À Luxembourg

08 mai 2018 15:58; Act: 09.05.2018 14:30 Print

Vous prendrez bien un peu de miel du Kirchberg

LUXEMBOURG - Depuis un an, des abeilles s’affairent pour faire du miel sur le toit du Sofitel au Kirchberg. La récolte est prévue pour bientôt.

op Däitsch
Sur ce sujet

Le miel, Hugo Zeler est tombé dedans quand il était petit. D’ailleurs, ce Luxembourgo-Français, né au Grand-Duché, va s’y consacrer à plein temps à partir de cet automne, abandonnant son job actuel dans l’aéronautique. Des ruches, il en a déjà. «J’ai appris l’apiculture avec les anciens, qu’ils soient amateurs ou professionnels», raconte ce passionné. Autrefois installé à la campagne, il implante désormais ses ruches en ville. «La saison y commence plus tôt et y finit plus tard, parce que les gens plantent. Mais c'est plus de logistique, surtout pour monter le matériel ici».

Ici, c'est le toit de l'hôtel Sofitel, situé à l'entrée du Kirchberg. En effet, depuis le printemps 2017, huit ruches pour environ 400 000 abeilles vivent sur le toit de l'établissement. Elles vont faire du miel de Colza», explique Hugo Zeler, «il y en a encore pas mal par ici». Si une abeille va en général chercher du pollen à 600 m autour de sa ruche, elle peut pousser jusqu’à 3 km.

40 ruches à Luxembourg-Ville

Le miel, «je pense en récolter 20 kg par ruche cet été» dit-il, sera notamment utilisé par l’hôtel pour ses petits-déjeuners, par exemple. Une action qui entre dans le cadre de la politique du groupe hôtelier en matière de sensibilisation à la biodiversité, à la consommation de produits locaux et de lutte contre le gaspillage, explique Marie-Hélène Onursal, directrice générale du Sofitel Luxembourg Europe.

Diaporama: Le miel du Krichberg est prêt pour la récolte

Hugo Zeler, lui, va continuer à développer son miel. Il gère déjà une quarantaine de ruches en entreprise ou chez des particuliers au Kirchberg, au Limperstberg et à Bonnevoie, en attendant la Cloche d’or. «Le faire de cette manière, cela me permettra d'en vivre. Je fais deux récoltes par an, une au printemps et une en été».

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Surfer le 09.05.2018 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    Euhh... félicitations à cette personne que le travail n'effraie pas. Par contre, le miel de colza, vu ce que les agriculteurs balancent sur cette plante, je déconseillerais d'en manger. Evitez aussi de manger du miel "toutes fleurs". Les seuls recommandables sont le miel de sapin, le miel d'accacia : là on est sûr que les agriculteurs ne répandent pas leur poison.

  • bee movie le 09.05.2018 10:26 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne idée, j'espère que ça évitera aux ruches d'être vandalisées ou volées comme il y a quelques jours à Rumelange

  • eldrie le 09.05.2018 12:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À développer un peu partout, redonnons un peu de nature à nos espaces bétonnés, nous ne nous en porterons que mieux !

Les derniers commentaires

  • Luxo le 09.05.2018 22:31 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous inquiétez pas pour la pollution de ce miel, il profitera comme les autres, du label "marque Nationale"

  • Maya le 09.05.2018 19:52 Report dénoncer ce commentaire

    Plutôt que de se battre sur la qualité, bio, pas bio, pollué ou pas, moi je suis pour donner des fonds et faire "pousser" des ruches un peu partout, en campagne, pour essayer de sauver les abeilles. Parce que quand elles seront toutes mortes, nous suivrons peu d'années après ! Alors, une initiative de l'état, un fond quickstarter ?

    • fabilux le 10.05.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

      à Maya, d'où vient de nom mdr, c'est très joli et sent bon l'enfance!! je suis bien d'accord avec vous , avant tout sauvons les abeilles, personne ne force personne à le déguster après tout . Je souhaite à ce jeune homme de réussir .

  • itk le 09.05.2018 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Laisser le miel aux abeilles !!

  • Marco le 09.05.2018 16:08 Report dénoncer ce commentaire

    À Wiltz serait un miel plus naturel :-) Kirchberg?

    • Anne le 09.05.2018 18:09 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi pas au Kirchberg? Le périmètre d'action des abeilles varie en fonction de la saison et elles peuvent aller très loin compte tenu de la taille de l'animal. Il y a de quoi butiner aux alentours du Kirchberg. De plus, la ville constitue une sorte de refuge pour ces petites bêtes qui sont extrêmement sensibles aux polluants de toutes sortes. Si elles restent dans la ruche, c'est que la reine va bien. Et quand la reine va bien, les ouvrières produisent bien. Et l'essaim ne désertera pas la ruche. La preuve au Kirchberg!

    • fabilux le 10.05.2018 08:37 Report dénoncer ce commentaire

      on peut en mettre ds bcq d'endroits, effectivement!

  • brunorio le 09.05.2018 15:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    du miel pollué

    • fabilux le 10.05.2018 08:40 Report dénoncer ce commentaire

      non, bien moins que ds la campagne, paradoxal mais vrai . Il y a trop de polluants qui tuent les abeilles ds la campagne .