Au Luxembourg

14 avril 2019 11:45; Act: 15.04.2019 15:45 Print

Bausch tourmenté par une lettre au parquet

LUXEMBOURG - Le ministre de la Mobilité et de la Sécurité intérieure est accusé par le CSV de s'être immiscé dans une enquête du parquet. Samedi, il a fermé son compte Twitter.

storybild

François Bausch n'a pour l'heure pas répliqué. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

Sur ce sujet
Une faute?

En 2018, plusieurs accidents étaient survenus sur un chantier à Stadtbredimus. Au moins quatre motards étaient tombés à cet endroit et l'un d'eux avait porté plainte. Dans la foulée, le directeur des Ponts-et-Chaussées avait été entendu par le substitut du procureur et sommé de trouver un arrangement à l'amiable avec les victimes sous peine de poursuite devant le tribunal correctionnel.

En juillet de la même année, François Bausch qui était alors ministre du Développement durable et des Infrastructures, avait pris sa plume pour écrire directement au procureur et s'étonner de la façon de procéder de son substitut.

«Violation de la séparation des pouvoirs»

Pour le CSV, qui a révélé l'existence de cette lettre, vendredi, «il est tout simplement anormal qu’un ministre tente ainsi d’influencer la justice en écrivant à la procureure», selon la chef de fraction, Martine Hansen. Vendredi, le président du CSV, Frank Engel, est allé plus loin sur l'antenne de 100.7 en demandant la démission du ministre. L'affaire est loin d'être terminée. Une question parlementaire du CSV a été posée au ministre d'État, Xavier Bettel, et au ministre de la Justice, Félix Braz, pour savoir quelles seront les conséquences de cette «violation de la séparation des pouvoirs», selon les termes employés par le parti d'opposition.

Samedi, moins de 24 heures après la révélation des faits, François Bausch a fermé son compte Twitter. Officiellement parce qu'il ne voit plus la plus-value de cet outil et qu'il ne souhaite plus être connecté 24h/24, selon ce qu'il a confié à nos confrères de RTL.

Le compte Twitter de François Bausch a été fermé.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Frenchlover le 14.04.2019 15:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si c’est est vrai, c’est effectivement très grave. Cet acte menace l’état de droit.

  • BobK le 14.04.2019 20:43 Report dénoncer ce commentaire

    Il véhicule une image d'homme politique exemplaire, mais a priori, cela est plus délicat

  • Kafka le 15.04.2019 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    C est un homme droit je pense.. si il est coupable, il saura tirer sa révérence

Les derniers commentaires

  • la petite goutte le 15.04.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourrions nous connaître l'emplacement du chantier en question ?

  • René le 15.04.2019 12:03 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi sont-ils tombés sur ce chantier ?

    • Unicorn le 15.04.2019 14:57 Report dénoncer ce commentaire

      gravillons ? défaut de signalisation ?

  • la petite goutte le 15.04.2019 10:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca pose aussi d'autres questions sur d'autres "accidents" , y a t il eu déjà beaucoup d'arrangements à l'amiable par le passé ? passé proche ? loin de moi l'idée de polémiquer mais il faudrait savoir tout de même.

  • Unicorn le 15.04.2019 09:34 Report dénoncer ce commentaire

    Dans le fond, il a raison, le parquet n'a pas à exercer une pression sur un présumé coupable de céder à un arrangement à l'amiable pour éviter une procédure en justice qui aurait certainement des répercussions légales. En ce qui concerne la séparation des pouvoirs, rien n'est prévu au code pénal en cas de violation...

    • @Unicorn le 15.04.2019 12:20 Report dénoncer ce commentaire

      C'est écrit où ce que vous dites??

  • la petite goutte le 15.04.2019 09:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me pose la question pourquoi trouver un arrangement à l'amiable suite à un accident de la route visiblement causé par un chantier dangereux. Comparaître au tribunal me semble plus "normal " , non ?