Accueil des enfants

01 août 2011 16:01; Act: 01.08.2011 18:03 Print

De plus en plus de crèches... et de plaintes

LUXEMBOURG - Le nombre des crèches agrées par l'État a augmenté et avec lui aussi le nombre des plaintes.

storybild

Au Luxembourg, près de 14% des places d'accueil sont privées. (photo: AFP)

Une faute?

De 2009 à 2010, le nombre de crèches à but lucratif, les crèches commerciales, a augmenté de 87%. Dans la même période, l'offre totale de places en service d'éducation et d'accueil pour enfants de 0 à 12 ans a progressé de 34%. Et aussi plus de plaintes relatives à ces structures d'accueil. Le ministère de la Famille en a reçu 17 au premier semestre 2011. Les réclamations concernaient principalement l'alimentation, le nombre d'enfants par professionnel et la facturation. Le prix par enfant est calculé en fonction du revenu des parents.

Ces crèches commerciales doivent être agrées par l'État mais afin de garantir encore mieux la qualité et le service des établissements d'accueil, le gouvernement est en train de développer en collaboration avec l'Université de Luxembourg et des experts de la question un «curriculum pédagogique national d'éducation et d'accueil pour enfants de 0 à 12 ans». La mise en place de ce nouveau cadre de référence national vise à assurer un suivi plus régulier des crèches commerciales.

Le ministère invite par ailleurs les parents mécontents à adresser d’abord leurs réclamations et leurs plaintes à la direction de la crèche concernée. Ils peuvent par la suite contacter le service «cellule plainte et réclamation» au sein du ministère de la Famille et de l'Intégration.

Nora Weis/Lessentiel Online

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Visy le 02.08.2011 14:33 Report dénoncer ce commentaire

    alors là, pas d'accord avec vous. quand l'1 des parents est à la maison c'est pour s'occuper de ses gosses et non pour le mettre a la crèche et enlever la place à un enfant dont les parents surtout la Mère doivent obligatoirement travailler pour subvenir aux besoins de la famille....

  • MIS le 02.08.2011 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    Les crèches conventionnées (celles qui tiennent compte des salaires dont) sont pleines et dans ce cas, pas le choix, il faut se rabattre sur les privées ou les nounous au black. Pourquoi ne pas réserver les places des crèches conventionnés aux résidents nécessitaux, puis aux autres résidents et ensuite seulement aux non-résidents?

  • Tex le 02.08.2011 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a qq temps ils se plaignaient qu'il n'y avait pas assez de créches. Maintenant ils se plaignent du prix, de la qualité de la nourriture ainsi que du nombre d'enfants par professionnel. La législation Luxembourgeoise est trés stricte qu'ils saissisent les instances légales s'ils ne sont pas contents autrement qu'ils gardent leur enfants eux-mêmes.

Les derniers commentaires

  • maman solo le 02.08.2011 17:56 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des Creches qui ouvrent et ne voient que l'argent, les responsables n'ont pas de diplômes et op une gérante et on fait tourner! Mais vous en avez qui font le maximum pour vos enfants et ils sont heureux! Mais a celles la personne ne leur dit merci...C'est normal!!!!

  • Frog le 02.08.2011 16:42 Report dénoncer ce commentaire

    Occupez vous de vos enfants, autrement payez et taisez vous

  • Visy le 02.08.2011 14:33 Report dénoncer ce commentaire

    alors là, pas d'accord avec vous. quand l'1 des parents est à la maison c'est pour s'occuper de ses gosses et non pour le mettre a la crèche et enlever la place à un enfant dont les parents surtout la Mère doivent obligatoirement travailler pour subvenir aux besoins de la famille....

    • MIS le 02.08.2011 15:33 Report dénoncer ce commentaire

      Il serait souhaitable qu'une certaine priorité soit donnée aux enfants des parents qui travaillent à deux. Néanmoins, il faut également permettre aux enfants des parents ne travaillant qu'à un d'entrer dans les crèches car c'est souvent le seul moyen pour eux d'être sociabilisés.

    • lol le 02.08.2011 19:20 Report dénoncer ce commentaire

      oh je travaille pas et je met ma fille trois fois par semaine j ai trois enfants et parfois entre l ecole le menage et tous le reste c est pas facile et ca me permet a moi d aller au medecin et faire certaines chose qui ne se pas evident avec des enfants et aussi pour moi meme car mere au foyer ne veut pas dire reste a la baraque et tait toi

    • moi le 08.03.2012 10:56 Report dénoncer ce commentaire

      C'est une excellente prévention au burn-out maternel. Je ne vois pas de différence avec les personnes qui ont de la famille tout près et qui peuvent se faire aider avec les enfants.Vous vous libérez du temps pour être ensuite plus disponible. En plus, les crèches permettent une socialisation précoce en douceur si on n'y laisse pas ses enfants 11h/j. Cela doit être possible pour tout le monde !

  • MIS le 02.08.2011 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    Les crèches conventionnées (celles qui tiennent compte des salaires dont) sont pleines et dans ce cas, pas le choix, il faut se rabattre sur les privées ou les nounous au black. Pourquoi ne pas réserver les places des crèches conventionnés aux résidents nécessitaux, puis aux autres résidents et ensuite seulement aux non-résidents?

  • MIS le 02.08.2011 14:09 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c'est que la politique familiale dans ce pays est plus que dépassée. Avant, il était d'usage qu'une mère arrête de travailler dès le premier enfant sauf que là c'est plus possible. L'Etat devrait adapter l'offre des crèches à la réalité de la demande car désolée, mais 1.400€/mois pour un temps plein, je trouve ça trop cher!