des premiers indicateurs économiques», selon Philippe Mersch.

Les 90 concessions vont se plier en quatre. «Nous proposons toute notre gamme de voitures à l’essai pendant l’Autofestival», explique Kevin Colas, responsable marketing chez Autopolis. Chez BMW Bilia-Emond, «on s’oriente beaucoup sur l’électrique et l’hybride», confie le responsable des ventes du site, Mathieu Delbergue. Les modèles hybrides et plug-in devraient en tout cas susciter la curiosité cette année. Reste à savoir si les clients luxembourgeois seront séduits par leur potentiel ou par les SUV.

Parées pour leur 1er Autofestival

Solange (à g.) et Nathalie, les atouts charme de Toyota et Lexus.

Et dans un secteur qui est réputé très masculin, des femmes ont trouvé leur place. Elles ont été embauchées en début d’année chez Toyota et Lexus. Solange Justino, 22 ans, et Nathalie Turci, 34 ans, vont vivre leur premier Autofestival comme vendeuses. «J’aime travailler sous pression. Je suis très enthousiaste pour la suite des événements», se réjouit Solange. Hôtesse pour Toyota Luxembourg où elle avait présenté le CH-R à sa sortie, la jeune femme avait fait bonne impression. «Je me suis toujours intéressée à l’automobile grâce à mon frère», poursuit-elle.

Quant à Nathalie Turci, elle a d’abord fait ses armes dans la vente de véhicules d’occasion. C’est avec l’équipe de Lexus Luxembourg qu’elle va vivre son premier Autofestival. «Je suis très contente. D’autant que quand j’ai voulu changer de job, le seul CV que j’ai déposé c’était chez Lexus». Selon elle, «la première impression avec le client est primordiale». Elle n’en néglige pas pour autant, ensuite, le suivi de ses clients. Sa passion de l’auto? «J’adorais la Formule 1 étant petite».

(Patrick Théry/L'essentiel)