Festival de Contern

16 juillet 2016 19:25; Act: 16.07.2016 19:40 Print

«Chaque année, je repars avec une valise pleine»

CONTERN – Le festival international de BD de Contern bat son plein. Amateurs de 9e art, auteurs et vendeurs sont réunis dans le village luxembourgeois.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Samedi matin de 10h à 13h, on n’a pas arrêté», se réjouit Lucien Czuga. Comme la cinquantaine d’auteurs de bandes dessinées présents au festival de Contern, il a dédicacé ses ouvrages et dessins. Comme chaque année, le village luxembourgeois est transformé en paradis des amoureux du 9e art et la foule a afflué tout au long de la journée. Le long des rues, les stands de vendeurs d’albums se succèdent.

On y trouve de tout, de «Boule et Bill» à «Gaston Lagaffe», en passant par «XIII» ou encore «Asterix». Les collectionneurs pouvaient fouiller parmi des milliers d’albums. Ainsi, Fränz est fan de «Tintin». Classique mais lui est «complètement fou! J’ai entre 300 et 400 albums et collectionne également des figurines et autres bibelots» à l’effigie des personnages de Hergé, explique le Luxembourgeois. «Chaque année, je repars de Contern avec une valise pleine de «Tintin»! Le plus dur, c’est de savoir si on a déjà tel album ou pas.»

«J’aime les BD qui font rire»

Quoiqu’il en soit, à Contern il a le choix. Le premier stand sur lequel passe le collectionneur propose des albums de «Tintin» en perse, en russe, en japonais et en chinois, entre autres. Mais ce qu’il a repéré en premier, c’est «une plaque en céramique». De quoi commencer à remplir tranquillement la valise. Un peu plus loin, Yuri, 13 ans, se promène avec un grand sac déjà bien garni de bande dessinées.

«J’ai pris des «Naheulbeuk», des albums des «Schtroumpf» et des «L’élève Ducobu» pour le moment» explique le jeune homme, en passant d’un étal à l’autre. «Ce sont des BD qui sont drôles, un peu stupides. J’adore les BD qui font rire» affirme cet habitué des lieux. «On vient quasiment tous les ans, c’est sympa».

Le festival de BD de Contern se poursuit jusqu’à dimanche 19h.

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.