Au Luxembourg

05 juin 2020 14:29; Act: 08.06.2020 08:40 Print

À plus de 1 500, «genou à terre» contre le racisme

LUXEMBOURG - La manifestation contre les violences policières et le racisme a largement mobilisé dans la capitale, vendredi. Récit et témoignages.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

C’est l’écho d’une vidéo insoutenable qui retentit à plus de 7 000 km de Minneapolis. Vendredi, plus d’un millier de personnes (1 500 selon la police) se sont réunies devant l’ambassade américaine au Luxembourg pour dénoncer le racisme et les violences policières, suite au décès de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans mort asphyxié par un policier blanc, le 25 mai dernier.

Beaucoup de jeunes, des lycéens, des Afro-américains, des Luxembourgeois et des résidents de toutes origines, tous ont bravé la pluie pour crier leur colère à coup de slogans: «Blacks lives matter» (La vie des noirs compte), «I can’t breathe» (Je ne peux pas respirer), «Racism is a pandemic too» (Le racisme aussi est une pandémie), «We still have a dream» (Nous avons toujours un rêve).

«Luxembourg multiculturel»

Alors que les discours s'enchaînent en anglais, en français mais également en portugais, les manifestants posent régulièrement un genou à terre, reprenant le geste du footballeur américain Colin Kaepernick, comme pour symboliser leur résistance aux violences policières. En plus de faire entendre leur voix, ils diffusent dans les mégaphones celles de Beyoncé, Kendrick Lamar ou encore 2Pac à travers leurs morceaux les plus engagés.

Les protestations sont vigoureuses mais totalement pacifiques, et les discours prononcés en appellent à la résistance civique contre «un racisme systématique», comme l'explique Itopa, 33 ans, germano-nigérian venu spécialement de Trèves, pour participer à la manifestation. «Le Luxembourg est un pays multiculturel avec beaucoup de personnes africaines d'origine. C'est positif de voir autant de monde se rassembler pour une même cause».

«Si ça ne bouge pas aux États-Unis, ça ne bouge pas ici»

Un discours fédérateur partagé par Daniel, 22 ans, originaire d'Ettelbruck. Bien que né au Luxembourg, lui aussi a déjà subi le racisme. «C'est une somme de petites choses. Cela va des regards méfiants au refus d'entrée dans les boîtes de nuit».

Pour lui, c'est évident, la caisse de résonance des manifestations aux États-Unis ouvre le débat dans le monde entier: «C'est un peu la capitale du monde. Si ça ne bouge pas chez eux, ça ne bouge pas ici».

«Montrons que le Luxembourg ne dort pas»

«Il est important que notre voix soit entendue, comme à New York, Los Angeles, Paris ou Berlin. Montrons que le Luxembourg ne dort pas», scande une militante. Comme elle, de nombreux Afro-américains qui résident au Grand-Duché ont pris part à la manifestation, n'hésitant pas à prendre la parole pour témoigner de leur histoire.

«À vrai dire, j'aimerais être là-bas pour manifester avec ma famille et mes amis. Je ressens leur peine, même si je suis loin. Mais cela me réjouit de voir autant de gens rassemblés pour notre cause. Beaucoup de personnes font l'effort de comprendre notre douleur, et c'est le plus important», explique Vanessa, expatriée américaine au Luxembourg, depuis 3 ans.

«Un mouvement qui n'a jamais existé au Luxembourg»

Organisée par l'association antiraciste Lëtz Rise Up, la manifestation constitue un succès retentissant pour les responsables de l'ASBL. Une belle occasion pour Sandrine Gashonga, sa présidente, d'appeler à un antiracisme actif au sein de la société. Et pas seulement durant cette période particulière: «Nous devons interroger notre société et affronter ces problèmes ancrés. Je m'adresse aussi aux personnes blanches: ne venez pas simplement manifester un vendredi. Mais demandez-vous ce que vous faites tous les jours pour lutter contre le racisme», a-t-elle lancé, tout en saluant «un mouvement qui n'a jamais existé au Luxembourg».

Alors que la foule se dispersait vers 16h, d'autres manifestants restaient sur place devant une ambassade américaine silencieuse, les volets fermés. Une manière de signifier que la lutte n'est pas près de s'arrêter...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mega le 05.06.2020 14:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je pensais que tout rassemblement sur la voie publique, était limité à 20 personnes.

  • jacques le 05.06.2020 15:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ha c’est beau... on oublie carrément le covid.... on a ici des gens qui ne savent vraiment pas quoi faire de leur temps.... nous ne sommes pas aux USA ici laissons le problème là où il est, c’est bien de manifester contre le racisme mais la période est mal choisie pour ce type de rassemblement qui me semble-t-il n’est pas urgent ni d’une importance capitale... j’espère qu’avec ce genre de comportement nous n’allons pas retomber dans un nouveau pic de contamination et à nouveau un reconfinement. Car là ce sera très grave.

  • Mais merde alors le 05.06.2020 16:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et après on annule de multiples fêtes en plein air.... fête de la musique,fête nationale...Concerts....Faut arrêter de prendre les citoyens pour des C.... A bon entendeur.....

Les derniers commentaires

  • 0Sibe le 07.06.2020 00:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Don Juan oui on se demande ou est la reflexion de ceux qui ont autorisė cette manifestation Madrid , le Covid a explosé après une manif autorisée dans 1 ou 2 semaines on aura les résultats

  • Phil le 06.06.2020 20:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement, aux US, même si on respecte la police et qu'on n'a pas de chance, qu'on soit blanc ou noir, on risque de subir le même sort que Georges Floyd...

  • David le 06.06.2020 20:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable... ces gens feraient mieux de manifester contre le racisme très très présent dans leur pays, à savoir contre les frontaliers (surtout nos amis français).... sûrement les mêmes qui allaient manifester pour la planète avec leur gros SUV et voitures polluantes....

  • anotherdayinparadise le 06.06.2020 19:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous ces gens qui se croient remplis d’humanité alors que on vient de deconfiner et qu’il faut protéger et se protéger pour qu’il n’y ait plus de morts...cherchez l’erreur !

  • Mimi le 06.06.2020 17:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les distances de sécurité ?Tout le monde a déjà oublié le coronavirus et c’est bien triste !