Poules à la frontière

11 juin 2019 18:00; Act: 11.06.2019 19:39 Print

D'accord pour le jardinage, mais sans les animaux

ESCH-SUR-ALZETTE - Depuis deux ans, des riverains se plaignent des nuisances liées aux animaux des jardins ouvriers. Une réunion s'est déroulée mardi pour chercher une solution.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Des animaux vivent enfermés dans des cabanons de jardin à la frontière à Audun-le-Tiche en France. Un vrai calvaire pour les riverains de la rue de Belval à Esch-sur-Alzette. Une réunion entre les deux communes et ArcelorMittal Esch, propriétaire de ces terrains a eu lieu mardi après-midi. «On ne peut pas laisser ça comme ça, il faut faire quelque chose de propre», déclare Lucien Piovano, le maire d'Audun-le-Tiche.

Un affichage en langues française et portugaise, invitant les utilisateurs de ces terrains à une rencontre, sera mis en place sur chacune des parcelles. Elle devrait avoir lieu d'ici la fin du mois. Au sujet des animaux, «il vaudrait mieux que les propriétaires s'en débarrassent. D'autant qu'il s'agit d'élevages personnels», ajoute Lucien Piovano. Le but n'est pas de priver les utilisateurs de leurs terrains. «Ils pourront toujours jardiner, mais peut-être plus avoir d'animaux», assure-t-il.

L'objectif est de mettre en place une gestion transfrontalière de ces jardins, en collaboration avec ArcelorMittal. Il se pourrait que le même règlement de gestion que celui en place à Esch-sur-Alzette, soit appliqué. Contactée, Bernadette Rohrer, enquêtrice à la Fondation Brigitte Bardot en France, assure que le combat pour sauver les animaux ne s'arrêtera pas là pour autant. «Nous continuerons à nous battre pour que ces animaux soient sauvés au plus vite. Les conditions dans lesquelles ils vivent ne sont pas tolérable», explique-t-elle. D'après ses estimations il y aurait entre 500 et 1 000 animaux qui vivent dans ces jardins. Au Luxembourg, il est interdit de détenir des animaux dans une cité jardinière.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nath le 12.06.2019 00:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et donc parce qu il y a pire ailleurs on doit fermer les yeux ?!? quelle drôle de notion ? êtes vous allé dans ces jardins ? avez vous senti la puanteur qui se dégage de certains d entre eux ? puanteur indiquant que les animaux présents ( il n y a pas que des poules... ) ne sont pas bien traités donc je pense que c est très bien qu on s en préoccupe...

  • juliette le 12.06.2019 10:00 Report dénoncer ce commentaire

    Les membres des associations ont recensé « entre 500 et 1000 bêtes », principalement des poules, des chèvres et des lapins vivant dans des « conditions déplorables, enfermés dans le noir, sans accès vers l’extérieur. Ils ne sont pas déclarés, pas vaccinés. Nous sommes même tombés sur une personne qui, à elle seule, détenait 110 animaux ! D’un point de vue réglementaire et sanitaire, c’est grave. »une association luxembourgeoise a retiré à son propriétaire huit chèvres et deux boucs « dans un état lamentable et détenus dans des conditions honteuses. On a trouvé un chevreau qui ne tenait pas su

  • Sylvie le 12.06.2019 07:00 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi interdire l'élevage de poules? Il faudrait simplement limiter leur nombre ët s'assurer qu'ils sont élevés dans de bonnes conditions.

Les derniers commentaires

  • pep le 13.06.2019 06:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si les gens élèvent « comme dans le temps » des poules etc. C’est qu’il non pas les moyens de faire autrement et surtout qu’elle est ce monde ou tout est réglementé mais dans lequel on laisse la misère humaine sans reponse

  • Maurice le 12.06.2019 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    Non, ces animaux ne sont pas tenus dans des conditions normales, on les a trouvés à l'agonie! On n'est pas à l'agonie quand est élevé dans des conditions normales! Avez vous seulement vu ces "hangars"? Est ce que vous iriez vivre la dedans par des températures de plus de 25 degrés, sans eau? Ce qui me choque ici est que certains qui critiquent , à juste raison, les élevages et les abattoirs justifient la tenue d'animaux dans des conditions horribles. Surtout vous Luxo, vous qui préconisez l'élevage vous devriez quand même vous insurger contre cette barbarie! Soyez au moins logique!

  • juliette le 12.06.2019 10:00 Report dénoncer ce commentaire

    Les membres des associations ont recensé « entre 500 et 1000 bêtes », principalement des poules, des chèvres et des lapins vivant dans des « conditions déplorables, enfermés dans le noir, sans accès vers l’extérieur. Ils ne sont pas déclarés, pas vaccinés. Nous sommes même tombés sur une personne qui, à elle seule, détenait 110 animaux ! D’un point de vue réglementaire et sanitaire, c’est grave. »une association luxembourgeoise a retiré à son propriétaire huit chèvres et deux boucs « dans un état lamentable et détenus dans des conditions honteuses. On a trouvé un chevreau qui ne tenait pas su

  • Luxo le 12.06.2019 09:33 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu d'interdire les animaux dans les cité jardinières le Luxembourg ferait mieux de multiplier les jardins et d'encourager la construction de poulaillers individuels ou de micro fermes pour les besoins de ceux qui ont le courage et la volonté de travailler la terre et d'élever des animaux dans des conditions respectueuses de leurs besoins. Vivement une loi qui interdirait les jardins minéraux devant les maisons et les pelouses derrières . Tous propriétaire d'un jardin non cultivé devrait le mettre à disposition d'une personne qui souhaite y planter des fruits et légumes.

    • what ? le 12.06.2019 14:20 Report dénoncer ce commentaire

      je fais encore ce que je veux avec mon terrain !

  • jos le 12.06.2019 08:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aller voir une voie la tous est salle et les animaux sont mal etretenus