Humanitaire

23 novembre 2018 09:00; Act: 23.11.2018 09:40 Print

«Beaucoup d'enfants ont été traumatisés»

LUXEMBOURG - L’équipe de SOS Village d’Enfants Monde (SOSVE) clôture une année 2018 bien remplie.

storybild

Sophie Glesener est directrice de l’association luxembourgeoise SOS Village d’Enfants Monde (SOSVE). (photo: Editpress/©editpress/tania Feller)

Sur ce sujet
Une faute?

«Dans certaines régions du monde, le risque d’abandon d’enfants est grand, explique Sophie Glesener, directrice de l’association luxembourgeoise SOS Village d’Enfants Monde (SOSVE). Cela peut être par exemple parce qu’une mère décède en couche et que le père n’a pas les moyens matériels de s’occuper de l’enfant».

Aider à soutenir les enfants en détresse, c’est le travail des bénévoles de SOSVE. Avec plus de 20 000 bénéficiaires dans treize pays, il y a du pain sur la planche et 2018 n’a pas dérogé à la règle.

Un concert de gala à la Philarmonie

Trois grands projets ont particulièrement occupé l’association. «Nous avons inauguré une toute nouvelle école à Bhimtar, au Népal, l’ancienne ayant été détruite lors du séisme, explique Sophie Glesener. En plus de ses programmes d’accompagnement et d’éducation, SOSVE fournit des aides d’urgence. Cela a été le cas au Liban pour des enfants syriens dans des camps de réfugiés.

Enfin, SOSVE est actuellement en train de planifier un projet en Irak pour soutenir des familles qui ont été déplacées. L’association met aussi l’accent sur les soins psychosociaux, car «beaucoup d’enfants ont été traumatisés». Le 13 décembre, SOSVE organisera son grand concert de gala à la Philharmonie pour lever des fonds pour les 300 familles qu’elle soutient au Sénégal.

(Séverine Goffin/L'essentiel)