Jihadiste au Luxembourg

28 juin 2019 13:41; Act: 28.06.2019 14:25 Print

«C'est à la justice de traiter le cas Duarte»

LUXEMBOURG - Le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, réagit après l'interview du jihadiste qui a grandi au Luxembourg et qui est actuellement détenu en Syrie.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Quel sort pour Steve Duarte, jihadiste portugais ayant grandi au Luxembourg et actuellement détenu dans un camp militaire kurde en Syrie? Dans une interview réalisée par la télévision kurde en détention, l'homme de 30 ans, originaire de Meispelt, avait manifesté son désir de «rentrer au Luxembourg» pour y être jugé.

Interrogé par L'essentiel sur la position du Grand-Duché sur le sujet, le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, est resté prudent, stipulant qu'il s'agissait «d'une affaire judiciaire et non politique» et qu'il n'appartenait pas au gouvernement de commenter le travail de la justice, au nom de la séparation des pouvoirs.

«Le parquet a effectué une commission rogatoire internationale. Il faut attendre désormais», argumente le ministre, en précisant tout de même «qu'il ne suffisait pas d'avouer une "faute" pour que tout se règle d'un coup».

«Il ne possède pas la nationalité luxembourgeoise»

Autre point intéressant dans la position de Jean Asselborn, le chef de la diplomatie insiste sur la nationalité du terroriste présumé: «Il faut rappeler qu'il s'agit d'un ressortissant portugais. Il a grandi au Luxembourg, mais ne possède pas la nationalité luxembourgeoise».

En cas d'évolution, il se pourrait donc que les autorités portugaises aient la main sur le dossier, même si M. Asselborn n'évoque pas cette question pour le moment.

Car le retour des jihadistes occidentaux anime le débat dans de nombreux pays européens, notamment sur les risques de condamnation à mort en Syrie ou en Irak pour les terroristes en détention. «Au Luxembourg, il n'y a que ce cas précis. Cela ne veut pas dire pour autant que le sujet ne nous préoccupe pas», conclut Jean Asselborn.

(Thomas Holzer/L'essentiel)