Étudiante luxembourgeoise

14 août 2019 07:00; Act: 14.08.2019 10:41 Print

À 21 ans en maison de retraite, mais sans loyer

TRÈVES/LUXEMBOURG – Dans le cadre d'un projet de colocation entre étudiants et seniors, une Luxembourgeoise a choisi de vivre dans une résidence pour personnes âgées.

storybild

La Luxembourgeoise Anne Bourgmeyer en train de jouer avec ses colocatrices. Pour l'étudiante, le loyer est gratuit en échange de temps consacré aux seniors. (photo: Harald Tittel)

Sur ce sujet
Une faute?

Anne Bourgmeyer est étudiante et se sent parfaitement chez elle à la maison de retraite. Depuis le début de l'année, la jeune femme de 21 ans vit sous le même toit que 160 seniors, à Trèves. Elle dit désormais «faire partie de la résidence». La jeune femme originaire du Luxembourg a emménagé dans le cadre d'un projet de colocation très particulier, qui consiste à bénéficier d'un loyer gratuit en échange d'un peu de temps accordé aux personnes âgées. «C'est vraiment très bien ici. Les anciens ont tant de choses à nous apprendre», explique-t-elle.

Depuis le mois de février, elle a été rejointe par une autre étudiante de Palatinat avec laquelle elle partage désormais un appartement. Selon Anne Bourgmeyer, le projet n'en est devenu que plus vivant. Ensemble, elles ont déjà organisé pas mal de choses, notamment des après-midi cinéma, un événement culinaire, ainsi qu'une soirée disco avec de la musique des années 50 et 60, «une soirée grandement appréciée par les résidents qui ont dansé jusqu'à 23h30, un horaire tardif pour la maison».

Lutter contre l'isolement des résidents

Les étudiantes de la résidence Am Zuckerberg sont tenues de consacrer 35 heures par mois aux résidents avec lesquels elles s'entretiennent, jouent, vont au marché, entre autres. En échange, elles bénéficient d'un loyer gratuit en plein centre de Trèves, ce qui n'est pas négligeable dans une ville où les logements étudiants sont rares. «Cela fonctionne très bien», confirme la directrice de la résidence, Andrea Cremer. «Les étudiantes apportent de la vie dans la maison», ajoute t-elle. Deux autres étudiantes devraient venir compléter le groupe en septembre ou en octobre. Le choix des candidats sera probablement décidé la semaine prochaine.

Selon Andrea Cremer, le projet rencontre globalement un écho positif. On discute tantôt dans le couloir, tantôt au café. La taux de participation aux activités organisées par les étudiantes ne cesse d'augmenter. «Cela a également créé des liens entre les résidents qui ne seraient peut-être pas faits autrement». Une chose est claire: le projet de colocation entre étudiantes et personnes âgées a pour objectif de lutter contre l'isolement des résidents.

La colocation de Trèves est la première du genre en Allemagne

Étudiante en sciences de l'éducation, Anne Bourgmeyer accompagne quelquefois les résidents lors d'une sortie en bateau. Prochainement, elle et ses camarades envisagent de reconfigurer la bibliothèque de la résidence. «Tout le monde est adorable ici. Certains sont plus ouverts que d'autres, mais on s'entend bien avec tout le monde», précise la jeune femme. En plus des étudiantes présentes sur place, quatre autres vivant en dehors de la résidence sont également impliquées dans le projet.

L'idée de créer une colocation entre étudiants et seniors est née aux Pays-Bas où il existe un projet similaire dont l'objectif est le même: lutter contre le «Grijze Druk» (la grisaille) et apporter de la gaieté dans une société toujours plus vieillissante. D'après les recherches d'Andrea Cremer, la colocation de Trèves est la première du genre en Allemagne. «Quand nous avons lancé le projet, nous avons reçu de nombreux appels d'intéressés», confie-t-elle avec enthousiasme.

(L'essentiel/dpa)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bravo le 14.08.2019 08:01 Report dénoncer ce commentaire

    Belle initiative! N'oublions pas que nous finirons tous vieux (et peut-être seuls) si personne ne fait d'effort.

  • avis le 14.08.2019 08:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo à cette jeune fille, un exemple. Il faudrait le faire partout ça permettrait aux personnes âgées de se sentir mieux.

  • georgette le 14.08.2019 08:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Magnifique. Enfin une idée qui donne du sens.

Les derniers commentaires

  • carla gomes le 15.08.2019 14:14 Report dénoncer ce commentaire

    Personnellement je trouve cette initiative excellente, cela devrait se faire dans toutes les maisons de retraite pour justement éviter la solitude quotidienne aux résidents et ainsi faire connaissance entre eux. En tout cas grand Bravo à Anne Bourgmeyer pour toutes ses idées inovantes :)

  • briciola le 15.08.2019 13:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je trouve ceci super

  • dominator le 15.08.2019 10:02 Report dénoncer ce commentaire

    à l'heure où les maisons de retraite s'équipe de "robot" ou tout autre forme de "truc intelligence artificiel" cette formule étudiant/retraité est de loin la meilleur pour l'isolement/sollitude de nombreux de nos "Vieux" Dans quelques années je serais certainement dans une ehpad je préfèrerai parler à un humain que robot! y a t'il cette initiative dans les pays limitrophes? France, Belgique et Luxembourg

  • rock le 15.08.2019 01:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    super, tres belle historie!

  • cher le 14.08.2019 19:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une chambre coûte 3500 euros minimum dans une maison de retraite ici . Donc le loyer coûterait trop cher