Au Luxembourg

12 novembre 2019 12:29; Act: 12.11.2019 14:39 Print

Au moins cinq prostituées ont quitté le milieu

LUXEMBOURG - Quinze personnes ont suivi le programme EXIT lancé en 2015, afin de quitter le milieu de la prostitution. Seules cinq d'entre elles ont réussi.

storybild

Actuellement, deux prostitué(e)s suivent le programme EXIT et sont sur le point de réussir de réintégrer le marché du travail. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quitter le milieu de la prostitution, une décision «pas facile», souligne Taina Bofferding (LSAP), ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes. Interrogé dans une question parlementaire sur le programme EXIT mis sur pied en octobre 2015, dans le cadre du plan d'action national «Prostitution», Taina Bofferding indique que quinze personnes se sont présentées auprès du service DropIn de la Croix-Rouge pour ne plus vendre leur corps.

«Trois candidat(e)s n'ont pas rempli les conditions préalables pour commencer le programme, égrène la ministre. Cinq prostitué(e)s ont réussi à quitter durablement le milieu de la prostitution. Actuellement, deux prostitué(e)s suivent le programme EXIT et sont sur le point de réussir de réintégrer le premier marché du travail. Cinq candidat(e)s ont abandonné le programme en cours de route et sont retournés dans la prostitution». Taina Bofferding souligne qu'au delà du programme Exit, certaines prostitué(e)s réussissent à quitter le milieu par leurs propres efforts ou grâce à l'aide d'anciens clients.

Difficile de réintégrer les candidat(e)s

Quoi qu'il en soit, les limites de réussites du programme s'expliquent par la difficulté de réintégrer les candidat(e)s sur le marché du travail. «Les lacunes linguistiques, les différences culturelles, les déficiences au niveau des formations allant de l'analphabétisme jusqu'aux difficultés de reconnaissance des diplômes ne sont que quelques éléments compromettant souvent les réussites individuelles», note la ministre. Sans oublier d'autres problèmes rencontrées en cours de route, comme la situation précaire du logement et la lenteur de certaines démarches administratives (telles que la demande d'obtention du revenu d'inclusion sociale).

Afin de réduire la prostitution au Luxembourg, et notamment dans le quartier de la Gare, dans la capitale, le service DropIn projette de créer un site Internet et de lancer une offensive sur les réseaux sociaux pour encore mieux informer sur ses services.

(ol/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fred le 12.11.2019 15:38 Report dénoncer ce commentaire

    Pour une prostituée passer d'un revenu de +/- 8000 € net par mois minimum à 2400 € dans le meilleur des cas n'est pas facile.

  • Grand Maître le 12.11.2019 16:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut déjà punir les proxénètes et les dissuader de venir ici faire du buiseness.....Ils ne risquent rien on dirait !

  • kniptchen le 12.11.2019 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’Allemagne, avec le système des Eros-Center, gère ces questions sans hypocrisie. Pourquoi ne pas s’en inspirer ?

Les derniers commentaires

  • sans mots le 13.11.2019 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    1ne par année ? On jette argent par la fenêtre. Trouver du travail,... chaque personne même les prostituées peuvent se rendre utile, même en intérim.

  • Sylvain A le 13.11.2019 09:00 Report dénoncer ce commentaire

    Tant que ça?

  • Jeanne Chachouas le 13.11.2019 08:50 Report dénoncer ce commentaire

    En résumé c'est surtout l' aveu d'un gros échec.

  • profession comme une autre le 13.11.2019 08:06 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle hypocrisie, pourquoi ne pas accepter cette profession comme toutes les autres, établir des impôts, charges sociales et contrôles médicales et comme ça il n'y aura plus de proxénétisme ou autre criminalité. Une société si ouverte mais tellement coincée.

    • Vraiment? Sincèrement? le 13.11.2019 09:22 Report dénoncer ce commentaire

      Une profession comme les autres? Ok admettons, on va jouer votre jeu et faire comme si vous n'y aviez pas en vrai un intérêt perso... Alors juste une question : étant un métier comme les autres, pas de soucis si votre mère, votre femme et votre fille se reconvertissent en prostituées? Répondez sincèrement.

    • Why Not? le 13.11.2019 10:36 Report dénoncer ce commentaire

      pas de problème, je crois que vous avez un problème perso si votre mère était une prostituée, mais qui sait ,commencez par lui poser la question et discutez en librement

    • si c'est leur choix le 13.11.2019 10:36 Report dénoncer ce commentaire

      si c'est leur choix pourquoi pas?

    • oui! le 13.11.2019 12:48 Report dénoncer ce commentaire

      tout a fait d'accord! offrons à ses femmes un cadre légale et une protection sociale.

  • J'embauche le 13.11.2019 08:01 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai 63 ans, retraité, je vie seul et je cherche une femme de ménage pour service complet.