Tradition au Luxembourg

20 décembre 2016 15:13; Act: 20.12.2016 16:59 Print

Aline-​​Mayrisch a fait la fête pour la bonne cause

LUXEMBOURG - La journée de solidarité a réuni près de 3 000 élèves, parents et professeurs lundi au lycée, permettant à la tradition de se perpétuer.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«La journée de solidarité, c'est un peu comme un team-building», lance Patricia Cardoso, coordinatrice du projet. Un team-building qui a rapidement pris des airs de grande fête, au vu du dynamisme des 1 500 élèves du Lycée Aline-Mayrisch.

Tous ont été impliqués d'une manière ou d'une autre. Les rockeurs en herbe mettent l'ambiance à la guitare, pendant que les cuistots d'un jour concoctent pizzas, wraps, crêpes et autres pâtisseries.

«C'est quand même plus sympa qu'une journée en classe»

Ici, chaque classe possède son stand, les professeurs supervisent de loin et les familles des lycéens mettent la main au porte-monnaie pour acheter les produits de leurs rejetons. Près de 20 000 euros ont été réunis au bénéfice de l'organisation «Aide à l'enfance de l'Inde», comme les années précédentes.

À l'approche de Noël, les traditions ont la vie dure. La journée de solidarité en est une à part entière. Les élèves s'y éclatent, comme dans un bal de promo. «C'est quand même plus sympa qu'une journée en classe. La diversité des stands est formidable», s'enthousiasme Félix, 17 ans, préparateur de milkshakes.

Anna, 17 ans, et ses amies vendent du papier cadeau dessiné par leurs soins alors que Laura, 15 ans, fait gagner des lots dans un tournoi de jeu d’adresse. Une poignée d'élèves ont même recueilli les photos d'enfance de leurs professeurs. Aux autres de deviner qui est qui...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.