Portrait au Luxembourg

28 septembre 2021 09:00; Act: 28.09.2021 09:12 Print

C'est quoi la vie d'un agriculteur-​​papa de 33 ans?

ASPELT - Depuis 13 ans, Christophe Ernster gère une ferme de 150 hectares et des centaines d'animaux. Sa femme a tout plaqué pour l'aider au milieu de trois enfants.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est un métier difficile, mais pour moi c'est le plus joli des métiers». Christophe Ernster, 33 ans, ne regrette pour rien au monde son choix de vie. Le petit garçon qu'il était a grandi dans la ferme de ses parents mais il aurait pu, comme sa sœur devenue infirmière, s'en détacher et embrasser une vie bien différente. Non, il a d'abord aidé papa et maman, puis suivi un cursus au Lycée agricole d'Ettelbruck avant de reprendre, en 2008, l'exploitation familiale à Aspelt, sur la commune de Frisange, dans le sud du pays. À tout juste 20 ans.

«Ma première décision a été de déménager l'exploitation sur un terrain que nous avions en dehors du village», raconte-t-il. Un choix fort qui lui permet aujourd'hui d'être à la tête d'une ferme moderne de 150 hectares. Le nombre d'animaux a explosé, pour atteindre environ 300 vaches et veaux pour le lait et la viande. Il fait aussi des céréales et, depuis peu, des œufs grâce à 400 poules. Une idée impulsée par sa femme Anne, 33 ans elle aussi, qui a plaqué en 2011 son activité d'éducatrice pour se consacrer à la ferme. Dans le village, la vente d'œufs dans une machine en libre-service est un succès.

«Cinq à six jours de vacances par an»

Très bientôt, 600 KW de photovoltaïque installé sur les toits de la ferme fourniront de l'énergie à 110 maisons de Aspelt. Le couple de trentenaires a «des idées», s'adapte à l'évolution du métier et de la société. La ferme est équipée en matériel dernier cri, informatisé jusqu'au collier des vaches qui optimise leur quantité d'aliments. «On est sur Facebook, on lit les journaux, on échange avec d'autres...», glisse Christophe Ernster. Son souci? «L'acceptation des gens, le regard souvent négatif porté sur notre métier». Pourtant chez lui, les animaux ont de l'espace et une liberté certaine, les vaches ont toutes un petit nom. «C'est une grande famille», souligne l'exploitant qui compte parmi son cheptel une vache montbéliarde de 2006: «La plus vieille du Luxembourg, elle nous a donné 100 000 litres de lait!».

La ferme de Christophe et Anne compte une salariée. Indispensable pour s'accorder «cinq à six jours de vacances par an» avec leurs trois enfants de 9, 8 et 7 ans. «Évidemment c'est difficile, la météo, les investissements, le manque de terrain, la pression administrative... mais c'est la vie que je veux. Même si le stress est fort, jamais je n'ai songé à baisser les bras. Je travaille de 5h30 à 19h30 mais à côté de la maison, je prends chaque repas avec mes enfants». Des petits qui choisiront ce qu'ils veulent faire, jurent Christophe et Anne. Mais il y a des choses qui trahissent déjà: «Notre fils de 7 ans rentre de l'école, pose ses affaires et court sur les machines».

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.