Au Luxembourg

19 octobre 2018 07:00; Act: 19.10.2018 09:39 Print

Affronter un cancer du sein en restant positive

LUXEMBOURG - Tous les ans, 500 femmes apprennent, comme Maria Lebau, qu’elles sont touchées par un cancer du sein. Elle témoigne pour «L'essentiel».

storybild

Maria (à droite avec le coussin-cœur qui sert après l’opération) peut compter sur Virgine et son équipe. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

«Quand mes analyses sont arrivées et que mon médecin a dû m’annoncer que j’avais un cancer du sein, j’avais le sentiment qu’il était plus effrayé que moi. Je m’étais déjà préparée mentalement au fait que ça puisse être grave», témoigne Maria Lebau, 47 ans, à la Clinique privée Dr E.Bohler des Hôpitaux Robert Schuman (HRS).

Maria sort tout juste d’une mastectomie. C’est le mois dernier suite à une auto-palpation qu’elle a découvert une petite boule sous son sein. «Je suis contente de ne pas avoir laissé traîner. Il faudrait que la prévention soit encore plus importante». «Le programme national de mammographie ne débute qu’à 50 ans, or, nous recevons régulièrement des femmes plus jeunes», acquiesce Virginie Watrin, chef du service de gynécologie-obstétrique aux HRS.

Un soutien aux proches

Dès qu’un patient est pris en charge, une équipe multidisciplinaire se réunit pour répondre à tous ses besoins. «Tout le monde est très gentil, apprécie Maria. Je suis soulagée que l’équipe propose également un soutien aux proches. J’ai confiance en mon traitement et je reste positive. Mais je vis avec ma maman qui est déjà âgée et ma fille de 15 ans pour qui ça a été un choc. Je ne suis pas en état de les gérer seule».

Jeudi, Maria était en train de négocier avec le médecin pour pouvoir rentrer à la maison dès ce week-end. «Il me l’a promis», sourit-elle.

(L'essentiel/Séverine Goffin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • P. Fend le 19.10.2018 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours rester positif devant la maladie (qq soit). Une battaille quotidienne qui est trés dure pour le malade et sa famille, mais heureusement de plus en plus de gens guérissent. Courage à tous ceux qui sont maladies et n'oubliez pas après cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir.

  • Gromper le 19.10.2018 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    chapeau Madame, pour votre courage pour votre magnifique sourire, pour votre force. Je vous souhaite de tout coeur de vaincre cette sale bête

  • avis le 19.10.2018 07:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Courage Maria, le positif apporte le positif

Les derniers commentaires

  • venusdailleurs le 19.10.2018 17:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est bien de rester positif . Moi une tumeur maligne parotidienne enlevée en 2016 J ai refusé une réoperation et lac radiothérapie me soignant alternativement . Je suis très déçu de l adem qui m a donné un refus de travail et maintenu par commission de réexamen alors qu un cancer change votre vie Vraiment déçu par ce choix inhumain pour défendre le code du travail Il faut bien sur que notre système immunitaire soit plus fort que le cancer . Amitié et courage .

    • keep on smiling le 20.10.2018 08:39 Report dénoncer ce commentaire

      oui, faut rester positif même si les lobbyistes industriels avec leurs rouleurs d'impôts politiciens sont en train de tuer toute la planète par des cocktails de poisons chimiques pour le fric, même si on est en train de créer toutes sortes de cancer et de tumeurs en détruisant notre système immunitaire par la pollution qui augmente de jour en jour ...

  • Josée le 19.10.2018 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    Un grand choc émotionnel, comme par ex. la perte d'un être cher, peut engendrer l'évolution d'un cancer. Après le décès de son époux, ma meilleure amie n'a pas tardé à découvrir son cancer du sein. Elle n'est pas un cas isolé, donc est-ce un hasard ?

  • Gromper le 19.10.2018 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    chapeau Madame, pour votre courage pour votre magnifique sourire, pour votre force. Je vous souhaite de tout coeur de vaincre cette sale bête

  • Unicorn le 19.10.2018 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    le médecin plus effrayé que moi, cela me rappelle celui qui me disait être gravement malade du coeur il y a 25 ans, ses pillules et rv à la poubelle, Ils sont adroits à donner la frousse aux gens, le médecin ne peut pas dire s'il s'agit d'un cancer jusqu'à ce qu'il a enlevé la boule pour la faire examiner. Des boules avec l'âge n'ont rien d'exceptionnel, mais les mammographies fréquentes aux rayons X! et les tatonnements incessants peuvent favoriser une évolution moins anodine. Comme dit ma mère: Ces hommes médecins, en enlevant uterus et seins, s'acharnent sur notre féminité,

  • P. Fend le 19.10.2018 10:53 Report dénoncer ce commentaire

    Toujours rester positif devant la maladie (qq soit). Une battaille quotidienne qui est trés dure pour le malade et sa famille, mais heureusement de plus en plus de gens guérissent. Courage à tous ceux qui sont maladies et n'oubliez pas après cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir.