Au Luxembourg

08 mai 2019 18:18; Act: 10.05.2019 12:44 Print

Certaines armes civiles seront bientôt interdites

LUXEMBOURG - Il ne sera bientôt plus possible d'acquérir et de détenir des tasers ou du gaz poivré au Grand-Duché, comme le souhaite un projet de loi.

storybild

Du gaz poivré (à gauche) et un taser. (photo: DPA/AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Réglementer l’acquisition, le transport ainsi que le stockage d’armes civiles. Un projet de loi en ce sens a été présenté ce mercredi aux députés membres de la commission de la Justice. L'objectif est d'ancrer les différentes pratiques qui se sont développées au cours de ces 35 dernières années au Luxembourg, dans la loi nationale datant de 1983. Ce projet de loi ne concerne que les armes civiles, c’est-à-dire des armes détenues par exemple par les chasseurs ou pêcheurs. Le texte souhaite notamment interdire des armes telles que les tasers et le gaz poivré.

À noter que certains députés ont aussi demandé des précisions concernant le port de couteaux de poche ou encore d’une épée lors des fêtes médiévales. La détention d’une épée sera toujours possible, mais une autorisation sera nécessaire pour porter l’épée dans un espace public, a précisé Félix Braz, le ministre Déi Gréng de la Justice.

Par ailleurs, les couteaux de poche resteront autorisés, mais des outils spéciaux tels que les «couteaux papillons», seront interdits. Au cours des discussions avec les députés, Félix Braz a également précisé que les personnes pourront continuer à collectionner des armes à feu, mais qu’ils devront respecter certaines règles prévues dans le projet de loi.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pepe le 08.05.2019 18:42 Report dénoncer ce commentaire

    Les malfaiteurs n’ont rien à cirer de nos lois sur les armes, puisqu’ils n’achètent pas leur Kalachnikov dans les magasins. Une fois de plus, une loi qui pénalise les citoyens honnêtes.

  • dem11 le 08.05.2019 20:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le gaz au poivre ne tue pas ,mais sers à certaines femmes ou filles de ce protégé en cas ou une personne ou un groupe de gens leurs voudrais du mal ,( en sortant du travail tard le soir etc ) l'interdire serais nul

  • N'importe quoi... le 08.05.2019 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Puisque l'Etat souhaite interdire ces armes de défense qui peuvent s'avérer utiles aux honnêtes citoyens, aurait-il dès lors la prétention de garantir la sécurité absolue pour tout le monde ?? Vu le nombre croissant de faits divers liés à la violence au GDL, permettez-moi d'en douter...

Les derniers commentaires

  • luxo le 10.05.2019 23:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour protéger la population il serait préférable d’interdire la chasse et le port d’armes aux policiers ! Toutes les armes des chasseurs et des policiers doivent rester enfermés dans les armureries et sorties uniquement en cas de besoin ou de défense.

  • delpes le 09.05.2019 19:27 Report dénoncer ce commentaire

    Vive l'etat de police...

  • Rigoberta le 09.05.2019 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    Pas besoin d'arme, munissez vous d'un spray pour cheveux , ça suffit largement à rendre aveugle un agresseur et même un pitbull!

  • Bobo énervant le 09.05.2019 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    Les armes en général ont un double tranchant. Certes, elles peuvent servir à nous défendre, mais elles servent aussi les malfrats à nous attaquer. D'un autre côté il faut aussi savoir se servir d'une arme. J'ai déjà tenu en main un pistolet, croyez le ou pas, je ne savais pas m'en servir. Autre désavantage, certains peuvent utiliser une arme "par erreur", c'est à dire qu'ils pensent qu'ils seront attaqués, se servent de leur arme, mais le vis à vis n'avait pas d'intention méchante.

  • Ana Conda le 09.05.2019 06:54 Report dénoncer ce commentaire

    Quid des femmes qui souhaitent se protéger contre une éventuelle attaque?