Au Luxembourg

12 décembre 2019 08:57; Act: 12.12.2019 13:17 Print

Chaque jour, des usagers des CFL «têtes en l'air»

LUXEMBOURG - Aux CFL, un service est spécialement dédié aux objets trouvés qui fleurissent dans les rames de train ou les bus. Et il y a près de 10 000 dossiers par an!

storybild

Un service, dont les bureaux se trouvent dans la gare de la capitale, est pleinement consacré aux objets perdus ou oubliés dans les trains et bus CFL. (photo: Editpress/Fabrizio Pizzolante)

Sur ce sujet
Une faute?

Oublier un objet dans le train en descendant en gare, c'est une mésaventure qui est arrivée ou arrivera sans doute à beaucoup d'entre nous. À tel point qu'aux CFL, un service dont les bureaux se trouvent dans la gare de la capitale y est pleinement consacré! «Un objet perdu ou oublié, c'est loin d'être rare», glisse même l'entreprise sur son site Internet. Et pour cause, «800 dossiers en moyenne» sont traités chaque mois, soit «près de 9 600 sur un an». On parle ici des trains, mais aussi des bus à travers le pays.

«Ces objets perdus sont collectés par les équipes de nettoyage, les accompagnateurs de train ou encore les agents de sécurité», précise Simone Nilles, porte-parole des CFL. Il s'agit surtout de téléphones portables, de clés, de manteaux ou de porte-monnaies. Et puis il y a les oublis plus «saisonniers»: les parapluies à l'automne et les gants en hiver... Parfois même «des bagages à main».

«Les propriétaires ont deux mois pour récupérer leur bien»

Le service des objets trouvés collecte tout cela, enregistre les déclarations de perte transmises par mail ou via le formulaire dédié sur le site Internet des CFL. «Les propriétaires ont deux mois pour venir récupérer leur bien», indiquent les CFL.

Sept objets perdus sur dix sont restitués, ceux ayant le plus de valeur ou considérés comme très personnels (papiers d'identité par exemple), sont remis au commissariat le plus proche. «Le téléphone sonne souvent, en moyenne 25 à 30 demandes par jour», ajoutent les CFL, qui pensent aux plus têtes en l'air de leurs voyageurs...

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Realux le 12.12.2019 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et après les deux mois, ils se partagent le tout restant ! joyeux Noël

  • Remarque le 27.12.2019 10:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non seulement des oublis. Autres cas, après avoir acheté des chaussures neuves, on enfile les neuves dans le bus et la boîte ainsi que les vielles chaussures sont laissés a bord. On les garde aussi deux mois? Les achats alimentaires oubliés yogourts, viandes, lait..... aussi deux mois?

Les derniers commentaires

  • Remarque le 27.12.2019 10:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Non seulement des oublis. Autres cas, après avoir acheté des chaussures neuves, on enfile les neuves dans le bus et la boîte ainsi que les vielles chaussures sont laissés a bord. On les garde aussi deux mois? Les achats alimentaires oubliés yogourts, viandes, lait..... aussi deux mois?

  • Realux le 12.12.2019 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et après les deux mois, ils se partagent le tout restant ! joyeux Noël

    • Jeannot le 12.12.2019 20:02 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, 2 mois c'est court, d'autant plus que celui qui a perdu un objet ne s'en rend pas compte de suite et surtout qu'il ne sait pas toujours où il a pu le perdre. Il pense souvent avoir été volé. Si cela n'a pas changé un objet perdu sur la voie publique reste disponible un an. Pourquoi 2 mois pour une perte dans un transport public?