Affiches au Luxembourg

19 novembre 2019 12:53; Act: 20.11.2019 08:59 Print

«C'est ce qu'on veut, qu'ils puissent se débrouiller»

LUXEMBOURG - L'ONG SOS Faim explique sa campagne d'affichage qui a choqué, vendredi, de nombreuses personnes, la jugeant «raciste».

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Qu'ils se débrouillent». Le slogan, affiché sans autre forme d'explications sur des affiches représentant des personnes de couleur, a choqué. De nombreux citoyens ont contacté L'essentiel, ou même la police, pour faire part de leur consternation, jugeant l'affiche raciste ou se sentant insultés. À tel point que SOS Faim a organisé une conférence de presse, ce mardi, pour expliquer sa démarche, au côté de l'agence Comed, qui a créé la campagne.

«Ça nous a rassurés de voir qu'autant de personnes ne fermaient pas les yeux sur le racisme. Nous remercions tous ceux qui ont réagi en voyant ce qu'ils ont pris pour du racisme», affirme Thierry Defense, le directeur de l'ONG de développement et de lutte contre la faim. «Nous voulions rendre attentifs au fait qu'énormément de ces personnes, notamment en Afrique, n'arrivent pas encore à se débrouiller. On veut contrebalancer l'idée selon laquelle l'Afrique est toujours dans la dépendance vis-à-vis de nous. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans les relations entre pays riches et pays pauvres».

«Limite raisonnable»

L'idée de l'ONG est de ne pas faire dans l'assistanat mais de «permettre aux Africains d'être acteurs de leur propre vie», poursuit Thierry Defense. «Notre objectif est que demain, les paysans puissent se nourrir, nourrir leurs familles et nourrir l'Afrique». D'ailleurs, les personnes sur les affiches ne sortent pas d'une quelconque banque de données. Il s'agit de bénéficiaires, dans un village du Bénin. «On leur a expliqué la campagne et ils étaient d'accord».

Les affiches sont par ailleurs en cours de remplacement et deviennent plus explicatives. «Avec ce petit scandale, le public se rend compte que ces gens ne peuvent pas se débrouiller, il y a une prise de conscience», explique Claude Muller, directeur de Comed. «C'était risqué mais les gens sont suffisamment intelligents pour comprendre». «Nous voulons valoriser les compétences et la créativité» des bénéficiaires, ajoute Thierry Defense, qui reconnaît que la campagne «a fait débat en interne». Elle a aussi le mérite de permettre à SOS Faim de se démarquer, le Luxembourg étant le pays de l'OCDE comptant le plus d'ONG par habitant (une pour 6 000 personnes environ).

Reste à voir le résultat. «Nous et les ONG de taille moyenne comme la nôtre perdons des donateurs». L'an dernier, SOS Faim a récolté 569 000 euros, pour quelque 284 000 familles bénéficiaires. Cette campagne remplace «les 225 000 exemplaires sur flyers que nous distribuions dans toutes les boîtes aux lettres du pays, ce qui ne marche plus». Budget de la campagne: entre 60 000 et 65 000 euros. «On va voir si on augmente un peu ce budget, mais on a une limite raisonnable qu'on ne veut pas dépasser, autour de 7 euros récoltés pour 1 euro dépensé dans la campagne».

(jw/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Realux le 19.11.2019 14:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ici au Luxembourg, pays extrêmement riche, il y a aussi beaucoup de gens qui ne s'en sortent pas de la misère, et il faut d'abord balayer devant sa porte avant d'aller voir et commenter ce qui est une réalité sur le continent africain.

  • Nouveau slogan le 19.11.2019 14:23 Report dénoncer ce commentaire

    Et donc à quoi serviront nos dons pour que ces personnes se prennent en charge et s'autosuffise ? Car il s'agit bien de nous remobiliser, n'est-ce pas ? Je n'ai pas trop compris ce qui serait amené à changer dans le futur par rapport à ce qui s'est passé durant ces 40 ans où j'ai donné de l'argent à tous ces malheureux. Quelqu'un peut m'éclairer, notamment ces responsables de l'ONG en question ?

  • Boulou le 19.11.2019 16:30 Report dénoncer ce commentaire

    Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour la journée. Apprend lui à pêcher, tu le nourris pour la vie.

Les derniers commentaires

  • Le chaudron le 21.11.2019 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Ces commentaires sont aussi dans l'air du temps : c'est la faute aux ONG. Vous devriez pourtant vous rendre compte qu'après la perte de confiance dans les hommes politiques et les institutions, il n'y a guère qu'elles qui fonctionnent pour défendre nos valeurs communes. Elles ne sont pas parfaites, personne ne l'est. La plupart essaye de faire au mieux. Vous croyez donc vraiment qu'en laissant de côté les plus démunis de notre société mondialisée, notre monde va se porter mieux ? La misère qu'elle soit ici ou ailleurs est le terreau de l'intégrisme des conflits et du terrorisme.

  • luxo le 20.11.2019 12:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les migrants venus d’Afrique arrivent au compte goutte est se comptent sur les doigts de la mains au Luxembourg. Comparer aux montants que nous distribuons à nos agriculteurs c’est une misère que nos envoyons aux paysans affamés d ‘Afrique. Pire notre lait y est vendu moins cher que celui produit sur place.

    • Defense Thierry le 21.11.2019 12:00 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait d'accord. L'arrivée massive du lait en poudre sur les marchés ouest-africains et sa vente à un prix nettement inférieur au lait local, empêche le développement de la filière locale. Il en va de même pour le riz, les poulets,... Cela aussi, notre ONG le dénonce avec vigueur, en partenariat avec les producteurs africains.

  • Loupiotte le 20.11.2019 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Apprendre à mieux contrôler ses naissances me semble être un point important qui n'est jamais mis en avant.

    • Defense Thierry le 21.11.2019 12:02 Report dénoncer ce commentaire

      La démographie est effectivement un élément à prendre en considération. Toutefois, le premier problème est la répartition des richesses: au niveau alimentaire, nous produisons actuellement suffisamment pour nourrir 12 milliards de personnes (et nous sommes 7 milliards de personnes sur la Terre).

  • Nathielux le 20.11.2019 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne trouve pas ces affiches chocantes , j avais compris le message qu il fallait qu ils apprennent à se débrouiller et ne pas attendre les aides des autres pays. Tout le monde voit du racisme à chaque phrase et à chaque mot. Vous connaissez l histoire du poisson pour un jour et apprendre à pêcher pour toujours. C est cela la morale de ces affiches.

  • Mon don: éparnez les frais de votre pub le 20.11.2019 07:57 Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'en ai mare que tout le monde veut tirer mon porte monnaie de ma poche pour s'en servir. Quand je regarde le nombre de courriers qu'on reçoit ces jours, ça doit bien rapporter. De Handicap je reçoit 5!!! courriers identiques à chaque fois.

    • Defense Thierry le 21.11.2019 12:07 Report dénoncer ce commentaire

      Votre remarque est très pertinente. Le Luxembourg est le pays européen qui compte le plus d'ONG par tête d'habitant. Chacune joue cependant un rôle important et bien nécessaire, vu la pauvreté grandissante aux quatre coins du monde y compris chez nous. De notre côté, nous essayons de limiter les frais mais l'équation est complexe: comment nous faire connaître sans faire un minimum de publicité?