Coronavirus au Luxembourg

27 mars 2020 17:19; Act: 28.03.2020 08:05 Print

Travailler 60 h/semaine est autorisé pendant la crise

LUXEMBOURG - Le ministre Dan Kersch a fait le point sur les mesures en matière d'emploi et notamment l'augmentation exceptionnelle du temps de travail dans certains secteurs.

Sur ce sujet
Une faute?

«Pour le représentant des syndicats, il n'était pas facile de nous suivre au niveau de notre position, car ce sont vraiment des dérogations à la loi», a lancé Dan Kersch, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire, au moment de faire le point, vendredi, sur les différentes mesures en matière de l’emploi pour faire face à la crise du Covid-19 au Luxembourg.

Ainsi, la semaine de travail est augmentée de 40 à 60 heures par semaine et par jour de 10 à 12h, mais seulement dans certains secteurs sous tension, comme celui de la santé. «Nous le faisons pour les secteurs définis par le gouvernement comme des secteurs qui doivent rester ouverts pour que la vie continue au Luxembourg. Cette mesure est strictement limitée à la période de la crise».

Une décision qui a suscité la réaction de l'OGBL. Craignant «des mesures qui risquent de pénaliser les salariés qui continuent de travailler», le syndicat s'est dit «préoccupé, mais «rassuré» que la dérogation soit limitée à certains secteurs.

« C'est une mesure sociale face à cette crise»

«Pour les étudiants qui veulent aider et les entreprises qui n'ont pas assez de personnel, les étudiants en CDD auront la possibilité de travailler 40 heures/semaine», a également indiqué le vice-Premier ministre, avant de dévoiler les efforts fais par le gouvernement en matière de prise en charge des salariés qui ne peuvent pas travailler pour cause d'arrêt temporaire de leur activité.

«Le chômage partiel, c'est la mesure la plus incisive pour donner une aide aux salariés d'une part et aux entreprises d'autre part», a rappelé Dan Kersch: «Avec un système normal, les personnes n'auraient que 80% de leur salaire de base et cela pourrait constituer un problème substantiel. Personne n'aura moins que 2 142,94 euros par mois et personne n'aura plus que 5 363,48 euros par mois au chômage partiel. Je rappelle également que ces personnes au chômage ne peuvent pas être licenciées durant cette période. C'est une mesure sociale face à cette crise».

« Le chômage va être automatiquement prolongé»

À partir de lundi, il faudra réintroduire une demande sur Guichet.Lu."Plus de 7 000 demandes ont été introduites pour le chômage partiel depuis le début de la crise du Covid-19. 15 000 sociétés ont dû fermer depuis le début de la crise, un chiffre qui risque d'augmenter dans les prochaines semaines.

Concernant le congé pour raison familiale, «qui va loin au-delà de ce que l'on avait prévu dans le texte original», la mesure est réduite. Elle ne profitera plus à celles et ceux qui sont au chômage partiel.

«De nouveaux délais sont également proposés par l'Adem pour celles et ceux qui étaient déjà au chômage», a aussi rassuré Dan Kersch. «Le chômage va être automatiquement prolongé car ces personnes n'ont pas la possibilité de se présenter chez un nouveau patron pour trouver un nouveau travail. Idem pour les formations interrompues à l'Adem à cause du Covid-19. Ces gens vont conserver leurs droits au chômage. Pour ceux qui ont un problème de santé, les délais sont également prolongés pour ne pas les pénaliser».

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Said Odraude le 27.03.2020 17:46 Report dénoncer ce commentaire

    Les droits des travailleurs sont des droits il faut les garantir et protéger

  • M. Kersch = Einstein?? le 27.03.2020 18:45 Report dénoncer ce commentaire

    Travailler 12h par jour? Sachant que la fatigue est un facteur qui accroît significativement la vulnérabilité des personnes face aux infections virales... en plus, ceux qui travaillent en ce moment sont aux premières lignes de cette pandémie... je ne comprends pas mais j'espère que c'est seulement mon manque d'intelligence et pas autre chose.

  • moi aussi le 27.03.2020 19:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arlette, vu la facturation et les montants qui vous recevez chaque mois pour chaque enfant... vous devriez avoir des économies pour une quarantaine de 2 ans.

Les derniers commentaires

  • Le Belge, une fois le 29.03.2020 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    "Travailler 60 h/semaine est autorisé pendant la crise" Il ne manquerait plus que cela...Cela va de sens, pas besoin d'un ministre pour confirmer cela...

  • TunVunEsch le 28.03.2020 14:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Euuuh 60h par semaine... on le faisait déjà avant à l’hôpital de Esch....

  • paramedical le 28.03.2020 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour infirmière chdn, afin d augmenter l activité, votre établissement travail par pause de 8 pour plus de 7jours sans pause ou des pauses de 12h afin de faciliter les temps de récup entre les jours de travail ? merci pour la reponse

  • patience le 28.03.2020 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Compter les heures.... disent encore certains. Ils clarifient pour la protection du travailleur et c est bien. Les droits ahahah .... Au risque de ne pas soigner les gens ! Aujourd’hui c est l entre aide, le soutien et la médecine est au front comme l’armée sur le champs de guerre. On ne compte plus, on regarde devant et on avance Il faut protéger les personnes c est ça l idée aujourd’hui pas de débatte sur leur nombre d heures. On en est encore là aujourd’hui pffff à compter les heures

  • syndacat le 28.03.2020 09:13 Report dénoncer ce commentaire

    les droit des travailleurs ils change ,pour la crise . ou une excuse pour faire de faisant quels reste ???sa fait loin que le patronat essaie d 'augmenter les travail sans suppléments