Au Luxembourg

18 janvier 2018 09:00; Act: 17.01.2018 19:39 Print

Une leçon de cinéma avec Andy Bausch

Le réalisateur luxembourgeois animait mardi une masterclass à la Cinémathèque devant une audience composée majoritairement de lycéens et de jeunes adultes.

storybild

Le réalisateur a évoqué ses débuts au Luxembourg dans un pays qui ne disposait pas encore d’une industrie cinématographique. (photo: Editpress/©editpressalain Rischard)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous réalisons des vidéos avec le club ciné de notre lycée. Et c’est très intéressant pour nous de profiter du savoir-faire et de l’expérience d’un professionnel», commentaient hier à la Cinémathèque de la ville de Luxembourg Ben, 17 ans, et Charel, 16, du Lycée Robert Schuman. Le pro en question, c’est Andy Bausch. Le réalisateur luxembourgeois, avec 35 ans de carrière à son actif, rencontrait une audience composée majoritairement de lycéens et de jeunes adultes, en préambule du concours vidéos de la Grande Région, Créajeune.

Le réalisateur a évoqué ses débuts au Luxembourg dans un pays qui ne disposait pas d’une industrie cinématographique. Il a parlé du film «Troublemaker» qu’il avait commencé à tourner car la prison avait déménagé et que l’ancien bâtiment se prêtait bien à un film. Mais il avait dû mettre le film en suspens faute d’argent pour développer les rushs. Il a aussi évoqué son acteur fétiche, Thierry Van Werveke, décédé en 2009. Les jeunes ont posé des questions très variées autant sur la vie sur un plateau que sur ses choix de sujets. Au final, Charel aimerait travailler dans le ciné, Ben préférerait que ça reste un loisir, mais tout les deux trouvent que le cinéma est une très bonne manière de faire passer ses sentiments et opinions politiques».

(Séverine Goffin/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Alexis Farniente le 18.01.2018 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    Mouais, c'est clair qu'en matière de production cinématographique, au GdL, tout reste à faire.

  • je suis pour le 19.01.2018 16:39 Report dénoncer ce commentaire

    Que de commentaires condescendants ! Moi, je trouve que tous les films et documentaires d'Andy Bausch sont intéressants, à des degrés variables. Ne jamais oublier la petitesse du pays !

Les derniers commentaires

  • je suis pour le 19.01.2018 16:39 Report dénoncer ce commentaire

    Que de commentaires condescendants ! Moi, je trouve que tous les films et documentaires d'Andy Bausch sont intéressants, à des degrés variables. Ne jamais oublier la petitesse du pays !

  • Alexis Farniente le 18.01.2018 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    Mouais, c'est clair qu'en matière de production cinématographique, au GdL, tout reste à faire.

    • Emma Steinnerg le 18.01.2018 10:10 Report dénoncer ce commentaire

      Au moins c'est pas chez nous qu'il y aura de scandales à la Weinstein!

    • @Emma le 18.01.2018 13:56 Report dénoncer ce commentaire

      D'une manière générale, peu de Luxembourgeoises , ont le profil requis.

    • Kim le 18.01.2018 15:17 Report dénoncer ce commentaire

      Il vaut mieux ne pas avoir d'industrie cinématographique qu'un cinéma chiant!

    • JJ Steinmetz le 18.01.2018 15:38 Report dénoncer ce commentaire

      Les luxembourgeois sont avant tout des consommateurs,