Accord avec les syndicats

25 février 2016 13:12; Act: 25.02.2016 16:08 Print

Bettel promet une solution pour les longues maladies

LUXEMBOURG - Le gouvernement et les syndicats avaient rendez-vous ce jeudi pour faire le bilan concernant l’accord de 2014.

storybild

Gouvernement et syndicats ont fait le «topo» sur la mise en œuvre des points de l’accord conclu en novembre 2014. (photo: Editpress/François Aussems)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Les trois syndicats représentatifs du pays (OGBL, LCGB et CGFP) avaient une longue entrevue jeudi matin avec le gouvernement pour «faire un topo», selon les termes du Premier ministre, sur l’accord conclu entre les deux parties au mois de novembre 2014.

Visiblement satisfait du déroulement de l’entretien, le président de l’OGBL, André Roeltgen, a reconnu «qu’une partie des mesures avaient été réalisées, certaines particulièrement positives comme la mise en œuvre du nouveau congé parental». Il a toutefois souligné que d’autres points de l’accord tardaient encore à voir le jour. «Comme l’indexation automatique des prestations familiales ou du chèque-service accueil». Le président du syndicat, rejoint par son homologue du LCGB, Patrick Dury, a aussi insisté sur la question des préretraites.

«Les conditions de départ en préretraite font partie de nos préoccupations. Par exemple, il faut faire partie d’une même entreprise depuis plusieurs années pour y prétendre. Ça va contre la mobilité des salariés», a fait remarquer le président du LCGB. Il a exprimé son mécontentement concernant l’impasse dans laquelle se trouvent les discussions sur les 52 semaines d’arrêt de maladie. Dans la foulée, le Premier ministre a précisé «qu’il y a une volonté du gouvernement de changer les choses».

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Didishka le 25.02.2016 13:31 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut absolument protéger correctement les personnes atteintes de longue maladie, beaucoup se retrouvent sans travail et avec de bien maigres ressources et dans l'impossibilité de payer leur traitement médical. Cette situation est inacceptable dans notre pays!

  • Marina le 25.02.2016 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    j'ai une demande d'invalidité totale sur le monde du travail d'un spécialiste luxembourgeois. la sécu Luxembourgeoise ne veut rien savoir, je suis en indemnité d'attente depuis 9 ans , je dois envoyer des arrêts maladie régulièrement....La aussi les lois doivent changer...

  • Expatlulu le 25.02.2016 14:37 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Bettel la volonté ne suffit pas, il faut des actes courageux !

Les derniers commentaires

  • Grincheux le 26.02.2016 00:03 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Bettel a promis tellement de choses durant les élections, mais pour livrer c'est autre chose....en attendant son gouvernment reduit le nombres des lits dans les hôpiteaux....ça augure mal pour une politique sérieuse...en matière de maladies longues....sans les lits?

  • Omerta ou quoi? le 25.02.2016 20:39 Report dénoncer ce commentaire

    Le mobbing/bossing est souvent la cause de certaines maladies ( 52 semaines).

  • TramO le 25.02.2016 20:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des actes pas des paroles Mr Bettel !!

  • hypoc... le 25.02.2016 20:22 Report dénoncer ce commentaire

    Dury mécontent des 52 semaines de maladie..blabla

  • Bucheron le 25.02.2016 20:01 Report dénoncer ce commentaire

    Commencer déjà pour dénoncer les congés de maladie sans certificats des salaries "publics" c'est pas possible que un ouvrier qui n'as pas envie de faire un travaille il téléphone simplement a son chef et dit qu’il est malade et le chef ne peut rien faire parce qu’il a le droite de rester 3 jours a la maison sans avoir un certificat d'un médecin, après ça s'il n'as pas encore ce qui lui convient, il va chez un médecin, il est malade presque a mourir et il reçoit encore 5 jours ou plus et souvent, avant les jours féries et pour finir les punis sont encore les ouvriers qui aime faire son travaill