Polémique au Luxembourg

10 décembre 2019 19:37; Act: 10.12.2019 20:01 Print

Christian Schleck a été «discrédité délibérément»

Le président du syndicat de l'armée, Christian Schleck, a été «délibérément discrédité», le chef de l'armée Alain Duschène «ment». Le SPFP a répété ses accusations ce mardi.

storybild

Selon le Syndicat professionnel de la force publique, Christian Schleck n'aurait jamais accepté sa mutation. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le comité exécutif du Syndicat professionnel de la force publique (SPFP), l'organisation qui chapeaute le syndicat de l'Armée (Spal) et le syndicat de la police (SNPGL), a rappelé sa position dans l'affaire autour de Christian Schleck, lors d'une conférence de presse ce mardi. Selon lui, Christian Schleck a été publiquement discrédité en tant que président du syndicat de l'armée.

L'arrière-plan est le différend concernant la mutation forcée de Christian Schleck. Celui-ci avait ouvertement abordé des problèmes au sein de l'armée. Il avait ensuite été muté parce que ses activités syndicales «n'étaient pas compatibles avec son travail dans l'armée». Schleck était alors responsable des relations publiques. La CGFP et le SPFP ont dénoncé cette mutation et exigé la démission du chef de l'armée, le général Alain Duschène.

Schleck «a été muté de force»

«Le général Duschène ment», a répété le syndicat ce mardi. Christian Schleck n'aurait jamais accepté sa mutation et l'aurait fait consigner par écrit. La conférence de presse, qui a duré deux heures, n'a pas permis de clarifier réellement l'affaire.

Le SPFP a donc une nouvelle fois appelé à la démission du général Duschène. Selon le Syndicat professionnel de la force publique, Christian Schleck devrait être autorisé à retourner à son poste.

(mb/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phi le 11.12.2019 10:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention „Un Avis“ Vous savez que les observatories civils au GDL sont souvent nommé par le Gouvernement où Ministère et sont payé par eux alors il rest des doutes sur l‘objectivité . On a besoin partout des syndicalistes qui observe et deéfend leurs membres. Cest unacceptable si la Hierarchie ne respect pas les règles et se crois souvent au dela .

  • Tristounet le 11.12.2019 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’armée reste et restera toujours là grande muette...

  • Un avis le 10.12.2019 21:46 Report dénoncer ce commentaire

    Il ne devrait pas y avoir de syndicat ni dans l'armée ni dans la police, mais des observateurs civils pouvant noter des améliorations à apporter dans la mesure où c'est compatible avec les besoins du service. Ces deux corps régaliens sont essentiels pour la stabilité du pays et donc ne doivent pas être mis à mal.

Les derniers commentaires

  • Tristounet le 11.12.2019 13:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’armée reste et restera toujours là grande muette...

  • Phi le 11.12.2019 10:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention „Un Avis“ Vous savez que les observatories civils au GDL sont souvent nommé par le Gouvernement où Ministère et sont payé par eux alors il rest des doutes sur l‘objectivité . On a besoin partout des syndicalistes qui observe et deéfend leurs membres. Cest unacceptable si la Hierarchie ne respect pas les règles et se crois souvent au dela .

  • Un avis le 10.12.2019 21:46 Report dénoncer ce commentaire

    Il ne devrait pas y avoir de syndicat ni dans l'armée ni dans la police, mais des observateurs civils pouvant noter des améliorations à apporter dans la mesure où c'est compatible avec les besoins du service. Ces deux corps régaliens sont essentiels pour la stabilité du pays et donc ne doivent pas être mis à mal.