Au Luxembourg

06 novembre 2017 15:33; Act: 06.11.2017 16:59 Print

De l'eau dans les lycées pour lutter contre l'obésité

LUXEMBOURG - Le service de restauration scolaire et universitaire Restopolis veut lutter contre l’obésité des jeunes.

storybild

Les jeunes vont être incités à consommer davantage d’eau. (photo: Editpress/Isabella Finzi)

op Däitsch
Sur ce sujet

À l’heure où plus de 39 % de la population mondiale est touchée par l’obésité, des mesures visant à lutter contre ce fléau sont prises au Luxembourg par Restopolis (restauration scolaire et universitaire). À travers une quinzaine thématique, baptisée «Rethink your Drink», Restopolis entend sensibiliser sa jeune clientèle, spécialement sur les risques d’une consommation excessive de boissons sucrées.

Plus de 13 000 menus et environ 30 000 snacks sont servis chaque jour dans les cantines scolaires et universitaires du pays par Restopolis. «Sur les 1,35 million de bouteilles vendues dans nos restaurants chaque année, 65% sont des sodas», déplore cependant Monique Ludovicy, conseillère de direction et responsable chez Restopolis-Services. Outre des stands d’information accessibles aux élèves durant cette campagne «boissons sucrées», des services en ligne seront mis en place, tel un calculateur de consommation personnelle de sucre.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le sucre reste la principale raison du surpoids de 340 millions d’adolescents à travers le monde. «Pour l’instant, seules 35% des boissons vendues par Restopolis sont de l’eau», relève Monique Ludovicy. «Nous voulons inverser la tendance et mettre en avant l’eau dans tous les distributeurs de boissons de nos restaurants», ajoute-t-elle. Le prix actuel de 85 centimes pour de l’eau, contre 1,35 euro pour un soda, devrait pouvoir y contribuer.

Le service de restauration scolaire et universitaire Restopolis veut lutter contre l’obésité des jeunes. Monique Ludovicy, conseillère de direction et responsable chez Restopolis-Services au micro de Pierre François:

(Pierre françois/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • zezette le 06.11.2017 21:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Luxo et aux profs la préparations de leurs plats du soir tant que l’on y est et les parents pendant ce temps ils glandent quoi ? Chez moi aucun plats congelés ou autres merdes que du frais conclusions mes enfants savent cuisiner et n’ont pas ce problème d’obésité heu je pense que cela s’appelle l’éducation , ce n’est pas aux autres d’éduquer vos enfants

  • écolo le 06.11.2017 15:59 Report dénoncer ce commentaire

    Nous sommes capable d'interdire la cigarette dans les écoles! Alors pourquoi ne pas interdire d'autres produits industriels qui tuent, comme les sodas. Le rôle de l'éducation ne se limite pas à celle du cerveau! L'éducation de l'estomac doit aussi être une des missions de l'école, comme l'éducation à la santé...

  • Patrick le 07.11.2017 08:49 Report dénoncer ce commentaire

    L'état a une grande part de responsabilité dans cette affaire puisque c'est lui qui autorise l'installation de distributeurs de sodas sucrés et autres confiseries dans les nombreux couloirs de nos écoles (et souvent à chaque étage), qui accepte encore la vente de pizzas ou kebabs (chaque jour) dans nos cantines (900 calories / pizza), et qui autorise encore la vente de viennoiseries en tout genre dans les cantines et cafétérias de toutes nos écoles secondaires (il faut voir les files...). Alors, que le ministère ne vienne pas se plaindre aujourd'hui de l'état de notre belle jeunesse !!!

Les derniers commentaires

  • zezette le 07.11.2017 11:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ prof, les professeurs ne peuvent pas endosser et le rôle professeur et celui de maman restons réaliste, ma fille pars avec les plats que je lui mijote , il y a tj une part pour une seconde personne car malheureusement beaucoup d’étudiants n’ont pas un repas le midi dixit ma fille et moi cela me fait mal , je contribue juste avec ce pt geste et je pense que d’autres pourraient le faire

  • chabadabada le 07.11.2017 09:47 Report dénoncer ce commentaire

    ça serait peut-être plus incitatif de mettre à disposition gratuitement des fontaines à eaux (on n'est pas toujours obligé de faire du profit sur tout, surtout si c'est pour une bonne cause!)

  • Virginie le 07.11.2017 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Hier soir, j'étais à Esch/Lallange où se déroulaient plusieurs matches de basket entre diverses équipes luxembourgeoises bien connues ici. Je me suis retrouvée dans les vestiaires avec de nombreuses basketteuses soi-disant "élites", et j'étais horrifiée de voir que la plupart d'entre elles étaient soit en surpoids, soit carrément obèses... comment cela est-il possible pour des jeunes filles tout juste âgées de 17 à 19 ans et qui se disent soi-disant "sportives" ? Certes, nous sommes au Luxembourg et le niveau est ce qu'il est, mais tout de même...?

    • Luxe lait le 07.11.2017 17:14 Report dénoncer ce commentaire

      La grande taille et l'obésité des jeunnes luxembourgeois(es) s'explique en partie par la surconsommation de produit laitiers. Car le lait de vache contient des facteurs de croissange qui pernettent au veau d'atteindre sa taille et son poids adulte en 12 mois. Et le lactose du lait comme tous les " ose" ce n'est que du sucre... Au lieu d'agir et de prévenir nous préférons normaliser les tailles XXXL.

    • Jelix le 07.11.2017 23:09 Report dénoncer ce commentaire

      Du grand n'importe quoi, tout ça...

  • sophie le 07.11.2017 08:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    0,85€ la bouteille d’eau?! Nous avons Restopolis chez nous à l’école et la bouteille d’eau plate est à 1,20€...

  • Patrick le 07.11.2017 08:49 Report dénoncer ce commentaire

    L'état a une grande part de responsabilité dans cette affaire puisque c'est lui qui autorise l'installation de distributeurs de sodas sucrés et autres confiseries dans les nombreux couloirs de nos écoles (et souvent à chaque étage), qui accepte encore la vente de pizzas ou kebabs (chaque jour) dans nos cantines (900 calories / pizza), et qui autorise encore la vente de viennoiseries en tout genre dans les cantines et cafétérias de toutes nos écoles secondaires (il faut voir les files...). Alors, que le ministère ne vienne pas se plaindre aujourd'hui de l'état de notre belle jeunesse !!!

    • Simon le 07.11.2017 09:10 Report dénoncer ce commentaire

      Bien envoyé...-)

    • fabilux le 07.11.2017 09:36 Report dénoncer ce commentaire

      àPatrick, vous avez totalement raison . Ceci est tout à fait aberrant! et avec ça on nous culpabilise, c'est dingue .

    • Bravissimo le 07.11.2017 10:41 Report dénoncer ce commentaire

      En fait 'installation de toutes ces chaînes de Fast-food dans tout le pays joue aussi un rôle de booster... Il y en a partout... Mais c'est vrai aussi que l'école joue le relai... et en cela c'est extrêmement grave.