Au Luxembourg

21 septembre 2020 07:00; Act: 21.09.2020 17:07 Print

Les agences de voyages devaient des millions

LUXEMBOURG - Frappées de plein fouet, les agences de voyages auront besoin d'une prolongation des aides en 2021 pour tenir le choc.

storybild

Les agences de voyages et leur personnel souffrent.

Sur ce sujet
Une faute?

L'espoir né d'un rebond des réservations en last minute en juin n'a pas duré. Les temps sont durs pour les agences de voyages. «Sans prolongation du chômage partiel en 2021, il y aura sûrement des fermetures de points de vente et le nombre de salariés du secteur ne pourra être maintenu», s'inquiète Fernand Heinisch, président de l’Union luxembourgeoise des agences de voyages (ULAV) et patron de Voyages Emile Weber.

«Nous sommes revenus à des prévisions de 70 à 80% de perte de chiffre d'affaires sur l'année. Et de 30 à 40% pour l'an prochain». Malgré des reports de voyages vers 2021, «les agences ont remboursé des millions». Le dirigeant de Voyages Emile Weber assure pourtant que «les gens qui voyagent sont contents de leurs séjours». Si l'Espagne, la Grèce ou la France surnagent un peu, aucune destination n'est épargnée, et les long courriers sont désertés.

Une épreuve pour plus de 350 agents au pays. «Chez Emile Weber le tourisme, l'événementiel et les taxis sont en chômage partiel. Nous veillons à faire travailler tout le monde, en roulement, au moins quelques heures pour que les gens ne perdent pas le lien à leur métier». Mais entre horaires réduits et restrictions sanitaires des pays auxquels il faut s'adapter au jour le jour, «le moral» des équipes souffre. Réclamant des règles harmonisées en Europe, M. Heinisch sait que le secteur doit se réinventer. Et il s'y emploie. «Il y aura toujours des gens qui voyagent et des agences».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires est volontairement désactivé
Face à l'afflux de messages déplacés, la rédaction à décidé de fermer l'espace commentaires dans cet article.

Les commentaires les plus populaires

  • Mick le 21.09.2020 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    Pour les riches c'est le socialisme: les profits sont empoches, les pertes sont rembourses par les contribuables. Pour le peuple ouvrier c'est le capitalisme: débrouillez-vous ou vivez dans la rue. Pourquoi? Les politiciens et les riches appartiennent a la même classe, tous millionnaires. Le peuple ouvrier n'a pas de la représentation politique. Dans le dictionnaire ca s'appelle l'oligarchie.

  • luis le 21.09.2020 08:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais ils continué de se agrandir Émile Weber a même acheter récemment 40%de Voyages Unsen alors ils ont assé de boulot.pourquoi Web taxis ils ont ruinée les autres taxis faut pas se plaindre

  • le canard enchaîné le 21.09.2020 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Emile weber rachete plusieurs compagnies de bus avant covid maintenant après covid situation financière difficile pour tous ..... quil demande une aide à l'etat car letat aide les riches pas les pauvres

Les derniers commentaires

  • TG le 21.09.2020 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N'y aurait il pas un lien direct avec la gratuité des transports ? histoire de licencier avec de solides arguments !

  • MasqueSourire le 21.09.2020 13:55 Report dénoncer ce commentaire

    Cette compagnie aurait acheté des tonnes de sourires, on serait plus amène à aller vers eux. Et même derrière un masque on sent et on voit la personne qui sourit ou fait la gueule, ce qui est ordinaire chez eux.

  • Unicorn.lu le 21.09.2020 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Encore l'effet accélérateur de la crise, les compagnies les plus faibles du marché finiront pas se faire manger par les plus grandes, qui elles aussi finiront par avoir les aides les plus importantes pour exercer leur voracité économique. L'économie libérale c'est dévorer ou se faire dévorer, la crise n'est pas mauvaise pour tout le monde, et c'est aussi pour cela qu'à la bourse, c'est l'euphorie, le temps de poser les bases pour de grands profits dans les années à venir.

    • @Unicorn le 21.09.2020 13:21 Report dénoncer ce commentaire

      Si c'est l'euphorie pour les bourses, alors je me demande pourquoi elles devissent aujourdhui..

  • Lell le 21.09.2020 12:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous êtes resté coincé dans les années 90

  • Nimportekoi le 21.09.2020 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    faillites et chômage collectifs, plus de famine dans le monde, plus d'émigration etc on peut juste féliciter les politiciens dans le monde entier!!