Droit des enfants

21 novembre 2016 16:57; Act: 21.11.2016 18:01 Print

Améliorer la vie des enfants à besoins spécifiques

LUXEMBOURG – L’Ombuds Comité chargé des droits de l’enfant a livré lundi son rapport annuel, centré cette fois sur les enfants à besoins spécifiques.

storybild

Les enfants à besoins spécifiques sont scolarisés dans des structures qui les aident. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet

Les enfants à besoins spécifiques sont cette année au cœur de l’Ombuds Comité fir d’Recht vum Kand (ORK). L’organe en charge de défendre les droits des enfants a consacré son rapport annuel 2016, livré lundi, à ces enfants. D’après l’ORK, 131 de ces enfants ou jeunes sont accueillis à l’étranger, 75 se trouvent en placement judiciaire et 55 en accueil volontaire.

Le sujet est large, rappelle l’ORK, puisqu’il peut s’agir d’enfants au comportement difficile voire dangereux, des intolérants au gluten, de ceux qui ont besoin de faire l’école à la maison ou encore de ceux sur le point d’être renvoyés dans leur pays alors que la prise en charge de leurs besoins est inexistante chez eux. «Nous avons constaté que nous ne nous étions encore jamais vraiment occupés de façon approfondie des questions autour des enfants à besoins spécifiques», estime le rapport.

Des ateliers «plus ou moins saturés»

Selon l’ORK, les enfants concernés et leurs parents ne seraient pas incités à poursuivre la scolarité au-delà de 16 ans. «La loi suggère que ces jeunes, une fois l’âge de 16 ans atteint, n’ont plus rien à attendre d’un apprentissage scolaire», déplore le rapport. Or, ils seraient «en mesure de progresser et de s’épanouir» dans un cursus adapté passé ce cap. En août, le gouvernement avait d'ailleurs annoncé le recrutement d'instituteurs experts dans la scolarisation des enfants à besoins spécifiques.

La prise en charge des enfants à besoins spécifiques est une problématique qui concerne de nombreux ministères et administrations, déplore l’ORK, qui y voit des complications administratives, notamment lorsqu’il faut demander un budget. Il recommande «une plateforme interministérielle» sur le sujet. Concrètement, les ateliers protégés «sont plus ou moins saturés» car trop peu nombreux, par manque de moyens, indique le rapport. Il y aurait un «problème de financement des personnels encadrants».

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lulu le 21.11.2016 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enfants à besoins spécifiques entraîne besoins spécifiques. Le choix actuel des politiques implique une intégration de ces enfants dans le système scolaire normal, sans l'accompagnement qui s'impose et ceci au détriment de la bonne scolarisation des autres enfants. Je parle avant tout des enfants au comportement difficile, voir très difficile qui perturbent l'apprentissage des autres enfants. Certain estiment qu'il faudrait 80 à 100 places rien que pour la ville de Luxembourg pour scolariser les enfants perturbateurs de manière spécifique avec encadrement adéquat et plus de moyens et d'attention que ce qu'ils ont dans une classe "normale".

  • personne à besoin spécifique le 22.11.2016 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi un enfant, atteint d'une intollérence au Gluten ne peut il pas suivre les cours normaux à l'école après 16 ans? Et ceux atteint d'une intollérence au lait, aux oeufs, aux cacahuètes, au zelerie, ... une allergies aux piques de moustiques et d'abeilles, au pollen, à la poussière et toutes les autres intollérances et allergies, qu'est ce qu'on fait avec tous ces enfants après 16 ans??? ... Ils ne partent pas à l'étranger comme les etudiants chassés du Luxembourg pour faire leurs études ailleurs et qui n'ont plus envie de revenir! ... non, ils restent ici, pour être gardés ici! ...

Les derniers commentaires

  • personne à besoin spécifique le 22.11.2016 09:40 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi un enfant, atteint d'une intollérence au Gluten ne peut il pas suivre les cours normaux à l'école après 16 ans? Et ceux atteint d'une intollérence au lait, aux oeufs, aux cacahuètes, au zelerie, ... une allergies aux piques de moustiques et d'abeilles, au pollen, à la poussière et toutes les autres intollérances et allergies, qu'est ce qu'on fait avec tous ces enfants après 16 ans??? ... Ils ne partent pas à l'étranger comme les etudiants chassés du Luxembourg pour faire leurs études ailleurs et qui n'ont plus envie de revenir! ... non, ils restent ici, pour être gardés ici! ...

  • Lulu le 21.11.2016 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enfants à besoins spécifiques entraîne besoins spécifiques. Le choix actuel des politiques implique une intégration de ces enfants dans le système scolaire normal, sans l'accompagnement qui s'impose et ceci au détriment de la bonne scolarisation des autres enfants. Je parle avant tout des enfants au comportement difficile, voir très difficile qui perturbent l'apprentissage des autres enfants. Certain estiment qu'il faudrait 80 à 100 places rien que pour la ville de Luxembourg pour scolariser les enfants perturbateurs de manière spécifique avec encadrement adéquat et plus de moyens et d'attention que ce qu'ils ont dans une classe "normale".

    • Exaspéré le 21.11.2016 18:46 Report dénoncer ce commentaire

      L'intégration est le moyen le plus économique pour se débarrasser de la chose en invoquant avoir fait quelque chose. Ni plus ni moins malheureusement