Au Luxembourg

26 mai 2020 11:46; Act: 26.05.2020 11:59 Print

Des astuces pour amener les salariés au télétravail

LUXEMBOURG – Certaines entreprises, comme la banque ING, ont depuis longtemps préparé leurs salariés au télétravail. Des outils de formation existent.

storybild

Les entreprises n'ont pas attendu la crise sanitaire pour former leurs collaborateurs au télétravail. (photo: DPA)

Sur ce sujet
Une faute?

La crise du coronavirus a, si besoin était, confirmé les nombreux atouts du télétravail. Ce mode de travail, déjà en plein boom au Luxembourg avant la crise sanitaire, a vu sa pratique se généraliser depuis mars. Cette année, 69% des actifs ont réalisé du télétravail (dont 48% en télétravail complet), contre 20% l’année dernière et environ 6% en 2010, selon le Statec.

Si la majorité des télétravailleurs prestaient en moyenne moins de quatre heures hebdomadaires depuis chez eux avant l'épidémie, le coronavirus a évidemment changé la donne, avec la nécessité de former rapidement les collaborateurs. «Si nous n’offrons pas de formations spécifiquement dédiées au télétravail, nous proposons des séminaires en visioconférence autour de ce sujet», indique Nathalie Georgen, responsable communication de la Chambre des salariés. Ces ateliers apprennent à motiver une équipe et à organiser des réunions à distance, ou encore à trouver un bon équilibre entre vies privée et professionnelle avec le télétravail.

«J'espère qu'on ne reviendra jamais à la situation d'avant»

ArcelorMittal a mis en place certaines formations, par exemple pour bien organiser les réunions à distance. Précurseur de ce mode de travail, qu'elle a introduit dès 2012, la banque ING n'a pas été prise au dépourvu lorsque le confinement a été décrété au Grand-Duché. «En moins de deux semaines, 85% de nos salariés sont passés en télétravail, soit environ 650 personnes, confirme Pierre Knoden, directeur RH d'ING. Ce mode de travail fait partie de notre culture d'entreprise, et nous avons eu la chance de bénéficier des outils du groupe pour le déployer». Des messages sont régulièrement envoyés aux collaborateurs pour les aider à organiser leur journée de façon efficace (ergonomie, vertus des pauses, séances de yoga proposées en «digital», etc.).

«La banque a continué de bien fonctionner, les transactions et autres activités ont été assurées à distance, ajoute Pierre Knoden. Depuis chez eux, nos employés ont travaillé dur, parfois plus que sur site. J'espère qu'on ne reviendra jamais à la situation d'avant. Le télétravail offre vraiment un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, j'y suis très favorable».

(Pascal Piatkowski/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Joseph le 26.05.2020 12:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est justement grâce au teletravail qu'on va s'apercevoir/s'est aperçu que certains managers ne servent à rien du tout.

  • my50cents le 26.05.2020 12:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Finalement moins de pollution dans le pays.

  • Loululu le 26.05.2020 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    TELETRAVAIL POUR TOUJOURS POUR CEUX QUI VEULENT.

Les derniers commentaires

  • Karl le 26.05.2020 21:53 Report dénoncer ce commentaire

    La délocalisation de services en Pologne est plus que profitable, pas besoin de télétravail de frontaliers

    • Anonyme le 27.05.2020 08:57 Report dénoncer ce commentaire

      ni des luxembourgeois

  • frite2000 le 26.05.2020 17:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les solutions a deux balles sont jamais faciles a vendre et en plus on peux se passer du brassage d air de certaines fonctions stratospheriques.... le teletravail ca coute kedale et c est bon pour la planete !!

