Apiculture

22 août 2017 14:02; Act: 23.08.2017 08:53 Print

«Choisir les abeilles pour lutter contre les parasites»

BRANDENBOURG – Le gouvernement a officialisé mardi son soutien à un programme innovant visant à aider les apiculteurs à lutter contre la mortalité des abeilles.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Le varroa est l’ennemi numéro un des ruches». Les spécialistes de l’apiculture sont unanimes, leur priorité est de lutter contre le parasite qui serait la première cause de mortalité des abeilles, qui a atteint 20% de l’effectif total l’an dernier. Le gouvernement a ainsi officialisé mardi, à Brandenbourg, dans le nord du Luxembourg, son soutien à un programme de lutte contre le fléau, à base de sélection des abeilles.

Au Luxembourg, l’apiculteur Paul Jungels est le pionnier de cette méthode. Il dit avoir débuté le processus de sélection dès 1994, qu’il a constamment amélioré depuis. Il «sélectionne des reines qui ont prouvé, via des tests, leur résistance au varroa». Elles sont introduites dans des ruches et l’apiculteur les laisse se reproduire. Il se dit très content du soutien apporté par les autorités, «car cette méthode, si elle est plus efficace, engendre beaucoup de frais directs».

Une première

«Nous avons de très bons résultats cette année», confirme Renaud Lavend’homme, un chercheur belge qui a été à l’initiative du projet, avec Paul Jungels. Avec son équipe d’une vingtaine de chercheurs venus de plusieurs pays d’Europe, ils ont investi cette semaine un local de Brandenbourg pour «compter les varroas qui contaminent les colonies d’abeilles». L’opération doit être répétée chaque année, pour voir si les abeilles sont toujours résistantes. «Il faut voir si le parasite a réussi à se reproduire au sein de la colonie. S’il n’a pas réussi, c’est un marqueur de résistance des abeilles». Cette année, les résultats ont parfois atteint les 100%, une première.

Les chercheurs se basent sur des méthodes «apprises aux États-Unis et améliorées ensuite», reprend Renaud Lavend’homme. «C’est un projet très intéressant pour avoir des abeilles plus résistantes. C’est pourquoi nous sommes contents de le soutenir dans notre nouvelle loi agraire», explique Fernand Etgen (DP), ministre de l’Agriculture.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Habitant de la Terre le 22.08.2017 15:51 Report dénoncer ce commentaire

    Voilà une excellente nouvelle! Sauver nos abeilles (vitales pour notre avenir) de ce parasite sans agents chimiques ou autres! Merci à ces apiculteurs pour leur travail!!!

  • Marina le 22.08.2017 23:28 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin quelque chose est fait contre ce terrible ravageur! J'espère que le programme de sélection génétique ne se.limitera pas à l'espèce d'abeille la plus courante mais inclura aussi les espèces moins courantes comme l'abeille noire. La diversité génétique d'une espèce est un capital à sauvegarder.

  • Grand Maître le 22.08.2017 17:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Courageux et bravo!!

Les derniers commentaires

  • nickname le 23.08.2017 10:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'abord l'Homme disperse les maladies sur les abeilles, ensuite l'Homme sélectionne que les plus fortes (voir génétiquement modifiées?), et en condamnant les "faibles". C'est ce que Monsanto, Bayer etc font avec le végétal en imposant leur semences résistantes. Bientôt applicable à l'Homme pour réduire les antibiotiques par ex. ? La vie que au plus forts? C'est scandaleux! Et rien n'est plus sûr que cela marche. Que des discours populaires...

    • BLux le 24.08.2017 09:40 Report dénoncer ce commentaire

      Bonjour, La sélection naturelle sélectionne non pas les plus "forts" mais les plus adaptés à leur milieu. Aujourd'hui, c'est malheureusement souvent l'homme qui décide du milieu plutôt que la nature. Je vous invite à lire le livre "Sapiens" dans lequel vous comprendrez que l'homo sapiens est de toute façon très opportuniste depuis le début. (

  • Lux le 23.08.2017 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Super! Génial ! Elles font côte à côte avec nous le futur de nous tous , de nos enfants et de nos petits enfants ! Alors, Bayer, Monsato et les autres quand allez vous l'admettre que vous détruisez la vie sur terre ?

  • Marina le 22.08.2017 23:28 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin quelque chose est fait contre ce terrible ravageur! J'espère que le programme de sélection génétique ne se.limitera pas à l'espèce d'abeille la plus courante mais inclura aussi les espèces moins courantes comme l'abeille noire. La diversité génétique d'une espèce est un capital à sauvegarder.

  • ela le 22.08.2017 20:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et les crèmes visage au venin d'abeilles, recolté par electrocution ? comment arreter ça ?

    • Hub78 le 23.08.2017 00:33 Report dénoncer ce commentaire

      juste une précision: les abeilles ne sont pas électrocutées! nous n'accepterions jamais de les tuer pour récolter leur venin.

  • Apiculture alternative le 22.08.2017 19:51 Report dénoncer ce commentaire

    Abeilles de "Buckfast" “Notre but final est de reproduire une abeille qui nous donnera une récolte moyenne constante maximale avec un minimum d’efforts et de temps de notre part”. Ainsi Frère Adam définissait-il en 1952 l’abeille idéale. Depuis lors, les écologues ont compris que cette abeille axée sur le rendement, soustrait toutes les ressources des autres pollinisateurs, jusqu'à les supprimer, abeilles indigènes en premier. Un choix de société.

    • Bertrand le 24.08.2017 09:29 Report dénoncer ce commentaire

      Bonjour, Votre commentaire est intéressant. Avec quelle race d'abeille "travaillez-vous" ?

    • Apiculture alternative le 24.08.2017 23:04 Report dénoncer ce commentaire

      Bonjour, la seule "race" d'abeille qui respecte les équilibres entre les espèces vivantes est l'abeille noire, Apis mellifera mellifera. C'est un patrimoine naturel vieux d'un million d'années que les hommes saccagent sans vergogne, au profit de races de synthèse, importées, hybrides, qui sont équivalentes à des espèces invasives. Le Frère Adam, paix à son âme, avait un objectif majeur: le rendement. Le respect des équilibres naturels n'était pas à l'ordre du jour. L'argent public contribue à la destruction des espèces d'abeilles non mellifères et à la disparition de l'abeille indigène.