Au Luxembourg

28 avril 2021 15:50; Act: 05.05.2021 18:20 Print

Dans vos cheveux, 19 pesticides en moyenne

LUXEMBOURG - Des scientifiques du LIH ont exploité l'analyse capillaire pour évaluer dans quelle mesure la population du Grand-Duché est exposée à 67 pesticides.

storybild

Chaque participant à l'étude avait des niveaux détectables d'au moins dix des produits chimiques analysés. (photo: LIH)

Sur ce sujet
Une faute?

Peu d'études avaient jusqu'à présent évalué l'exposition de la population aux pesticides. Le Luxembourg Institute of Health (LIH) dévoile ce mercredi un chiffre concret: chaque résident compte en moyenne 19 polluants dans ses cheveux. Les scientifiques du LIH ont mesuré les concentrations de 34 pesticides persistants et 33 pesticides non persistants dans des échantillons de cheveux prélevés en 2007/2008, sur 497 adultes représentatifs de la population du Luxembourg. «Le passé industriel et manufacturier récent du Luxembourg ainsi que l'utilisation de pesticides dans les secteurs agricoles et non agricoles impliquent que la population générale était et reste exposée à une variété de produits chimiques organiques», constate l'Institut.

Dans le détail, les scientifiques ont détecté un total de 24 polluants organiques persistants et 29 pesticides non persistants dans les cheveux des participants à l'étude, dont 17 polluants relevés dans plus de la moitié des échantillons et quatre présents dans chaque individu - à savoir le lindane, l'hexachlorobenzène, le p-nitrophénol et la trifluraline. Des parties de la population sont-elles plus exposées que d'autres? Le Dr Brice Appenzeller note plutôt des différences dans le profil d'exposition entre les sous-groupes. «Par exemple, l’augmentation des concentrations de certains polluants avec l’indice de masse corporelle et/ou l’âge peut indiquer une accumulation de ces polluants (dits persistants) dans l’organisme, et notamment dans les tissus adipeux, explique-t-il. D’autre part, certaines différences entre les classes d’âge ou entre hommes et femmes peuvent parfois être liées à des différences d’exposition (par exemple liées à la profession, aux habitudes de vie…) ou à des préférences alimentaires différentes».

Exposés à des produits pourtant interdits

À noter que la production et l'utilisation de plusieurs de ces pesticides ont été interdites dans la plupart des pays européens au cours des dernières décennies, ce qui implique une exposition continue à ces contaminants en 2007/2008 dans la population étudiée, malgré les interdictions. «Cela est probablement dû à des facteurs tels que la persistance de ces produits chimiques dans l'environnement, leur diffusion progressive du sol et de la végétation et leur bioaccumulation dans la chaîne alimentaire, qui est considérée comme la principale voie d'exposition pour la population générale», explique le LIH. La consommation d'aliments importés de pays tiers avec des réglementations moins restrictives sur les pesticides pourrait également contribuer à cet aspect.

L'Institut prévoit de se servir des résultats de cette étude pour faire progresser la compréhension des répercussions d'une exposition chronique à une combinaison de polluants sur la santé de la population.

Les résultats de l'étude ont été publiés en avril dans la revue internationale «Environment International»

(ol/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • VDenise le 28.04.2021 16:09 Report dénoncer ce commentaire

    ils vont réussir à faire mourir la planète entière a cause du fric

  • Et maintenant? le 28.04.2021 16:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il serait intéressant et utile d'avoir des données un peu plus récentes que celles datant d'il y a 13-14 ans

  • Moije le 28.04.2021 16:44 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'ai plus de cheveux. Donc ça va pour moi.

Les derniers commentaires

  • luxo le 29.04.2021 12:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @bi57: ce sont ceux qui boycottent le cactus et les produits luxembourgeois au profit des produits bio et naturels de la grande région qui refusent également le vaccin. Il faut bien reconnaître qu’acheter un produit agricole luxembourgeois n’est pas une garantie de qualité car nos exploitants et éleveurs abusent des produits chimiques. Au GDL il n’y pas un seul paysan qui fait du pain au levain naturel avec le blé qu’il a cultivé sans aucun produit chimique.

  • luxo le 29.04.2021 12:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cette contamination est bien plus inquiétante que le Covid ! Pourtant les luxembourgeois ne s’en inquiète pas . Et comme il n’y a pas de vaccin à vendre , cela n’intéresse pas le gouvernement. Pire, il suffirait que nous agriculteurs change de pratique et cultivent des variants de blés anciens. Mais cela n’arrange pas le ministre de l’agriculture car il n’y aurait plus de marché pour les pesticides et les semences brevetées.

  • luxo le 29.04.2021 11:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et c’est dans la bière et le pain que l’on retrouve la plus forte concentration de pesticides car nos exploitants agricoles abusent des herbicides juste avant la récolte du blé et de l’orge. Les herbicides ont la faculté de tuer toutes les herbes , ce qui accélère le mûrissement du grain et évite le développement les moisissures lors du stockage du grain dans nos régions humides .

  • Lanzerac Manor & Winery Company le 29.04.2021 06:25 Report dénoncer ce commentaire

    C'est seulement maintenant qu'ils remarquent de telles choses??? On est "bien" au Luxembourg....

  • écolo le 28.04.2021 21:17 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pas "ils" , c'est nous les luxembourgeois qui tuons la planète avec l'argent de l'évasion fiscale.