Éducation au Luxembourg

25 septembre 2018 13:24; Act: 25.09.2018 18:20 Print

C’était la rentrée pour plus de 7 000 élèves de l’INL

LUXEMBOURG - Ce mardi matin, les cours pour adultes reprenaient à l’Institut national des langues. 7 367 apprenants sont déjà inscrits.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Au Glacis, dans les locaux entièrement remis à neuf de l’Institut national des langues (INL), ce mardi matin, des adultes ont sorti leur trousse sur leur bureau et écoutent studieusement leur enseignant. L’INL fait sa rentrée. Pour ce semestre d’automne, il proposera plus de 420 cours pour adultes répartis sur ses trois sites (Luxembourg, Belval et Mersch). À ce jour, 7 367 apprenants sont déjà inscrits.

«L’INL propose huit langues. Les cours de français sont les plus prisés, suivis de ceux de luxembourgeois. Pour ces derniers, la demande monte en force et nous formons actuellement de nouveaux enseignants pour augmenter l’offre», détaille Karin Pundel, la directrice. En français, typiquement, les élèves restent jusqu’à maîtriser parfaitement la langue, tandis qu’en luxembourgeois, ils sont là pour apprendre les bases, en vue du test pour la nationalité».

Des exceptions

Mais il y a des exceptions. «Cela fait bientôt 20 ans que j’habite au Grand-Duché, et je vais enfin pouvoir commencer à parler luxembourgeois avec ma belle-mère», sourit Jérémy, 57 ans. Halit, 29 ans, et Reyhan, 35, eux, ont commencé le français. Ils aimeraient ensuite suivre le cours de luxembourgeois. «On aimerait rester au Luxembourg de manière permanente et on pense que ce sont les deux langues les plus importantes pour s’intégrer», commente le jeune couple turc.

Ce n’est pas Parveen, 29 ans, qui dira le contraire. «Ici, même les indications sur les produits dans les supermarchés sont en français! J’ai absolument besoin de maîtriser la langue, commente la jeune indienne. Ça me permettra de comprendre les paroles de la musique que j’écoute, ajoute-t-elle. Et mon mari est venu ici pour le travail, j’aimerais également retrouver un emploi, pour cela le français me sera utile», estime-t-elle. Au-delà des bénéfices des langues, l’INL permet aussi de nouer des amitiés. La plupart des apprenants se baladent dans les couloirs par petits groupes de deux-trois copains rencontrés lors de semestres précédents, voire le jour même. «On vient de suivre notre premier cours ensemble et de réaliser qu’on a la même langue maternelle», soulignent Percy, 30 ans, et Geir, 47.

Karin Pundel, directrice de l'INL, au micro de L'essentiel Radio:

(Séverine Goffin/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • CQFD le 25.09.2018 13:46 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien voilà, tout le monde est donc d'accord, le français reste bien la langue la plus important ici et la plus prisée, le luxembourgeois n'ayant comme réelle utilité que d'obtenir la nationalité.

  • Emilie le 25.09.2018 17:47 Report dénoncer ce commentaire

    Certains semblent considérer ici que pour s'intégrer dans un pays, il faut apprendre la langue nationale, et même si cette langue est la langue d'une désormais "minorité", c'est un peu comme si on demandait aux immigrés irlandais d'apprendre le gaélique avant l'anglais parce qu'elle est la "langue nationale", sans jamais se préoccuper du nombre de locuteurs qui utilisent l'anglais dans ce pays, et sans jamais se demander non plus si ces personnes parviendront ou non à lire tout ce qu'ils voient autour d'eux du matin au soir. L'intégration, c'est pouvoir vivre avec le plus grand nombre.

  • sunny le 26.09.2018 13:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il apprend le luxembourgeois en plus de l’anglais. Car les “asiatiques” sont extrêmement désireux de s’adapter car ils ont une culture du respect bien plus développée que....

Les derniers commentaires

  • sunny le 26.09.2018 13:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il apprend le luxembourgeois en plus de l’anglais. Car les “asiatiques” sont extrêmement désireux de s’adapter car ils ont une culture du respect bien plus développée que....

  • Louis XIV le 26.09.2018 10:34 Report dénoncer ce commentaire

    Le Français est et reste une langue étrangère ici. Il intéresse de moins en moins, non déplaise aux monolingues.

  • Owen le 26.09.2018 06:51 Report dénoncer ce commentaire

    Je connais trois exemples similaires en Europe avec des pays qui eux aussi ont leur seule et unique "langue nationale" mais dont la connaissance n'est pas exigée afin d'obtenir la nationalité. Ils s'agit de Malte (le maltais), de Monaco (le monégasque) et de l'Irlande (le gaélique irlandais ou irlandais). Alors, pourquoi ici ? Par protectionnisme, tout simplement.

  • Julie le 25.09.2018 20:03 Report dénoncer ce commentaire

    Le luxembourgeois, c'est surtout si on veut la nationalité, mais pour l'intégration et la vie de tous les jours, le français est inévitable, sauf si on veut aller habiter au fin fond d'un village.

  • Florence B. le 25.09.2018 18:44 Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg, la langue nationale est une chose, mais l'intégration en est une autre.