Église au Luxembourg

19 octobre 2021 07:00; Act: 19.10.2021 08:04 Print

Abus sexuels, «jamais trop tard pour réagir»

LUXEMBOURG - Au Grand-Duché, l'Église catholique dispose d'un Centre d'accueil des victimes d'abus sexuels. Le vicaire général fait le point après le récent rapport français.

storybild

Patrick Muller, vicaire général, a répondu en toute transparence à nos questions.

Sur ce sujet
Une faute?

Le 5 octobre dernier, un rapport dressait un état des lieux «accablant» sur l'Église catholique en France, estimant que 216 000 mineurs ont été victimes d'abus sexuels par des prêtres, diacres et religieux depuis les années 1950. Le pape François avait immédiatement exprimé sa «honte» et sa «douleur» après la publication de ce rapport. Un sentiment partagé par Patrick Muller, vicaire général de l'archidiocèse de Luxembourg. «À titre personnel, j'ai été effrayé et profondément triste pour ces victimes de violences spirituelles et sexuelles», nous a-t-il confié par téléphone, avant de faire la part des choses avec le Luxembourg.

«Nous avons été surpris que la France prenne autant de temps pour faire ce travail», s'est étonné Patrick Muller. «Au Grand-Duché, ce type de rapport a été dressé dès les années 2010, à la suite de scandales semblables qui ont éclaté en Allemagne. La France n'était visiblement pas épargnée non plus. Il n'est jamais trop tard pour réagir et il faut parfois se donner le temps nécessaire. Prions pour ces victimes et restons surtout à leur écoute».

Un «screening» chez un psychologue et chez un psychiatre

Face à de tels actes, comment l'Église catholique réagit-elle au Luxembourg? «Depuis 2017», prévient le vicaire général, nous dispensons, sur cette question, des formations à nos collaborateurs, qui sont au contact des mineurs et des vulnérables. 96 personnes ont suivi ces cours en 2017, 74 en 2019 et une vingtaine se sont encore inscrites en 2021. Nous proposons également une formation facultative à notre personnel administratif, pour que chacun soit bien préparé avant d'aller sur le terrain».

«C'est très important de communiquer et d'être transparent sur ces questions», ajoute encore Patrick Muller. «Pour les candidats diacres, prêtres ou encore laïcs à la pastorale, nous avons instauré un "screening" chez un psychologue et chez un psychiatre pour tenter de détecter si ces candidats n'ont pas de disposition à la pédophilie. Les résultats? On espère que cette étape puisse empêcher certaines personnes de se présenter».

Des faits qui remontent aux années 1960-1970

En février 2021, l'archevêché de Luxembourg a publié le rapport annuel 2020 du Centre d'accueil des victimes d'abus sexuels de l'Église catholique. Deux victimes se sont adressées à l'organisme au cours de l'année écoulée. Alors mineures, elles auraient été agressées sexuellement dans les années 1960. Elles accusent trois prêtres ou religieux ainsi qu'une autre personne. Une autre personne a signalé des violences physiques et des abus émotionnels, qui auraient été commis par une religieuse. Le vicaire général a transmis toutes les plaintes au ministère public.

«Ces faits datent généralement des années 1960-1970», regrette Patrick Muller. «À l'époque, ces victimes ne se sont pas manifestées, car nous ne disposions pas, non plus, des structures adéquates pour leur permettre de s'exprimer en toute confidentialité. Aujourd'hui, nous sommes à leur écoute et des entrevues sont proposées pour déboucher sur un rapport qui peut alors mener à une indemnisation. Une commission indépendante analyse chaque cas et à titre d'exemple, en 2020, trois personnes ont été indemnisées».

(Frédéric Lambert / L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cequifaut le 19.10.2021 08:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    cette eglise qui condannevle péché, sauf les siens,vaste blague qui ruine la vie des gens,y a t il juste une religion correcte....

  • kevin le 19.10.2021 08:48 Report dénoncer ce commentaire

    Combien de curé ou vicaire jugés responsables au Luxembourg? Combien d'exclusion ? Alors SVP épargnez nous votre fausse repentance. Les victimes n'ont pas besoin de prières mais seulement que leurs bourreaux soient jugés et punis.

  • georgette le 19.10.2021 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le commun des mortels finirai en prison pour de tel actes.

Les derniers commentaires

  • 54MM le 19.10.2021 12:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jesus na jamais prêché une religion l’homme la fait Jesus a dit qu’il est le chemin et nous devons suivre ce chemin

    • Non je ne suis pas d'accord! le 19.10.2021 20:33 Report dénoncer ce commentaire

      ???? tu veux pas répéter en français, merci.

  • pralin le 19.10.2021 11:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mary , exactement, mais le problème c’est qu’un pédophile reste un pédophile .

  • Mary le 19.10.2021 11:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Laissez ces prêtres, curés, bonnes sœurs avoir des vies équilibrées et se marier! Il faut commencer par là

  • AltModish le 19.10.2021 11:11 Report dénoncer ce commentaire

    Tous les religions sont bonnes à l'origine Elles partent toutes sur de bonnes intentions Cependant elles sont toutes sujettes à interprétations qui mêlées à l'esprit rotor de l'humain, peut se transformer en outil de manipulation des masses C'est ce qui est observé depuis un peu plus de deux milles ans. Et bien plus lorsqu'on s'attardent à étudier un tant soit peu les religions antérieures Les religions doivent être un outil d'élévation personnel, malheureusement elles ont vite été transformées en outil politique ou en outil de contrôle

    • Non je ne suis pas d'accord! le 19.10.2021 20:35 Report dénoncer ce commentaire

      Tu rigoles ou quoi? Pas besoin de la religion pour vivre une vie normale, et sereine.

  • Hastalavista le 19.10.2021 10:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle tristesse et surtout quelle trahison ! Je ne pense pas que l'Eglise y survivra.