Luxembourg/Israël

16 juillet 2019 13:05; Act: 16.07.2019 14:20 Print

Bettel a boycotté un dîner à l'ambassade d'Israël

Le Premier ministre luxembourgeois a voulu protester contre le soutien du ministre israélien de l'Éducation à la thérapie de conversion, visant à «guérir» les homosexuels.

storybild

Xavier Bettel a refusé de participer au dîner d'adieu de l'ambassadrice d'Israël au Luxembourg et en Belgique. (photo: AFP/Bertrand Guay)

Sur ce sujet
Une faute?

Un mini-incident diplomatique s'est produit lundi, lors du dîner d'adieu en l'honneur de Simona Frankel, ambassadrice d'Israël en Belgique et au Luxembourg. Plusieurs médias israéliens indiquent que Xavier Bettel a refusé d'assister à la soirée, afin de protester contre la politique du ministre israélien de l'Éducation, ouvertement favorable à la thérapie de conversion, qui vise à «guérir» les homosexuels de leur orientation sexuelle.

Le Premier ministre luxembourgeois s'est excusé auprès de l'ambassadrice, qu'il a dit respecter personnellement, mais a affirmé qu'il n'assisterait à aucun événement officiel israélien tant qu'un ministre du gouvernement approuverait la thérapie de conversion homosexuelle.

«Des remarques inacceptables»

Rafi Peretz, ministre israélien de l'Éducation, a récemment créé la polémique dans son pays en déclarant lors d'une interview télévisée qu'il avait recommandé ce traitement à des étudiants, précisant qu'il avait été témoin de la «possibilité» de changer l'orientation sexuelle des homosexuels.

Une position que ne partage pas le Premier ministre israélien: «Les remarques du ministre de l’Éducation au sujet de la communauté gay sont inacceptables pour moi et ne reflètent pas la position du gouvernement que je dirige», a déclaré Benjamin Netanyahu, dans un communiqué.

Le 27 février dernier, Xavier Bettel avait évoqué son homosexualité lors d'un sommet entre l'UE et la Ligue arabe, à Charm el-Cheikh (Égypte). Le chef du gouvernement luxembourgeois avait dit qu'il était homosexuel et rappelé que «le fait d'être marié à un homme était passible de la peine de mort dans de nombreux pays représentés autour de la table».

Rafi Peretz, ministre israélien de l'Éducation:

(pp/L'essentiel)