Au Luxembourg

16 septembre 2021 12:05; Act: 16.09.2021 20:33 Print

BioneXt LAB attaque le gouvernement en justice

LUXEMBOURG - Le laboratoire BioneXt LAB dénonce une distorsion de concurrence sur l'attribution du Large Scale Testing.

storybild

BioneXt LAB attaque le gouvernement. (photo: Vincent Lescaut)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Large Scale Testing (LST) s'est terminé mercredi soir avec la fermeture des huit stations. Ses trois phases ont coûté plus de 151 millions d'euros. Et l'attribution du dépistage par le gouvernement aux Laboratoires réunis et à la société Ecolog est dénoncée par la concurrence.

Devant la presse, jeudi, Jean-Luc Dourson, directeur du laboratoire BioneXt LAB a mené la charge. Sans remettre en cause «l'utilité du dépistage à grande échelle ou des tests gratuits, via prise en charge par l'État», le labo conteste les conditions d'attribution de ces marchés.

Appels d'offres absents

Jean-Luc Dourson et ses avocats mettent en cause une absence d'appels d'offres pour les phases 1 et 3 du LST, un appel d'offres biaisé (puis transformé en contrat négocié) en raison des conditions imposées (délai, réactif choisi... ). Le laboratoire souligne aussi que la «gratuité» des tests décidée cet été n'a bénéficié qu'aux Laboratoires réunis et à la société Ecolog, dont BioneXt conteste même les autorisations statutaires à pratiquer le dépistage.

BioneXt LAB a engagé des poursuites devant le tribunal d'arrondissement de Luxembourg (audience le 12 octobre) notamment sur les tests gratuits de la 3e phase et prépare une action pour réclamer des dommages et intérêts en raison de la «perte de chance d'avoir pu prendre part au LST et aux tests gratuits». D'autres actions seront menées à l'échelle européenne, par Me Sébastien Engelen et Jean Louis Dupont pour interroger la Commission européenne sur le fait que des règles de marché public et d'aide d'État ont été violées.

«Le patient pénalisé»

Enfin, sur la question de «l'urgence impérieuse» évoquée dans l'attribution des contrats, BioneXt LAB assure que le Large Scale Testing a débuté, via des tests, recrutements, commandes de matériel, dès mars 2020, ce qui aurait permis, selon le Dr Dourson, de mettre en place des conditions de concurrence.

BioneXt LAB s'inquiète également d'un nouvel appel d'offres lancé ces derniers jours pour un support à des équipes mobiles de vaccination qui auraient déjà été «choisies sans appels d'offres». Si BioneXt LAB a vu son activité augmenter avec la crise, le laboratoire estime notamment à travers ses démarches au niveau européen que le «patient» a d'abord été pénalisé. Ainsi, «l'absence de concurrence ne permet pas d'obtenir les prestations au juste prix et induit un surcoût», supporté par le contribuable, dénonce Me Jean-Louis Dupont. «La santé n'a pas de prix mais elle a un coût», a insisté le Dr Dourson.

Contacté par L'essentiel ce jeudi, le ministère de la Santé a précisé qu'il «ne se prononce pas sur une affaire juridique en cours». Ecolog et les Laboratoires réunis n'ont pas non plus voulu s'exprimer. En juillet, dans une réponse parlementaire, le ministère de la Santé avait défendu le principe du Large Scale Testing par rapport aux bons de dépistage, en invoquant «l'accès illimité» et des coûts inférieurs, notamment par rapport «à un test PCR effectué par un laboratoire d'analyses médicales».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sceptique le 16.09.2021 17:10 Report dénoncer ce commentaire

    Comme quoi toute cette histoire n'est qu'une question d'argent... A qui s'en mettra le plus dans les poches.

  • Nostradamus le 16.09.2021 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ceci démontre à nouveau que la pandémie est une affaire très lucrative pour certains acteurs. Ils n'ont surtout pas d'intérêt à ce qu'elle s'arrête trop vite.

  • Joy le 17.09.2021 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tient Dourson qui revient pleurer car il veut gagner plus de fric… C’est d’un lassant…

Les derniers commentaires

  • alain bécile heureux le 18.09.2021 03:37 Report dénoncer ce commentaire

    Ma vengeance sera terrible.

  • frontalux le 17.09.2021 22:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Effectivement , je suis d’accord avec certains commentaires: c’est d’une telle mauvaise foi! Prétendre faire tout cela pour l’argent du contribuable...! Il devrait plutôt dire qu’il est déçu de ne pas avoir pu prétendre au marché, et donc chercher un dédommagement, tout simplement. Mais quelle honte de faire tout cela soit disant pour les autres! Cela dit, leurs outils (prise de rdv,...) sont tops, mais bon ça ne donne pas envie d’aller chez eux un tel comportement.

  • Juju le 17.09.2021 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    donc pour BioneXt LAB, ça a coûté trop cher et ils veulent en plus un dédommagement... qui va encore payer ???

  • dada le 17.09.2021 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    Je me pose juste 2 questions: 1. pourquoi avoir attendu jusque maintenant avant d'aller devant la justice 2. quel sera le gain pour l'avocat et au cas ou ils auraient droit à un dédomagement combien restera pour la société.

  • Joy le 17.09.2021 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tient Dourson qui revient pleurer car il veut gagner plus de fric… C’est d’un lassant…