Tina Kieffer

18 juin 2019 09:00; Act: 18.06.2019 10:36 Print

«Chandara a vite eu sa place dans notre famille»

LUXEMBOURG - Journaliste, directrice de «Marie-Claire», Tina Kieffer vient de rédiger son premier livre consacré à sa fille Chandara, adoptée au Cambodge en 2006.

storybild

«Avec l'association et les filles, l'objectif est de reconstruire l'avenir du Cambodge», dit Tina Kieffer. (photo: Editpress/Fabrizio Pizzolante)

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Pourquoi raconter ce coup de foudre avec Chandara?

Tina Kieffer: Au départ, je n'en avais pas l'intention malgré les sollicitations des éditeurs. Finalement, je me suis mise devant mon ordinateur et au fil des mots, raconter cette histoire vécue au Cambodge est vite devenu une évidence.

Qu'est-ce qui a prédominé?

J'ai pris beaucoup de plaisir à ressusciter le moment magique de cette rencontre avec Chandara. Et, en définitive, j'ai écrit le livre assez vite. Aujourd'hui, j'aime aussi l'idée que ma petite fille puisse avoir cet ouvrage comme élément de reconstruction.

Vous avez dans la foulée créé une association «Toutes à l'école» et un établissement scolaire. Pourquoi?

Dans ces pays, le levier, c'est l'éducation. Les filles sont de futures mères, des vecteurs de changement dans le pays. Aujourd'hui, 1 400 jeunes filles issues de milieux défavorisés sont scolarisées du CP à la terminale. Et cette année, nous avons eu 100% de réussite au bac contre 60% dans le pays, pour des élèves de milieux pourtant plutôt aisés.

Vous êtes relayée sur le terrain, et notamment au Luxembourg?

Nous avons une antenne toutesalecole.lu créée en 2010 pour lever des fonds et pour organiser des partenariats. Des échanges de lycéens et d'étudiants sont d'ailleurs prévus avec le Lycée Vauban et l'Université du Luxembourg.

Comment va Chandara?

Elle a 16 ans et elle est heureuse. Chandara a vite trouvé sa place dans notre famille. La petite dépressive du Cambodge est devenue un pinson très actif. Chandara veut faire carrière dans le design.

(Recueilli par Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Eliane le 18.06.2019 14:34 Report dénoncer ce commentaire

    Fière d'avoir ma petite fille adoptée elle aussi mais au Luxembourg. On va toujours dans les autres pays et on laisse nos enfants sans parents. Ok j ai pas eu le bébé dès sa naissence comme Madame les papiers sont différents au Luxemoubrg mais je suis heureuse d avoir pu donner une chance à nos enfants de notre pays.

  • AmoureuxGdl le 18.06.2019 10:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vraiment fascinant... je pense que cet ouvrage manquait vraiment à notre richesse intellectuelle collective...

Les derniers commentaires

  • Eliane le 18.06.2019 14:34 Report dénoncer ce commentaire

    Fière d'avoir ma petite fille adoptée elle aussi mais au Luxembourg. On va toujours dans les autres pays et on laisse nos enfants sans parents. Ok j ai pas eu le bébé dès sa naissence comme Madame les papiers sont différents au Luxemoubrg mais je suis heureuse d avoir pu donner une chance à nos enfants de notre pays.

  • AmoureuxGdl le 18.06.2019 10:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vraiment fascinant... je pense que cet ouvrage manquait vraiment à notre richesse intellectuelle collective...

    • Luxo le 18.06.2019 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      Effectivement! Merci à elle!