À Dudelange et à Sterpenich

29 juin 2020 09:00; Act: 29.06.2020 10:19 Print

Neuf passeurs condamnés pour trafic de migrants

DUDELANGE/STERPENICH - Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné neuf personnes pour des trafics d'êtres humains, sur des aires proches de l'A3 et de l'A6.

storybild

Des trafics d'êtres humains ont été constatés sur les aires autoroutières de Dudelange et de Sterpenich. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La méthode n'est pas neuve, mais elle n'avait pas encore connu de suites judiciaires. Plusieurs trafics d'êtres humains ont été commis entre l'été 2018 et le printemps 2019, rappellent les journaux du Groupe Sud Presse et ils concernaient particulièrement des aires autoroutières bien connues au Grand-Duché. Durant de cette période et bien au-delà, selon nos informations, des migrants ont en effet tenté de monter dans de nombreux camions sur les aires de Dudelange sur l'A3 et de Sterpenich, juste après l'A6.

Selon un modus operandi bien établi, des passeurs interpellaient ces mêmes migrants dans un parc situé en plein centre de Bruxelles avant de les inviter à prendre le train en direction de Luxembourg et d'Arlon. Une autre «équipe» de passeurs prenait alors le relais pour les emmener à Dudelange et à Sterpenich. Avec un espoir bien précis: trouver un camion qui pourrait leur permettre de traverser la Manche et de rejoindre la Grande-Bretagne. La Meuse indique même que moins le migrant payait, moins il avait de chance de prendre place dans le «bon» camion.

Ce petit manège n'a pas du tout plu au tribunal correctionnel de Bruxelles qui a condamné, vendredi dernier, neuf personnes à des peines de deux à cinq ans de prison pour trafic d'être humains et organisation criminelle. Les prévenus étaient tous originaires du Soudan et d'Érythrée. Ce type de trafic n'est pas neuf, mais il continue de persister le long de l'autoroute reliant Luxembourg à Bruxelles et particulièrement le long des aires autoroutières.

(fl/L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Un passeur en vaut un autre le 29.06.2020 11:51 Report dénoncer ce commentaire

    Je vois très peu de différence entre ce trafic là et celui que l'Europe accepte en provenance des bateaux passeurs de la Méditerranée. Bruxelles ne dit rien dans ce dernier cas.

  • gigi le 29.06.2020 11:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez de faire venir des migrants et empêcher sérieusement les autres de venir d eux même sinon on court au chaos les gens ne réagissent pas pour le moment mais lorsque le ratio va s inverser...... et puis ils n ont su à se battre pour changer leur pays au lieu de fuir quand je vous de jeunes hommes s enfuir mais j apelle ça de la lâcheté l Europe a été créé dans le sang rien n arrive tout seul

  • Unicorn le 29.06.2020 10:33 Report dénoncer ce commentaire

    Les prévenus étaient tous originaires du Soudan et d'Érythrée. Donc des ex-migrants infiltrés qui exploitent leurs propres compatriotes, à moins qu'ils ne considèrent cela d'aide humanitaire. Un petit manège qui parfois cause des morts à la mer, dans les camions prévus pour transporter de la viande découpée au frais.

Les derniers commentaires

  • Marion le 29.06.2020 23:31 Report dénoncer ce commentaire

    Par contre, il faut aussi admettre que les personnes noires, (sans être raciste, mais objectif), s'adaptent très difficilement et sont toujours sur la défensive, comme si on n'avait que ca à foutre. La guerre, toujours la guerre. Il y a des millions de blancs qui meurent et crèvent de faim aussi. Il y a des millions de blancs sans emploi aussi. Il faut arrêter avec vos salades! Moi, la majorité des noirs que je croise, ici ou à Bruxelles, ils sont à la gare et ils vendent de la merde. Alors, Basta!

  • pire le 29.06.2020 20:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Babar : calme toi . d origines africaine et ils sont de nationalité luxembourgeois / français comme toi . Nationalité européenne. Mais cette chef pense comme toi et pense qu il faut du temps pour changer les mentalités comme la tienne . Et elle fait de la discrimination . Et privilégie ses semblables d origines européens . Que veux tu . Nous ne sommes pas juge donc on ne peut rien faire juste accepter ? Pense t elle . Et moi j ai une Pensé pour Floyd

  • Sad Clown le 29.06.2020 20:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les esclavagistes ne sont pas ceux que l’on croit. Là il ne s’agit pas de méchants blancs contre des gentils noirs. Ils doivent arrêter la pseudo - paranoïa !!!

  • lambda le 29.06.2020 15:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le plus choquant c'est les peines de prison, seulement 2 â 5 ans poir un traffic d'être humain... certains prennent plus pour les drogues. bref vive l'espèce humaine... :(

  • max le 29.06.2020 14:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il serait peut-être le temps d’arrêter l’entrée incalculable d’immigration,une fois chez nous aucun respect d’autrui ni même du pays qui les accueille,seul la violence,on voit cela les dernières années où il y en arrive toujours plus,on ose plus sortir dans la rue peur d’être agressé.