    • @ frite 2000 le 26.05.2020 21:48 Report dénoncer ce commentaire

      Tant que vous respectez la législation sociale et fiscale, rien ne vous en empêche

  • Action Reaction le 26.05.2020 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    La meilleure astuce? La Pan-Démie

  • Au frontaliers (suite) le 26.05.2020 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    Les frontaliers, continuez de rêver si vous voulez mais les gouvernements des pays limitrophes (FR, BE, DE) ne seront pas d'accord pour augmenter les limites car ils y perdraient trop. Donc, signez les pétitions que vous voulez, demandez/exigez du gouvernement luxembourgeois ce que vous voulez pour le droit du travail: 50% de son temps de travail, 3 jrs par semaine ou plus. Vous ne serez jamais dans les limites "négociées" de vos pays de résidence.

    • Silence on Tourne le 26.05.2020 15:38 Report dénoncer ce commentaire

      Ferme-la, les pays voisins ont concédé une fois, ils concéderont encore, autrement pas de retour des impôts luxo vers la Belgique etc etc... c'est la loi du plus fort, comme toujours

    • Au frontaliers le 26.05.2020 16:02 Report dénoncer ce commentaire

      @Silence on Tourne. MDR! Je vois qu'il y en a un qui a eu du mal à redescendre de son petit nuage/à remettre les pieds sur terre après 3 mois à téléregarder. Oups, télétravailler, je voulais dire, désolé, p'tit lapsus. Et j'imagine que le plus fort, c'est toi avec tous tes arguments... J'imagine le film d'ici... "Accordez nous 50% de notre temps en télétravail, sinon... rien... merci et au revoir". Et pour infos, s'ils ont cédé c'est uniquement pour raison sanitaire et le Luxembourg n'est pas du genre à donner un ultimatum comme ça...

    • Coco le 26.05.2020 16:36 Report dénoncer ce commentaire

      L’impôt sur le revenu n'est pas si élevé en France. Je préfère faire du home office et payé un petit complément d’impôts en France. Rien qu'en carburant et usure de bagnole je suis gagnant.

    • Clap de fin le 26.05.2020 16:44 Report dénoncer ce commentaire

      Avec la réouverture des frontières, le retour à la vie "privée normale" et surtout la fin de l'accord Belgo-Lux le 30 juin 2020, la vie "professionnelle normale" (c.-à-d. avec les limites négociées entre pays) va suivre le même chemin avec la restauration de ces fameuses limites. Et si ce n'est pas le 1er juillet 2020, ce sera juste un peu plus tard.

    • Au frontaliers le 26.05.2020 16:49 Report dénoncer ce commentaire

      @Coco, dans tous les cas, vous êtes toujours limités à 25% de votre temps de travail pour la limite de la sécurité sociale. Vous êtes encore loin des 50% demandés dans la pétition. Sinon beaucoup de désagréments pour votre employeurs (ex.: immatriculation à la sécurité sociale du pays de résidence du salarié).

    • @Coco le 26.05.2020 21:50 Report dénoncer ce commentaire

      Complément d'impots et sécurité sociale vous avez déjà oublié ?

  • Aux frontaliers le 26.05.2020 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a 2 limites, une pour les impôts (FR: 29 jrs, BE: 24 jrs, DE: 19 jrs) et une autre pour la sécurité sociale (moins de 25% de son temps de travail dans son pays de résidence). Ce qui ferait au mieux 1 jour toutes les 2 semaines pour les impôts pour la BE, un peu plus pour FR et un peu moins pour DE. Et pour ceux que ça ne dérange pas de payer des impôts dans son pays de résidence, ça fait 1 jour par semaine pour éviter les problèmes de sécurité sociale. On n'est donc loin des 50% de son temps de travail comme demandé dans la pétition pour le droit au télétravail.

    • Eviter la paperasse inutiles le 26.05.2020 15:25 Report dénoncer ce commentaire

      D'ailleurs, si les entreprises sont plutôt réticentes à autoriser le télétravail, c'est justement pour éviter les désagréments (ex.: immatriculation à la sécurité sociale du pays de résidence du salarié) liés aux dépassements de ces limites par des salariés distraits.