Au Luxembourg

11 juillet 2019 07:00; Act: 11.07.2019 12:05 Print

«Ces "fichiers cachés" sont un scandale d'État»

LUXEMBOURG - L'affaire des «fichiers cachés» a pris une autre dimension. Les avocats Gaston Vogel et Fränk Rollinger montent au créneau.

storybild

L'avocat Gaston Vogel estime qu'il est «urgent de légiférer». (photo: Editpress/©editpress/tania Feller)

Sur ce sujet
Une faute?

L’affaire des fichiers de la police et de la justice a atteint son point d’orgue, mardi, avec le départ de la Chambre des députés de l’opposition après une altercation avec leurs collègues de la majorité.

Depuis quelques semaines, l’avocat Gaston Vogel, connu pour ses coups de gueule, n’a pas mâché ses mots sur le sujet. Il fustige l’attitude du ministre de la Justice, Félix Braz, qui selon lui «ne résout rien et a apporté le creux au vide dans son ministère».

«Dans un pays normalement constitué, Braz et Bausch auraient démissionné»

Sur le fond de l’affaire, il exprime son indignation: «On répertorie dans un fichier des citoyens acquittés ou ayant bénéficié d’un non-lieu. La tension doit être palpable au palais de justice où tous tiennent des propos contradictoires. C’est un scandale d’État! Dans un pays normalement constitué, Braz et Bausch auraient démissionné».

Fränk Rollinger, l’avocat du jeune juriste de 27 ans qui s’était présenté pour un poste de référent-bibliothécaire à la Cité judiciaire, n’est pas aussi acerbe que son confrère. Il préfère se placer sur le terrain de la protection des données.

«On peut stocker des informations dans le but exclusif de poursuites ou pour l’exécution de peines, mais pas dans le cadre d’un recrutement. La loi du 1er août 2018 est très claire. Et en présentant cette fameuse fiche, les magistrats ne l’ont pas respectée».

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 11.07.2019 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    7 ans après les fiches du Srel, les fiches de Police, de la Justice. Vraiment dans quel Etat espion vivons-nous? La justice est chargé de juger des affaires, exclusivement sur les éléments qui lui sont soumis lors de cette affaire. C'est un droit de la défense de ne pas être préjugé pour d'autres affaires non jugées, dont on bénéficie en principe de la présomption d'innocence. Cette affaire met en cause l'indépendance de la justice, qui surveille la justice. A terme, tout citoyen devrait pouvoir consulter sa fiche, et assigner l'Etat s'il y a lieu.

  • patate le 11.07.2019 07:39 Report dénoncer ce commentaire

    Non. Dans un pays normal, le parquetier responsable aurait perdu son poste. Le problème n'étant pas celui de l'existence de ces fichiers, mais celui de l'usage de ces fichiers à d'autres choses que la poursuite des délits et crimes.

  • Jeff le 11.07.2019 07:53 Report dénoncer ce commentaire

    Comment peuvent-ils râler maintenant alors qu'ils savent pertinemment que ces fichiers existent et qui permettent quand même de s'assurer que la personne qui va travailler sur des endroits sensibles est au-dessus de tous soupçons. Le jour ou quelqu'un commettra un acte très répréhensible on accusera la justice ou les services de police de ne pas avoir vérifier ces antécédents?

Les derniers commentaires

  • othgsr le 14.07.2019 08:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une fois j Ai été convoqué pour dire si c était moi qui avait écrit des lettres manuscrites anonymes pour dénoncer des abus (c était pas moi , moi je l avais fait mais pas anonymement mais bien ouvertement). Ia police m a donné une des lettre en main propre pour la lire ( la lettre n était pas dans un plastique pour moi elle ne vaut plus rien puisque je l ai touchée ! Heureusement qu ils ne m ont pas donné les autres probablement touchés par des centaines d autres personnes ( camouflant l adn de ceux qui ont écrit les lettres , où est le sens?) c est simple pourtant , prélever l adn sur lettres bien protégées et comparer les empruntes de tout le monde et on trouve

  • kniptchen le 12.07.2019 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Me Voguel indigné, c’est comme un boucher qui se dirait végétarien.

  • coupa le 12.07.2019 08:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils savent depuis longtemps?! .. et aujourd’hui ils se manifestent et avance ils n ont rien fait!? ils étaient tous complices d avoir laissé faire donc coupables aussi .. ?

  • Gaston L'Ours le 11.07.2019 23:23 Report dénoncer ce commentaire

    Scandale ? Non, une nouvelle, une affaire pour combler la période d'été.

  • Ainsi va le monde le 11.07.2019 21:57 Report dénoncer ce commentaire

    Si vous pensez que la justice est indépendante, vous connaissez mal le fonctionnement de l'humain. Allez voir dans les clubs privés les "amis" qui s'y retrouvent...