Au Luxembourg

09 novembre 2018 09:00; Act: 09.11.2018 15:52 Print

Ateliers et battles de graffitis aux Rotondes

LUXEMBOURG - Avant d’écrire sur les murs, les graffeurs remplissent des carnets qu’ils partageront avec le public, samedi, aux Rotondes. Des battles auront aussi lieu.

storybild

Sader et ses comparses s’affronteront également dans des «battles» de graffitis, samedi.

«Écrire mon nom sur les murs, c’est une manière de crier "Vous ne me connaissez pas mais j’existe"», témoigne le graffiti writer Sader, 41 ans. Samedi, lors de la soirée Back to the Books, aux Rotondes, les graffiti writers ramèneront leurs feutres pour une leçon sur un des fondamentaux du graffiti, le lettrage. «Quand le graffiti est né à New York, les graffeurs n’avaient pas fait d’école, ils ne savaient pas dessiner, juste écrire», explique Sader.

Chaque graffiti writer a aussi son propre style, avec ses couleurs, traits, symboles et ombrages, qu’il développe dans un carnet. Ces «black books», ils les partagent entre eux. «C’est chouette de repartir avec des feuillets qu’on a reçus d’autres graffiti writers croisés sur sa route», apprécie Sader. Samedi, dans le cadre cosy de la buvette des Rotondes, au son des DJ, ils feront découvrir ces mines d’or au public. «On veut lui faire comprendre notre art. Je sais que ce n’est pas toujours intuitif. Moi, tu me montres une œuvre de Mondrian sans m’expliquer, je ne vois que des carrés».

«Chaque writer vit le graffiti à sa manière. J’ai voyagé en van jusqu’en Iran avec ma femme et mes enfants, j’ai laissé des inscriptions le long du chemin. C’est peut-être une caractéristique des graffeurs luxembourgeois, on voyage beaucoup, on revient avec une foule d’influences, ça enrichit la scène», conclut-il.

Reportage de Jonathan Vaucher pour «L'essentiel Radio»:

Back to the Books Samedi, dès 19h, aux Rotondes. Entrée libre. Atelier pour les 9 à 15 ans à 16h sur inscription.rotondes.lu

(Séverine Goffin/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Krema le 09.11.2018 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    Superbe initiative !

Les derniers commentaires

  • Krema le 09.11.2018 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    Superbe initiative !