Gare de Luxembourg

09 septembre 2021 07:00; Act: 09.09.2021 08:19 Print

«Dans le quartier, les dealers ne se cachent plus»

LUXEMBOURG - L'inquiétude était profonde, mercredi, parmi les résidents du quartier de la Gare, meurtris par la drogue et les faits divers en série.

storybild

Dans le quartier de la Gare, l'ambiance était lourde, mercredi, après une série de faits divers. (photo: Nicolas Martin)

Sur ce sujet
Une faute?

Je pense que, maintenant, les gens ont peur. Nous, nous sommes habitués. Je vis ici depuis 20 ans. Les cris à 4h du matin, les bagarres... Même mes enfants ont pris l'habitude, en rentrant à la maison, de voir des gens se droguer. Cela s'était calmé mais ça recommence. Maintenant, les dealers vendent partout et tout le monde sait ce qu'ils sont en train de faire. À partir de 16h ou 17h c'est catastrophique».

Sylvia* réside et travaille dans un café du quartier de la Gare. Mardi, en fin d'après-midi, elle n'était pas loin quand un homme, poignardé, est venu appeler à l'aide dans un café voisin. Seulement quatre jours après l'altercation entre un homme et des agents de la société G4S avec leur chien.

«Après 22h30, on ne voit plus personne»

«Ma fille a vu les gens attroupés et m'a demandé ce qui s'était passé. J'ai dû lui dire que "quelqu'un était tombé". La semaine dernière, j'ai mis dehors plusieurs personnes qui trafiquaient dans mon café. La police demande qu'on dénonce. Mais c'est dangereux pour nous. J'ai une famille!».

«Et quand on les appelle, ils arrivent 20 minutes plus tard et il n'y a plus personne», raconte le patron d'un autre établissement. «Les policiers font leur travail, ils ont du mérite, mais ils ont les mains liées. Il faut plus de patrouilles à pied. Quand ils passent en voiture, les dealers se sauvent. Les agents de sécurité et l'équipe d'«À vos côtés» c'est bien, mais après 22h30, on ne voit plus personne».

«Les clients ont peur de venir»

La vidéosurveillance, jugée facile à contourner, divise. Et les désaccords entre la bourgmestre de Luxembourg, Lydie Polfer, et le ministre de la Sécurité intérieure, Henri Kox, sur la situation, ne les passionnent pas. «Il ne faut pas de querelles politiques mais des solutions», souligne Sylvia.

Les commerçants racontent un quartier qu'ils aiment ou aimaient, mais qui change à 14h avec l'arrivée des dealers et des clients. «Ils ne se cachent même plus. Avant-hier, pour un regard, un homme est venu me provoquer. On ne peut pas tout surveiller. Quand ils entrent à deux ou trois, les clients ne sont pas tranquilles. Si je dois mettre un vigile, je préfère fermer».

Sara*, dans une échoppe voisine, avoue parfois fermer à clé derrière ses clientes. «Il n'y a aucune sécurité dans la rue. Si ça continue, j'arrête. Les clients ont peur de venir dans le quartier». L'une de ses clientes s'inquiète aussi des appartements du quartier que «plus personne ne veut acheter». «Si cela avait été comme aujourd'hui à l'époque, je n'aurais pas acheté».

*Les prénoms ont été modifiés

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pascal le 09.09.2021 07:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’image du Luxembourg en prend un sacré coup ! C’est le début d’une lente dégringolade comme dans d’autres grandes villes

  • Alex le 09.09.2021 07:33 Report dénoncer ce commentaire

    je travaille dans ce quartier, et je confirme, les dealers font leur petit traffic toute la journée sous ma fenêtre, et les drogués sont partout, dans les entrées, en train de se piquer, devant tout le monde. Ils gueulent toute la journée, écoutent la musique forte, insultent les passants, les agressent. Jamais vu la police. Polfer et Kox devraient y venir de temps en temps, sans leurs gardes du corps, pour enfin comprendre. Facile de donner son avis dans son fauteuil de privilégiés ! Si pas de changement rapide, on déménagera.

  • absence de courage politique le 09.09.2021 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    aucun courage politique, on laisse faire et on pourrit notre ville

Les derniers commentaires

  • Résident le 10.09.2021 10:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci Asselborn

  • AFC le 10.09.2021 10:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut baisser le prix de l’immobilier de 50pourcents dans le quartier de la gare !!

  • A votre service le 10.09.2021 10:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les alcooliques locaux non plus ne se cachent plus, et ça fait déjà un bail !

  • luxo le 10.09.2021 09:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n’est pas en croisant un mendiant, un drogué ou un revendeur de drogue que je risque ma vie ! C’est lorsque qu’un SUV me double sur mon vélo, ou qu’une voiture de police utilise sa sirène sans respecter les limitations de vitesse et les autres usagers que je suis en insécurité.

  • SPA le 10.09.2021 08:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand marche devant la gare, je n’ai pas encore vu ses faites. Certains jeunes demandent de l’argent et je préfère leur acheter un sandwich mais pas de l’argent. Un service pour aider les drogues existe pas près de la gare. Est-ce ceci qui justifie pourquoi ils se baladent dans les aleantours?